Trouver l'amour au temps d'Internet (1)

L’application Hinge
Photo: Olivier Sylvestre Le Devoir L’application Hinge

L’appli par défaut

Tinder. Millénariaux, on l’a tous installée, puis désinstallée, puis installée de nouveau… plusieurs fois. Mais après un grand nombre d’itérations à travers les années, peut-être est-il temps de la revisiter. Oui, le swipe gauche-droite maladif y est toujours, mais on peut maintenant rendre son profil beaucoup plus personnel. On peut désormais y afficher fièrement une orientation sexuelle déviant de l’hétéronormativité et son identité de genre. Gai, bi, pan, queer, trans ou autre, on s’y sent un peu plus chez soi. Et, si on se fie aux statistiques de l’entreprise, avec plus 30 milliards de « matchs » créés sur la plateforme jusqu’à maintenant, on se dit qu’on y aura peut-être un peu de chance.  

Tinder
Offert pour iOS et Android

 

La solution élégante

Hinge se veut l’antithèse de Tinder. La devise de l’entreprise dit tout : conçue pour être supprimée. Sa solution ? Ralentir le rythme. L’application nous offre ici, comme Tinder, un flux presque infini de potentielles flammes. Mais c’est là que la comparaison s’arrête. Avant de pouvoir commencer à interagir sur la plateforme, Hinge force chaque utilisateur à constituer son profil en répondant à des questions et en ajoutant des photos. Et pour aimer un profil, on doit le lire en entier et indiquer ce qui nous y attire. Fini donc les profils qui se suivent et se ressemblent. La facture visuelle de l’appli est simple et élégante.

Hinge
Offert pour iOS et Android
 

Avez-vous trouvé l’amour sur une plateforme de rencontre ? Y avez-vous vécu des expériences positives ? Si oui, envoyez vos histoires et recommandations à osylvestre@ledevoir.comhttp://osylvestre@ledevoir.com.