Un ultime tour de piste pour «Les géants de l’étang»

Magdaline Boutros Collaboration spéciale
Dans le spectacle <em>Les géants de l’étang</em>, des personnages issus d’un étang prennent vie.
Photo: OSMO Dans le spectacle Les géants de l’étang, des personnages issus d’un étang prennent vie.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Pour un troisième et ultime été, le Théâtre de la Dame de Cœur présente le spectacle Les géants de l’étang. Au cœur de l’intrigue : des chenilles un peu pressées qui aimeraient bien devenir des papillons, tout de suite et maintenant. Dans une ribambelle de couleurs qui transporte la poésie jusqu’aux yeux et aux oreilles du public, des marionnettes géantes se déploient tout autour des spectateurs lovés au cœur d’un théâtre en plein air.

C’est seulement la deuxième fois en 42 ans d’existence que le Théâtre de la Dame de Cœur présente la même production trois étés de suite. « C’est vraiment exceptionnel dans notre histoire et c’est à la demande du public », s’enthousiasme Richard Blackburn, le directeur général et artistique du Théâtre de la Dame de Cœur.

La production a été développée dans le cadre du 40e anniversaire de la compagnie. « On a eu deux saisons d’exception en 2016 et 2017 », poursuit M. Blackburn. Le spectacle voulait incarner à lui seul la somme de toutes les expertises développées par le Théâtre au fil des ans. « Les créateurs sont vraiment allés au maximum de tout ce qu’on avait exploré dans le passé », explique-t-il.

Dans ce spectacle plus grand que nature où des personnages issus d’un étang prennent vie, le public se retrouve au cœur de l’action, alors que le spectacle s’anime autour de lui, au-dessus de lui et à travers lui. Des marionnettes en tout genre, allant de la marionnette à gaine à la marionnette électronique, se déploient dans un magnifique ballet qui allie innovation technologique et création artistique.

Mais au-delà de sa production théâtrale, le Théâtre de la Dame de Cœur souhaite offrir au public ce que Richard Blackburn appelle « une expérience culturelle ». Ainsi, avant de s’installer sur leur siège pivotant dans le théâtre en plein air, les spectateurs sont invités à découvrir le site situé à Upton, en Montérégie, où se trouve notamment un centre d’interprétation dans lequel se reposent des marionnettes « à la retraite ». Une exposition mettant en lumière le travail de recherche et d’expérimentation du Théâtre est également accessible. Sans oublier des ateliers de création qui sont offerts aux plus jeunes.

Les spectateurs peuvent également se balader dans le parc nature de la région d’Acton, situé sur le site même du théâtre. On y trouve, entre autres, un labyrinthe de tournesols, du frisbee-golf, ainsi que le plus vieil érable de la province ! Cette « expérience culturelle » se clôt après la présentation du spectacle, lorsque les marionnettes et les marionnettistes reviennent dans la salle pour répondre aux questions des spectateurs et prendre quelques photos. Les coulisses perdent alors de leur mystère, puisque le public y est convié. « Les gens peuvent alors voir et comprendre comment tout ça est déployé, explique M. Blackburn. C’est pour ça qu’on appelle ça une expérience culturelle… il y a de la place pour la curiosité et pour avoir des réponses à notre curiosité. »

Les géants de l’étang

Du mercredi au dimanche dès le 4 juillet. Billetterie: 450 549-5828.