Immersion prolongée en randonnée

Premier belvédère du sentier La Chute dans Charlevoix
Photo: Claude Fortin Premier belvédère du sentier La Chute dans Charlevoix

Avez-vous peur de l’hiver ? Si oui, vous souffrez peut-être du syndrome de l’« encabanement », cette spirale infernale qui nous plonge dans la sédentarité et l’enfermement jusqu’aux premiers signes des beaux jours. La solution ? Affronter sa peur, dans l’un des plus beaux décors que nous offre l’hiver, lors d’une expérience immersive totale : une longue randonnée en raquettes, comprenant une ou plusieurs nuits en hébergement rustique.

Premier conseil : mettez le cap sur l’une des régions du Québec qui promettent neige généreuse et froid sec. Deuxième conseil : mettez toutes les chances de votre côté en optant pour un service de transport des bagages de refuge en refuge. Troisième conseil : optez pour un équipement de qualité qui allie la performance technique et la légèreté, et ce, dans les limites financières du raisonnable. Voilà un petit prix à payer pour obtenir un gain considérable : redevenir en phase avec son pays nordique et, chemin faisant, avec soi-même.

Sentier des caps dans Charlevoix

Soyons clairs, ce sentier de longue randonnée, qui totalise plus de 50 km, est l’un des plus beaux du Québec. Particulièrement en hiver. De Saint-Tite-des-Caps jusqu’à Petite-Rivière-Saint-François, on trouve de la neige en abondance, une ambiance montagnarde et des points de vue uniques sur le fleuve. Dans le secteur des îles de Montmagny, on aperçoit Grosse-Île, puis la pointe de l’île d’Orléans. Dans celui du massif, c’est L’Isle-aux-Coudres qui se dévoile depuis les refuges Ligurie et Labatie.

Le parcours peut être effectué dans sa totalité, en six jours et cinq nuits, ou en partie, avec une nuit ou deux d’hébergement et une distance moyenne de 8 km par jour. Les refuges rustiques dispersés sur le sentier possèdent un poêle à bois et un dortoir au 2e étage d’une capacité de 9 à 14 personnes. Après une bonne tempête de neige, le sentier peut s’avérer difficile à pratiquer, d’autant que le dénivelé positif totalise 2000 m ; le service de transport des bagages constitue alors une précieuse option.

Infos pratiques : les randonneurs doivent apporter le matériel de camping nécessaire (matelas de sol, sac de couchage et équipement de cuisine, y compris un réchaud). Tarif : 29,75 $ par personne, par nuit. Transport des bagages : 80 $ par jour pour 3 sacs de 45 livres. Réservation nécessaire. ☎ 1 866 823-1117

Parc régional des Appalaches

Qui dit Appalaches dit montagnes. Et pas qu’un peu. Sur une distance de 70 km, les randonneurs hivernaux peuvent apprécier la nature exubérante de ce territoire morcelé qui s’étend sur huit municipalités.

C’est dans le secteur du mont Sugar Loaf que sont situés les refuges pour la longue randonnée. En trois jours, on parcourt une distance d’environ 25 km en partant de Sainte-Lucie-de-Beauregard, avec deux options de trajets : passer par le mont Sugar Loaf, avec 2450 m de dénivelé, ou, plus facile, le contourner par la base. Enfin, on peut sélectionner un tronçon plus court, à la carte.

Photo: Daniel T. Vue sur le lac Talon dans le parc régional des Appalaches

Quelle que soit l’option choisie, le circuit promet des points de vuepanoramiques et une tranquillité absolue. Aux érablières succèdent les peuplements de sapins et d’épinettes à mesure qu’on prend de la hauteur. Les refuges rustiques, d’une capacité de quatre à huit personnes, sont à aire ouverte et comportent des lits superposés pour une ou deux personnes. Décrochage garanti.

Infos pratiques : les randonneurs doivent apporter le matériel de camping nécessaire (matelas de sol, sac de couchage et équipement de cuisine, y compris un réchaud). Tarif : 80 $ pour deux personnes, par nuit (10 $ par personne supplémentaire). Transport des bagages : 60 $ par section. Accès au parc : gratuit. Réservation nécessaire. ☎ 1 877 827-3423

Parc régional Montagne du Diable

Voilà un parc qui s’est bâti, au fil des années, une réputation d’excellence. Surtout grâce à l’appui de la municipalité de Ferme-Neuve, qui a cru très tôt à son pouvoir attractif, mais aussi à celui des Amis de la Montagne, un regroupement de passionnés qui œuvre depuis près de vingt ans à en conserver le caractère naturel exceptionnel.

Depuis cinq ans, un « Village des bâtisseurs » regroupe huit chalets nature ainsi qu’un pavillon d’accueil, d’où l’on part pour une longue randonnée d’une trentaine de kilomètres en deux jours (sentier no 1) ou pour un parcours plus court, de 18 km, selon l’option choisie. La boucle des sommets permet d’apercevoir les quatre monts : Belzébuth, du Garde-Feu, de la Paroi de l’Aube et du Diable, le plus haut atteignant 783 m. Du refuge ouest, on peut même apercevoir le réservoir Baskatong, une immense réserve d’eau située entre les Laurentides et l’Outaouais.

 
Photo: Zoom multimédia L’un des huit chalets du «Village des bâtisseurs» du parc régional Montagne du Diable

Bagages et eau potable sont transportés sur demande de refuge en refuge et certains abris chauffés sont mis à la disposition des randonneurs pendant la nuit, selon l’itinéraire emprunté. Si on ne connaît pas encore ce parc, c’est l’occasion rêvée d’en découvrir les secrets en toute quiétude.

Infos pratiques : les refuges, d’une capacité de 10 personnes, possèdent un dortoir au 2e étage. Des matelas sont offerts. Les randonneurs doivent prévoir sac de couchage et matériel de cuisine. Tarif : 25 $ par personne, par nuit. Transport des bagages : 14 $ par bagage (minimum de 4 bagages). Le feu est prêt à l’arrivée. Accès au parc : 8 $ par nuit (gratuit pour les 18 ans et moins). Réservation nécessaire. ☎ 1 877 587-3882

Vallée Bras-du-Nord

Ce sentier est réservé aux randonneurs confirmés, tant il multiplie les défis sur le plan du dénivelé — 1000 m en trois jours — et de la quantité de neige qui s’y abat : en février dernier, il s’est accumulé, en une seule tempête, quelque 70 cm de neige !

Photo: Magalie Hurtubise Le sentier de la vallée Bras-du-Nord est réservé aux randonneurs confirmés.

 

Et, ici, on transporte soi-même ses effets ; autant dire que le circuit est classé « difficile à expert » selon les conditions. Mais quelle récompense à se retrouver dans ses paysages contrastés, ses forêts anciennes et ses six lacs le long du sentier linéaire du Philosore (environ 28 km) ! Le départ se fait de l’accueil La Mauvaise et se termine à l’accueil Perthuis, où on aura laissé son auto avant de revenir en taxi au point de départ (réservation obligatoire). Deux refuges rustiques sont accessibles sur le sentier, le tout étant géré par une coopérative de solidarité, un modèle de développement concerté basé à Saint-Raymond-de-Portneuf. Un joyau à découvrir de toute urgence.

Infos pratiques : les refuges, d’une capacité de 8 personnes, possèdent des matelas. Tarif pour le forfait de 3 jours : 92 $ par personne en occupation quadruple (110 $ en occupation double). Accès au territoire : 8,50 $. ☎ 1 800 321-4992