Un printemps érable

Il y en a pour tous les goûts, tous les âges à l’événement Cabane, Panache et Bois rond, promenade Wellington à Verdun.
Photo: Caroline Perron Il y en a pour tous les goûts, tous les âges à l’événement Cabane, Panache et Bois rond, promenade Wellington à Verdun.

Dès jeudi prochain, pour une 9e année, le festival Cabane Panache et Bois rond battra son plein dans Verdun. La mégafête du bois et de l’érable, qui a attiré l’an dernier plus de 98 000 visiteurs, installera ses cahutes du 21 au 24 mars sur la promenade Wellington, entre le métro de l’Église et la rue Willibrord.

Cabane Panache et Bois rond ! Intrigant comme nom pour un festival en plein coeur de Montréal. « On l’a choisi pour faire écho à l’univers qu’on met ici en scène », explique Billy Walsh, directeur général de la Société de développement commercial Wellington. Et à la volonté du milieu de retrouver reconnaissance et fierté. »

Quel est donc cet univers ? Celui du bois et de la campagne, de la cabane à sucre et de la tradition orale québécoise, des camps de bûcherons et des chemises à carreaux. Il n’y a qu’à jeter un coup d’oeil sur la riche programmation de ce festival aux allures de mégacabane à sucre — qui ne sera pas sans enflammer les nostalgiques de la vie de bûcheron — pour constater que plusieurs activités évoquent les jeux d’hommes d’antan : lancer de hache, souque-à-la-corde, coupe de bois au godendart…

« Je viens de Portneuf, précise Billy Walsh. J’avais envie de ramener cet univers forestier en ville pour en faire profiter les gens issus de l’immigration, ou pas, qui sortent peu du quartier et souhaitent connaître nos traditions. »

À partir d’un conteneur

Comme par magie, il suffira de franchir les guérites de la station de métro de l’Église pour se retrouver face à l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, l’épicentre culturel de ce festival né pendant les Fêtes de 2011, d’un conteneur événementiel ayant d’abord servi au père Noël et à son atelier de fabrication de jouets.

« Cet événement sans prétention a été rassembleur, se rappelle Billy Walsh. Il a apporté une vitalité aux affaires commerciales de “la Well” et créé des ponts entre les différentes communautés. Nous avons alors décidé de créer une autre animation en invitant David Lessard, du Sucrier urbain, à venir faire de la tire sur la neige. »

La bonne nouvelle a circulé, entraînant avec elle de nombreux visiteurs, restaurateurs, artistes et artisans, jusqu’à donner ce mégafestival gastronomique, musical et « bûcheronesque ».

« De plus en plus rodé, Cabane Panache jouit d’un rayonnement incroyable dans l’arrondissement de Verdun », dit Simon Defoy, propriétaire du Café Station W rue Wellington et participant comme restaurateur à la Cabane.

« Ce qu’il y a de spécial par rapport aux autres festivals, c’est que la nourriture offerte sur le site ne provient pas de camions de cuisine de rue venus de tous les coins de Montréal, mais à quasi 100 % des commerces verdunois de la promenade Wellington. »

Cette année, 18 restaurants participent à la fête et concocteront plus de 4000 bouchées de style cabane à sucre. Moyennant quelques « bidous », les visiteurs pourront goûter à des croquettes de morue sauce à l’érable, à de la poutine Général Tao au bacon caramélisé, à du chili de loup marin, à du stew irlandais, à des churros fourrés au dulce de leche, à du tofu à l’érable, à du pouding chômeur et à des fèves au lard, sans oublier le fameux grilled cheese pain doré avec cheddar fort, bacon à l’érable et sirop d’érable du Café Station W.

Au programme musical

Côté programmation musicale, il est clair que les équipes de la promenade Wellington et de l’arrondissement de Verdun n’ont pas chômé pour élaborer une programmation diversifiée. Et gratuite. Les festivaliers pourront se déhancher quatre jours durant à différents endroits « sur la Well » au rythme des musiques endiablées de Canailles, Clay and Friends, Random Recipe, Les Filles du Roy, Blue Jeans Blue, Galaxie, Bourque Émissaires, Louis Mercier, La Chasse-Balcon, Les Danseux et leurs Câlleux, le Winston Band, Vilain Pingouin, É.T.É en trio, Dave Gossage Group…

Des musiques d’ici et d’ailleurs qui trimardent parfois des siècles d’histoire, comme celle des Irlandais venus s’installer en grand nombre dans Verdun. Un mélange de cliquetis de chaussures à claquettes et de sons tantôt lyriques, tantôt psalmodiques ou émouvants d’une musique aux origines multiples capable de faire cohabiter violon, flûte et banjo.

À cela s’ajouteront plusieurs projections de courts métrages et de documentaires sur les thèmes de la cabane à sucre, du folklore québécois, de la nature, de la pêche et de la vie de bûcheron ; une exposition de têtes de chevreuil en carton recyclé par Cascade, décorées par les jeunes de l’école verdunoise Monseigneur Richard.

Prévoir, donc, du temps pour savourer les petits plats de l’espace Cookerie, déguster un whisky au coin Crown Royal, une bière à l’érable au Shack Benelux, se faire couper les cheveux gratuitement par les barbiers de Beardlington, au Barbershop, dépenser quelques sous auprès des artisans du magasin général en plein air, fabriquer du papier artisanal et apprendre le métier de bardeleur au parc du Presbytère, s’initier à l’herboristerie ou à la vie de coureur des bois et jouer dans la forêt et la paille.

Programmation complète : promenade wellington.com


Quelques menus végés et véganes

Place aux cretons végétaliens, au tempeh maison style omelette, à la soupe aux pois, aux tourtières au millet, aux fèves sans lard, aux patates rissolées, aux crêpes de sarrasin et d’épeautre, et bien sûr au sirop d’érable et à la tire sur la neige. Notez que votre cabane favorite offre peut-être aussi son repas végétarien ou végétalien, c’est dans l’air du temps. Il suffit parfois d’en faire la demande.

Sucrerie du Domaine, à Chertsey, sucreriedudomaine.com

La Cabane à Tuque, à Mont-Tremblant, lacabaneatuque.com

Auberge Handfield, à Saint-Marc-sur-Richelieu, aubergehandfield.com

Val des Rosacées, à Saint-Benoît de Mirabel, valdesrosacees.com

Érable rouge, Saint-Valère, erablerouge.com