Brasseurs mélomanes, musiciens «biérophiles»

Les bières MISC, de l’Isle de Garde, et Pub sportif Yeah! de Bleu Jeans Bleu
Photo: Adil Boukind Le Devoir Les bières MISC, de l’Isle de Garde, et Pub sportif Yeah! de Bleu Jeans Bleu

Il y a maintenant un peu plus de musique sur les rayons des détaillants spécialisés en bières de microbrasserie. Fraîchement sorties des cuves, voici deux nouvelles bières apparues inspirées de musiciens québécois, la MISC du trio jazz du même nom, saison houblonnée développée à Montréal par Isle de garde, et la Pub Sportif Yeah !, lager d’inspiration tchèque brassée par Champ Libre à Mercier devenue la bière officielle du groupe pop Bleu Jeans Bleu. Goûtons.

MISC, Isle de Garde

Le trio du pianiste et compositeur Jérôme Beaulieu, du batteur William Côté et du contrebassiste Philippe Leduc entretient des liens étroits avec l’équipe de la brasserie Isle de garde de la rue Beaubien, dans la Petite-Patrie, où le brasseur Olivier Dupras officie. « Je pense que c’est le premier gars à l’Isle de garde qui a acheté notre vinyle, relève Jérôme Beaulieu. C’est vraiment cool, tu sens qu’il est passionné de jazz. »

Cette saison houblonnée scelle en quelque sorte le lien qui s’est tissé ces dernières années entre les jazzmen et les brasseurs. « On a commencé à jouer là pour leur fête du Noël des brasseurs qu’ils font chaque année ; à l’heure du lunch, on faisait un premier set juste pour les brasseurs, puis un second quand la brasserie ouvrait au public. À chaque fois qu’on a joué à l’Isle de garde, à l’intérieur ou sur leur terrasse, on jouait avec le public – pas de scène, pas de distance, on forme un tout pendant le concert, ça s’harmonise et ça me parle au boutte. On se sent comme dans un petit club de jazz grâce à cette proximité avec le public qui génère toutes sortes d’interactions. »

Et c’est au fil de ces concerts intimes qu’une amitié s’est forgée entre ces artisans aux disciplines complémentaires : « Les échanges qu’on avait, entre musiciens et brasseurs, témoignaient un grand respect mutuel. La connexion s’est faite facilement parce que je m’entends bien avec des trippeux ! », abonde le pianiste et claviériste. L’idée de faire une tournée des microbrasseries a rapidement germé. « On ne peut pas parler de la bière sans parler de la tournée », insiste Beaulieu. L’itinéraire de la « tournée brassicole » est inscrit à même la jolie étiquette qui orne la canette de la MISC : départ le 25 août à la brasserie Aux Fous Brassants de Rivière-du-loup pour se terminer, 12 concerts plus tard, à l’Isle de garde le 14 septembre.

Les gars de MISC ont eu le loisir de choisir le style de bière qui serait brassé en leur honneur : « On avait envie d’une petite saison [belge] bien “pintable”, quelque chose de désaltérant et de festif. J’apprécie toutes sortes de bières, mais la saison est une des bières que je préfère, parce que c’est pas trop lourd et ça s’harmonise avec beaucoup de plats », dit Beaulieu, qui s’autoproclame aussi « foodie ».

« On s’est demandé ce qu’on pourrait faire de spécial avec une recette de saison pour bien représenter un groupe de jazz comme MISC », explique le brasseur Olivier Dupras. La trouvaille : un houblon dit expérimental, résultat de nouveaux croisements entre différentes variétés établies. L’heureux élu fut le houblon HBC 472, un dérivé du houblon américain Sabro récemment introduit dans le marché par la Hop Breeding Company. « Sa particularité est d’abord ses saveurs de fruits tropicaux, puis un côté boisé et de noix de coco. On ne voulait pas non plus que la saveur du houblon soit trop mise de l’avant dans la saison, mais on recherchait ce petit côté boisé-coconut qui accompagnerait bien les saveurs fruitées et celles, plus épicées, que génère la levure. Et on est arrivé pas mal dans le mille ! » Sèche, parfumée et rafraîchissante, elle dissimule très bien ses 6 % d’alcool.

Pub Sportif Yeah !, Champ Libre

Avec l’été qu’ils passent, c’est à se demander si les gars de Bleu Jeans Bleu ont le temps de prendre une pause pour en siffler une fraîche. « Mettons que ça va vite ! », confirme le chanteur Mathieu Lafontaine, alias Claude Cobra. « Celle-là, on ne l’avait pas tout à fait vue venir. On travaille tout le temps dans ce sens, mais là, ça va vite » depuis le succès radiophonique surprise de Coton ouaté, la chanson de l’été.

Souhaitons alors le même succès à Pub Sportif Yeah !, une lager d’inspiration tchèque créée par Alex Ganivet-Boileau, brasseur en chef de la Brasserie distillerie Champ Libre, à Mercier. « Ils sont venus nous voir en spectacle et nous ont avoué être fans de Bleu Jeans Bleu, raconte le musicien. Les gars de Champ Libre avaient fait une espèce de bricolage pour nous illustrer le projet qu’ils avaient en tête, ils se sont vraiment donnés. C’était difficile de ne pas prendre le projet en considération ! »

D’autant que Lafontaine avait développé un intérêt certain pour le breuvage houblonné, ayant travaillé quelques années comme serveur à l’Isle de Garde, tout comme le bassiste du groupe, Pierre-David Girard (alias Jean Levis). « En tournée, on essaie toujours d’aller visiter la microbrasserie du coin ; à cause du temps passé comme serveur, on est devenus curieux, de sorte que lorsque l’opportunité s’est présentée d’avoir une bière à notre nom, on savait un peu ce qu’on voulait. »

« On s’est développé un palais, disons, enchaîne Mathieu Lafontaine. C’est certain que si une bière associée à Bleu Jeans Bleu devait exister, on ne voulait pas la faire avec n’importe qui. Ça prenait une brasserie qui allait créer une recette qui nous représente bien et qui est à notre goût. On avait déjà goûté aux produits de Champ Libre, qu’on trouvait très bons. On a embarqué et ils nous ont donné carte blanche : on a choisi le style de bière, le graphisme de la canette, le nom de la bière. »

Le groupe a jeté son dévolu sur un type de lager désigné en République tchèque comme une svetlé vycepni — rebaptisée « svetlé vycepjeans »… — c’est-à-dire une blonde pâle à faible taux d’alcool, la version développée par Champ Libre titrant à 4,3 %. « Ça donnait bien, c’est un style de bière qu’Alex ne brassait pas encore. Nous, on voulait une bière de soif. Une blonde ayant un certain tranchant, peu de sucres résiduels, avec un petit “oumpf” de houblon en finale. »

« Alex est parti d’une souche de levure tchèque et de malt pilsner de chez Innomalt [à Sherbrooke], puis s’est servi du houblon Saaz puisque pour faire une svetlé vycepni, c’est celui qu’il faut utiliser », un houblon aromatique noble au profil herbacé. Quant au nom donné à la bière, il fait référence à deux brèves chansons de l’album Perfecto, lancé en janvier dernier, la première étant Des ailes de poulet, la seconde D’la bière en pichet. « L’idée, c’est que ce sont les deux meilleures descriptions qu’on peut donner d’un pub sportif, explique le chanteur. On s’est dit : Qu’est-ce qu’on aurait envie de boire dans un endroit comme ça ? Quelque chose de “pintable”. Une bonne bière goûteuse mais pas forte pour écouter un match. C’est comme notre version de ce qu’on considère être une bière d’amateur de sports. »