Les applications de la semaine: de nouvelles aventures

Le jeu ayant été pensé pour de courtes sessions comme de plus longues, on ne se sent pas obligé de passer 200 heures devant sa télévision pour profiter pleinement de «Blades».
Photo: Olivier Sylvestre Le Devoir Le jeu ayant été pensé pour de courtes sessions comme de plus longues, on ne se sent pas obligé de passer 200 heures devant sa télévision pour profiter pleinement de «Blades».

Une seule application cette semaine, mais ce n’est pas tous les jours qu’un studio de développement de Montréal contribue à publier un opus aussi poli et léché que le nouveau Blades de Bethesda. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

Au fond des catacombes

Recréer l’expérience des jeux The Elder Scrolls de Bethesda sur mobile n’a pas dû être chose facile, mais le studio de Bethesda à Montréal a frappé un coup de circuit avec Blades, qui vient tout juste d’être lancé sur iOS et Android. Deuxième jeu mobile du studio après Fallout Shelter, Blades retourne aux sources de la franchise The Elder Scrolls, le jeu Arena, sorti à l’origine en 1994 pour la plateforme MS-DOS, qui était un jeu de rôle à la première personne largement centré sur l’exploration de catacombes et autres donjons et sur le développement de son personnage. Si explorer des mondes gigantesques était ce que vous appréciez le plus des récentes expériences de Bethesda, vous serez donc probablement déçu.

Mais la formule du dungeon crawler fonctionne pour un jeu mobile comme Blades. On y jouera probablement lors de courtes sessions, dans le métro par exemple, ou en faisant la file à l’épicerie. La possibilité d’y jouer à une main avec son téléphone en orientation portrait, comme l’a fait Nintendo avec Super Mario Run, renforce l’impression que l’on peut y jouer n’importe où et n’importe quand. Limiter Blades à l’exploration de donjons générés automatiquement a donc du sens. Rapidement, on entre dans une boucle ludique passant de l’exploration pour remplir des assignations à l’amélioration de son personnage et à la construction de son village, pour ensuite retourner dans les donjons pour réussir des tâches plus difficiles.

On a donc enfin affaire ici à un jeu pour l’adulte joueur d’aujourd’hui de la part de Bethesda. Le jeu ayant été pensé pour de courtes sessions comme de plus longues, on se sent pas obligé de passer 200 heures devant sa télévision pour profiter pleinement de Blades, comme c’était le cas pour les précédents opus du studio, tels que Skyrim ou Fallout 4. Les joueurs d’aujourd’hui ont des enfants, un emploi et un horaire de travail chargé, et ça fait du bien de voir que de grands studios s’intéressent enfin à eux.

The Elder Scrolls : Blades
Bethesda, disponible sur iOS et Android