Du plein air en réserve

La réserve naturelle des Montagnes-Vertes, c’est le paradis de la randonnée pédestre, du ski nordique et de la raquette.
Photo: Corridor appalachien La réserve naturelle des Montagnes-Vertes, c’est le paradis de la randonnée pédestre, du ski nordique et de la raquette.

Elles constituent souvent de vastes territoires à l’abri du développement excessif et se prêtent à une pratique du plein air en hors-piste, voire en autonomie. Bienvenue dans les réserves du Québec, qu’elles soient publiques, comme les réserves fauniques gérées par la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ), ou privées. Les activités s’y déclinent autour des grands classiques : ski de fond ou raquette en hiver ; canot, camping, pêche, randonnée en été. En dehors de la période de chasse, qui ne dure que quelques semaines, on a le territoire pour soi, aussi vaste que ses envies de décrochage.

Outaouais

Réserve faunique privée Kenauk

Cette réserve privée de 260 km2 peut se vanter d’être l’une des plus grandes du genre en Amérique du Nord. Et des mieux préservées. Durant l’histoire moderne, ce territoire a d’abord appartenu à Mgr Laval en 1674, pour être rétrocédé, plus tard, à Louis-Joseph Papineau. Autant dire qu’il a été épargné de la coupe de bois et du développement immobilier. Résultat : un milieu naturel exceptionnel avec des peuplements forestiers rares (érables noirs), des lacs sauvages et une faune aussi nombreuse que diversifiée.

« En 2013, le territoire a été acheté par quatre Canadiens qui placent la conservation au centre de leurs actions, explique Carl Simoncelli, directeur de l’expérience client chez Kenauk. Ici, on a le sentiment de vivre une immersion dans un milieu réellement intact. »

Photo: Liane Nowell & Christophe BrizardLiane Nowell & Christophe Brizard

La réserve privée Kenauk de 260 km2 peut se vanter d’être l’une des plus grandes du genre en Amérique du Nord.

Cet espace naturel sert d’ailleurs de « laboratoire » à plusieurs universités du Québec et de l’Ontario, qui y mènent des recherches sur les bassins hydrographiques, la gestion forestière ou les habitats fauniques. Quelque 50 kilomètres de sentiers peuvent être parcourus en raquettes et 48 autres kilomètres balisés sont accessibles en ski de fond. L’été, on a l’embarras du choix pour la randonnée, et la pêche y est, dit-on, miraculeuse : truite mouchetée, achigan, brochet, etc., notamment dans le lac Papineau qui couvre une superficie de 15 km2 au centre de la réserve. L’hiver, on taquine la truite arc-en-ciel sur la glace des lacs Mills et Taunton. Enfin, on peut y passer la nuit dans une yourte ou dans l’un des 18 chalets rustiques ou luxueux.

 
Renseignements: Accès journalier pour le ski de fond : 25 $. Gratuit à la location d’un hébergement. Location de la yourte : 151 $ la nuit. Chalet pour deux personnes : 249 $ la nuit. Chalet Deluxe pour 4 personnes : 389 $ la nuit. On peut y pratiquer le traîneau à chiens avec Aux Solstices. ☎ 1 800 567-6845, kenauk.com.
 

Cantons-de-l’Est

Réserve naturelle des Montagnes-Vertes

Certaines réalisations en conservation du milieu méritent une reconnaissance appuyée. Souvent parce qu’elles sont situées dans des régions convoitées par l’exploitation industrielle. C’est le cas de la réserve naturelle des Montagnes-Vertes, dans la superbe région de Potton. La gestion de l’immense territoire de 70 km2 y est gérée conjointement par les deux organismes voués à la protection des milieux naturels : Corridor appalachien et Conservation de la nature.

« Nous croyons que la mise en valeur de ces milieux exceptionnels doit être orientée au bénéfice du grand public, explique Mélanie Lelièvre, présidente de Corridor appalachien. Les activités qu’on peut y pratiquer sont une vitrine du travail de conservation que nous menons depuis l’arrêt des coupes forestières. »

Ce territoire privé, qui appartient à Conservation de la nature, est connecté aux Sentiers de l’Estrie (200 km) et à ceux du Parc d’environnement naturel de Sutton (52 km), ce qui en fait le paradis de la randonnée pédestre, mais aussi du ski nordique et de la raquette. Trois boucles totalisent environ 20 kilomètres autour du mont Singer. Voilà un exemple inspirant de mobilisation et d’occupation du milieu naturel à des fins récréatives.

Renseignements: La pratique du « Sans trace » est fortement recommandée dans la réserve. Accès journalier aux sentiers : 5 $. corridorappalachien.ca.

Région de Québec

Réserve faunique de Portneuf

Si elles sont aussi gérées par la SEPAQ, les réserves fauniques du Québec se distinguent nettement des parcs nationaux par les activités qu’on y pratique (chasse), mais surtout par leur côté plus sauvage. Quoi qu’on y fasse, c’est le mode backcountry qui règne.

« La réserve de Portneuf est l’une des seules réserves fauniques ouvertes toute l’année, avec celle des Laurentides et celle de Papineau-Labelle, explique son directeur, Mathieu Caron. L’hiver, nous recevons environ 5000 visiteurs pour la villégiature en chalet. »

 
Photo: Steve Deschênes Cette année, la réserve faunique de Portneuf a augmenté de 30% son offre d’hébergement, notamment avec des chalets pour 2 à 14 personnes.

Cette année, la réserve a augmenté de 30 % son offre d’hébergement, notamment avec des chalets pour 2 à 14 personnes : « C’est le lieu parfait pour rassembler les grandes familles », précise Mathieu Caron. Dans ce territoire de 775 km2, on pratique la raquette (50 km) et le ski nordique (50 km) sur deux réseaux de pistes entretenues mécaniquement et reliées par des relais chauffés. Sont également offertes la patinoire, la glissade sur tubes et la pêche blanche à la truite mouchetée. L’été venu, c’est le lieu idéal pour s’initier, en famille, à la randonnée et au camping, notamment au Bellevue avec sa plage sablonneuse.

Renseignements: Location de chalet : de 69 $ à 84 $ par personne et par nuit, selon le chalet. Gratuit pour les 17 ans et moins. ☎ 418 323-2021, sepaq.com.

Chaudière-Appalaches

Réserve écologique de la Serpentine-de-Coleraine

Sur les 12 réserves du genre recensées au Québec, seulement 4 sont ouvertes au public. Et c’est une chance, car ce statut confère au territoire une protection intégrale au regard de sa richesse écologique et géologique. « Ce territoire est porté par le bénévolat local et par la municipalité de Saint-Joseph-de-Coleraine, dit Manon Couture, coordonnatrice, Sentiers pédestres, des Trois-Monts-de-Coleraine. L’hiver est la saison idéale pour découvrir ses 20 kilomètres de sentiers en raquettes ou en crampons. »

 
Photo: Les Trois-Monts L’hiver est la saison idéale pour découvrir les 20 km de pistes en raquettes ou en crampons des Trois-Monts-de-Coleraine, selon Manon Couture, coordonnatrice des sentiers pédestres.

On peut même y passer la nuit, en toute tranquillité, dans une yourte ou un chalet. Une ressource nature particulièrement appréciée dans l’environnement minier qu’on connaît.

Renseignements: Accès journalier : 6 $. Location du chalet : de 115 $ à 165 $ par nuit, selon le jour de la semaine. Location de la yourte : de 75 $ à 105 $ par nuit, selon le jour de la semaine. ☎ 418 423-3351, 3monts.ca.