Quelques classiques du parc Jean-Drapeau revisités

Un exemple d’art public sur le site
Photo: Société du parc Jean-Drapeau Un exemple d’art public sur le site

Le parc Jean-Drapeau. On le tient pour acquis et on croit le connaître. Mais, au-delà de La Ronde et des grands événements, les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame proposent certaines des meilleures surprises de l’été montréalais, qu’on soit seul, en couple, en famille ou entre amis. Une grande partie de l’île Sainte-Hélène est martyrisée cet été pour assurer la construction d’un amphithéâtre naturel qui pourra accueillir 65 000 personnes en 2019. Presque tout l’espace où se trouvaient les pavillons durant Expo 67 est clôturé et inaccessible. Les activités se trouvent donc concentrées à l’est de la zone de ces travaux.

Navette fluviale

Depuis le Vieux-Montréal et Longueuil, la navette fluviale permet de débarquer du côté nord de l’île Sainte-Hélène, à pied ou à vélo. Cette appropriation rare du fleuve Saint-Laurent procure un délicieux moment. Sur l’île, le quai et sa rangée d’arbres et de bancs accordent le soir un brillant point de vue sur le centre-ville et le pont Jacques-Cartier. Un point de vue plus facilement accessible que le belvédère du mont Royal, car la station de métro Jean-Drapeau est à environ huit minutes de marche (un stationnement, payant bien sûr, est à deux pas du quai).

Musée Stewart

En marchant vers l’est, on arrive rapidement au Musée Stewart, une perle du réseau des musées montréalais. L’exposition permanente présente l’histoire de Montréal avec des objets magnifiques et souvent très rares. Jusqu’au 24 mars 2019, l’exposition temporaire Paris en vitrine transporte habilement le visiteur dans la Ville lumière du XVIIIe siècle.

Les 11 et 18 juillet, ainsi que les 1er et 8 août, on peut visiter le musée entre 17 h et 22 h et assister aux feux d’artifice depuis la cour — tout cela pour 5 $. Ce sont les soirées « Musée et Feux. »

Tour de Lévis

Depuis le 19 mai, la tour de Lévis (la grande tour d’aspect ancien au centre de l’île Sainte-Hélène) est ouverte aux visiteurs (sauf les 23 et 24 juin). C’est gratuit, mais il faut dépenser de l’énergie pour grimper les 157 marches qui mènent à la plate-forme du sommet et à son étonnant panorama sur 360 degrés.

En marchant vers le métro depuis la tour, on passe par un circuit Trekfit (gratuit) constitué d’une série d’appareils et de stations de mise en forme. La plupart des 17 stations proposent des exercices différents pour les gens en forme et ceux qui le sont moins. Il est particulièrement agréable d’y faire de l’exercice en fin de journée, alors que l’île Sainte-Hélène est calme et qu’elle baigne dans le soleil couchant. Les crépuscules y sont merveilleux. À noter que le Trekfit est accessible tous les jours de 6 h à 22 h, sauf les journées du Piknic Électronik.

Biosphère

La signature visuelle de l’île Sainte-Hélène demeure la grande boule métallique de la Biosphère. Ce dôme géodésique connu mondialement est particulièrement impressionnant le soir quand son éclairage passe d’une couleur à une autre. Des gens apportent d’ailleurs des sièges de jardin pour admirer la Biosphère qui change de couleur, comme s’il s’agissait d’un feu de foyer surdimensionné. Le jour, elle est le Musée canadien de l’environnement.

Île Notre-Dame

En allant de l’île Sainte-Hélène à l’île Notre-Dame, on passe devant la place des Nations. Abandonnée depuis l’Expo, elle a déjà presque l’air d’une ruine maya avec ses enchevêtrements de végétation sauvage. Les vestiges d’Expo 67 sont d’ailleurs beaucoup plus nombreux sur l’île Notre-Dame que sur l’île Sainte-Hélène. Les petits canaux demeurent bien visibles sur l’île Notre-Dame, de même que des vestiges d’anciens pavillons. D’intéressantes oeuvres d’art public ont redonné un air contemporain à ce grand espace semi-abandonné.

Casino de Montréal

De partout sur l’île Notre-Dame, on admire la structure altière du Casino de Montréal. L’ancien pavillon français de l’Expo est devenu un lieu ludique extrêmement populaire les week-ends. Au-delà des jeux de hasard, cet édifice qui file sur le temps et les époques affiche alors une atmosphère de paquebot de croisière.

Un feu roulant de spectacles gratuits et payants donne un visage humain et joyeux à ce royaume du jeu. L’étage des restaurants propose d’excellents plats à des prix avantageux avec, en prime, des vues imprenables sur Montréal et la Rive-Sud. Et le stationnement est toujours gratuit. Le Casino de Montréal est beau, bon, pas cher… à condition de ne pas trop jouer !

À l’eau, Montréal !

Plage ou piscines? On a le choix. Et le parc Jean-Drapeau est pris d’assaut par les Montréalais quand il fait beau et chaud.
 

À deux pas du métro, le Complexe aquatique compte deux grandes piscines de baignade et une de plongeon, dans un cadre charmant qui comprend maintenant des zones d’ombrage. C’est donc bien plus qu’une simple piscine municipale, et il n’est pas gratuit. Mais l’endroit est très prisé. Il faut arriver tôt lors des belles journées de week-end pour poser sa serviette dans un endroit de choix. 
 

La plage Jean-Doré permet de vivre une belle journée de bronzette tout près du site du Casino. Cette plage en eau filtrée est accessible en voiture, en métro-bus et à vélo. L’ambiance plagesque est rehaussée par des terrains de volleyball. 

Renseignements: ☎ 514 872-6120