«Telling Lies»: conter des menteries

Ni vraiment film ni vraiment jeu vidéo, «Telling Lies», de Sam Barlow, brouille les limites des genres.
Photo: Annapurna Interactive Ni vraiment film ni vraiment jeu vidéo, «Telling Lies», de Sam Barlow, brouille les limites des genres.

David mène trois vies. Une qu’il partage avec son épouse, et avec qui la relation s’écroule, une avec sa petite amie, pimpante militante écologiste, et une autre avec une jeune cam-girl, tantôt française, plus tard américaine, à qui il se confie, la nuit. Et voilà qu’on apprend qu’en plus, il est agent double, taupe pour le compte du FBI. Et nous, dans tout ça ? Nous l’espionnons.

Telling Lies, nouvelle sortie de Sam Barlow, concepteur du bien reçu jeu-film interactif Her Story, raconte avant tout notre histoire, celle d’une femme anonyme que nous connaîtrons surtout par son reflet omniprésent à l’écran de notre ordinateur.

Sans trop savoir comment ni pourquoi, nous avons obtenu accès à une base de données dérobée à la NSA (Agence de sécurité nationale américaine) contenant toutes les conversations vidéo de David. C’est en cherchant par mots-clés que nous arriverons à rassembler les pièces de la triple vie menée par notre conteur de menteries. Lorsque viendra le moment pour les trois femmes qui gravitent autour lui de lui dire ses quatre vérités, ce sera jouissif, promis.

Photo: Annapurna Interactive

Telling Lies est en quelque sorte la suite de Her Story, bien que les histoires ne soient pas liées. Si le premier nous a plu, le second nous en donnera encore plus, sur tous les plans : plus d’acteurs, plus de scènes, plus d’énigmes. Nous aimerons peut-être moins les conversations à sens unique, qui ne montrent qu’une seule des deux parties à la fois. Préparez-vous à fixer, longtemps, des visages muets écoutant leur interlocuteur, puis à réécouter, cette fois de l’autre perspective, la même conversation.

Rappel troublant de l’État-surveillance, surfant sur les révélations d’Edward Snowden, qu’on commence déjà à oublier, Telling Lies reste efficace si l’on est curieux et patient. Tout au moins reconsidérera-t-on son univers numérique. À essayer, si l’on cherche quelque chose de différent à se mettre sous la dent.

Telling Lies
Offert pour Windows 10 et iOS. Environ trois heures, plus de six si on souhaite tout voir.