Bouger entre deux cépages

Pour profiter des beaux jours et de la dolce vita avec le souci de garder la forme, plusieurs touristes vinicoles choisissent de combiner leur passion épicurienne avec leur programme d’exercices physiques.
Photo: Sacha Squair Pour profiter des beaux jours et de la dolce vita avec le souci de garder la forme, plusieurs touristes vinicoles choisissent de combiner leur passion épicurienne avec leur programme d’exercices physiques.

Consacrer un dimanche estival à goûter des vins dans un décor enchanteur de l’Estrie, du Niagara ou du comté du Prince-Édouard, c’est la belle vie. Or, s’il est fort délicieux d’écouler un après-midi de congé bien calé dans une chaise Adirondack tout en sortant son vocabulaire le plus imagé pour commenter les cépages qui nous sont servis, le pèlerinage au vignoble demeure une activité plutôt sédentaire.

Afin d’attirer des publics plus diversifiés et d’élargir sa palette d’activités, de plus en plus de vignobles et de régions vinicoles intègrent des activités physiques à leurs menus.

Avantageusement situé à l’entrée du comté du Prince-Édouard, dans le sud de l’Ontario, le vignoble Three Dogs combine les asanas de yoga au farniente et à la dégustation de vins et de pizzas cuites sur le feu de bois. Les mercredis et dimanches matin de la belle saison, Sacha Squair, la propriétaire du vignoble y enseigne la pratique de vinyasas.

« C’est très agréable, de pratiquer en regardant les vignes, avec le chant des oiseaux comme bruits de fond », dit Sacha Squair, dont la propriété comporte aussi 6 kilomètres de sentiers de randonnée. « Plusieurs de nos clients garent leurs voitures et partent en randonnée de vélo. » Les coureurs qui affectionnent le comté du Prince-Édouard ne sont pas en reste, avec deux marathons annuels, dont un préparatoire au marathon de Boston, qui a lieu le premier week-end du mois d’octobre.

Sur la route des vins

Pour profiter des beaux jours et de la dolce vita avec le souci de garder la forme, plusieurs touristes vinicoles choisissent de combiner leurs passions épicuriennes avec leurs programmes d’exercices physiques. À preuve : plusieurs courses sont prévues au calendrier des événements de régions visitées pour leurs attraits vinicoles et gastronomiques.

Un parcours de course semé d’escales de ravitaillement qui distribuent des vins et des produits gastronomiques locaux : c’est ce que propose le Demi-marathon des vignobles du 8 juin prochain, dont le départ est à Saint-Paul-d’Abbotsford.

Certains des participants à cette course qui s’inscrit dans le circuit des Courses gourmandes parcourent en marchant 5 km, attrapant ici et là un verre de vin.

D’autres, plus axés sur la sobriété et leurs chronomètres, s’en tiennent à l’eau claire. Le Demi-marathon des Vignobles en offre pour tous les goûts, avec des distances de 21 km, 15 km, 10 km, 5 km et même un 1 km pour les enfants.

« À la fin de la course, il y a un repas avec fromage, vins et produits locaux. On attend environ 2000 personnes », indique Vanessa Racine, porte-parole des Courses gourmandes, qui affirme que 50 % des participants ne s’en tiennent pas qu’à un seul événement du circuit des Courses gourmandes. « À l’automne, le Demi-marathon des microbrasseries attire surtout des amateurs de bières », précise-t-elle.

En s’aventurant du côté de la Route des vins des Cantons-de-l’Est, les possibilités de bouger se décuplent, avec des tracés propices à la pratique du vélo et des sentiers pédestres, dont ceux de Dunham. Et si on a la bonne idée de s’aventurer du côté de la péninsule du Niagara, nous voilà au paradis du cyclisme vinicole !

En groupes ou en solo, cette vaste région vinicole se découvre aisément à deux roues. On peut participer à une des visites guidées de la compagnie Grape Espace Wine Tours (qui offre par exemple des forfaits « matinée de dégustation vins et fromages » ou « après-midi de tournée dans les vignobles ») et butiner d’un vignoble à l’autre, sans se presser ou trop se soucier de son taux d’alcoolémie.

Et si on fait partie des (nombreux) nouveaux convertis à la sobriété, on peut se joindre à la fête en prenant l’option « jus de raisin », sans risquer de se sentir comme un paria !