L'application de la semaine: perdre ses repères

Pour une personne voyante, le jeu ouvre les yeux aux défis de tous les jours des personnes aveugles.
Photo: Olivier Sylvestre Le Devoir Pour une personne voyante, le jeu ouvre les yeux aux défis de tous les jours des personnes aveugles.

Le jeu vidéo est un média qui se prête particulièrement à l’empathie. La plupart du temps, les souliers que nous y empruntons sont souvent plus grands que les nôtres; les jeux vidéo offrant d’assouvir ses nombreuses power fantasy ne manquent pas, mais, parfois, une oeuvre nous laisse entrevoir la vie d’une autre perspective. En voici une.

Un chevalier aveugle

Nous sommes Edward Blake, un chevalier. Nous et notre jeune fille sommes dans une grotte afin de nous mettre à l’abri pour la nuit. Malheureusement, nous n’y sommes pas seuls. Un ours, un lion ou un loup nous y attend. Nous ne savons pas vraiment quel est cet animal sauvage, car nous ne le voyons pas: nous ne faisons que l’entendre.

C’est qu’Edward est un preux chevalier… aveugle. L’écran de notre téléphone n’est occupé ici que par un épais brouillard noir. C’est donc par le son que nous nous guidons dans le monde du jeu A Blind Legend du studio français Dowino.

Pour protéger la fille d’Edward, nous dégainons donc épée et bouclier, et nous attendons l’avancée de la bête, décidant de frapper au moment opportun.

Le studio tente par A Blind Legend de rendre le média plus accessible en offrant aux personnes non voyantes « la possibilité de jouer à un vrai jeu vidéo ». Mais l’oeuvre ne s’arrête pas là. Pour une personne voyante, l’expérience ouvre les yeux aux défis de tous les jours des personnes aveugles.

A Blind Legend
Dowino, offert pour iOS, Android et sur Steam