Plein air: du nouveau cet été

Du haut du mont Grand-Pic, à Ripon, on s’offre de beaux paysages à partir du belvédère.
Photo: Parc des Montagnes noires de Ripon Du haut du mont Grand-Pic, à Ripon, on s’offre de beaux paysages à partir du belvédère.

On a beau avoir nos habitudes et aimer fréquenter nos petits secrets bien gardés, on aime toujours découvrir de nouveaux terrains de jeu pour profiter de l’été au Québec. L‘exploration du milieu naturel fait bel et bien partie du plaisir qu’on ressent à voir l’été s’installer. Voici une sélection de nouveautés qui pourraient bien vous donner l’envie de vous évader en pleine nature.

Centre-du-Québec

Gravel Bike. On connaît le penchant affiché de Victoriaville pour le plein air et, en particulier, pour le vélo. La Véloroute des Appalaches en est une belle illustration, avec ses 12 circuits cyclables totalisant 835 km entre voies secondaires, rangs et routes de terre battue. La présence des montagnes appalachiennes fait de certains circuits de réels défis tant le dénivelé ondule à travers champs.

Cette année, la région propose une nouveauté pour affirmer encore davantage sa culture du vélo, inspirée par la Classique des Appalaches. Cette fameuse course, qui combine l’asphalte et la terre battue, totalise une distance de 135 km avec un dénivelé positif de 2700 m.

« L’an dernier, nous avons mené une réflexion sur notre destination et nous avons conclu que celle-ci possède un très fort potentiel de développement vélo, explique Steeve Gagné, coordonnateur du volet tourisme à la Corporation de développement économique de Victoriaville. Nous avons donc mis sur pied un volet Gravel Bike à notre offre. »

La Véloroute englobe donc désormais 534 km pour l’usage du Gravel Bike, le plus polyvalent des vélos de route. Ce type de vélo est à l’aise sur toutes les surfaces, recouvertes d’asphalte ou de gravier, grâce à ses pneus larges et à son design sportif. Neuf boucles sont ainsi offertes cette année autour de Victoriaville pour tout type de cyclistes, puisque le kilométrage de chaque circuit varie de 32 km à 84 km.

Les différents itinéraires invitent à rouler dans des paysages ruraux, en territoire agricole, ou en montagne pour s’offrir de grandioses panoramas. Tables champêtres et producteurs locaux peuvent agrémenter une belle sortie.

« Même si les principaux lieux d’hébergement ne possèdent pas le label Bienvenue cycliste, ceux-ci offrent tous un lieu pour remiser le vélo la nuit, des tuyaux d’arrosage pour le nettoyer ainsi que du matériel de dépannage mécanique », précise Steeve Gagné.

En prime, on peut télécharger l’une des deux applications proposées par la Véloroute — Bikemap ou Ride with GPS — pour avoir toute l’information et les cartes avec soi. Un conseil néanmoins : la version imprimée peut s’avérer bien utile dans certaines sections où le réseau peut faire défaut.

On peut télécharger les deux brochures (pour le vélo de route et pour le Gravel Bike). Chaque circuit est présenté en détail avec l’itinéraire, la carte, le dénivelé et tous les services offerts le long du parcours.

Centre de la biodiversité du Québec. Ce musée scientifique, situé à Bécancour, est un lieu d’interprétation de la faune et de la flore du Québec qui vise à sensibiliser le grand public aux enjeux du développement durable. Une mission qui prend un sens d’autant plus crucial en cette ère de préoccupation écologique.

Cet été, un tout nouveau produit voit le jour : L’Écho des origines, une série de 14 bornes avec animations multimédias projetées le long d’un sentier forestier de 1,8 km.

« Ce circuit nocturne, interactif et immersif est d’un genre très nouveau, explique Carole Bellerose, directrice du Centre de la biodiversité. Et la grande vedette du circuit, c’est le Saint-Laurent, dont on explique l’évolution d’hier à aujourd’hui et, même, à demain, notamment avec les menaces qui planent sur ce lieu vivant. » La balade dure environ 90 minuteset se fait de nuit en petits groupes de 12 personnes maximum.

Le Centre de la biodiversité du Québec propose plusieurs visites thématiques. Tarif de l’Écho des origines : 24 $ (adulte), 21 $ (13–17 ans), 18 $ (6-12 ans) et gratuit pour les 5 ans et moins. Cette activité est offerte à partir du 28 juin.

Lanaudière

Initiation à la voile. Le nautisme n’a pas précisément le vent dans les voiles au Québec. Et, pourtant, cette activité peut vite devenir une passion, surtout quand on l’expérimente sur de belles surfaces aquatiques comme le Saint-Laurent. Direction Berthierville, en face des îles de Sorel, avec une toute nouvelle école de voile : Voile Évolution.

Seule entreprise du genre entre Montréal et Québec, l’école propose différents forfaits, dont deux jours d’initiation pour devenir un skipper utile sur un voilier.

« Nous voulons promouvoir la région de Berthierville comme un secret bien gardé pour la voile, explique son propriétaire, Éric Martel. C’est une zone de navigation agréable avec des vents soufflant dans l’alignement du fleuve, de beaux paysages et beaucoup d’endroits où jeter l’ancre à travers les îles. »

La présence de marées, au nord de Québec, de courants et d’un certain trafic maritime permet d’en apprendre beaucoup durant deux jours. Et si on a aimé l’expérience, on peut approfondir ses connaissances en passant le brevet élémentaire. Foi de voileuse, naviguer sur le fleuve est une autre façon d’admirer les plus beaux paysages du Québec.

Le forfait Initiation proposé par Voile Évolution se fait sur un monocoque de 25 pieds et coûte 280 $ par personne (possibilité de dormir à bord sur demande). L’école propose aussi la formation pour l’obtention du brevet élémentaire.

Outaouais

Parc des Montagnes Noires. Voilà un territoire qui ne manque pas d’air avec ses 325 hectares de forêt établie au coeur de la région de la Petite-Nation, à Ripon. Du haut du mont Grand-Pic, on s’offre de beaux paysages à partir du belvédère. Nouveau cette année : l’ajout de 5 km de sentiers pour la randonnée pédestre au réseau déjà existant.

« Ce nouveau sentier relie les trois stationnements du parc ainsi que le pavillon d’accueil, explique David Massé, chargé de projet au parc des Montagnes Noires. Ce qui permet de compléter une dizaine de kilomètres en boucle. »

Ce parc municipal, sur le point de devenir parc régional, possède aussi un espace de camping sauvage de groupe, pouvant accueillir neuf tentes avec sites de feu. Une belle découverte à faire dans une région qui ne manque pas d’attraits en plein air.

Tarif pour l’accès au parc : 5 $ (gratuit pour les 17 ans et moins).