Le temps des sucres se transporte de plus en plus en zone urbaine

Dans Verdun, une partie de l’activité Cabane Panache et Bois rond prendra vie tout au long de la fin de semaine au pied de l’église du quartier.
Photo: Cabane Panache et Bois rond Dans Verdun, une partie de l’activité Cabane Panache et Bois rond prendra vie tout au long de la fin de semaine au pied de l’église du quartier.

Le printemps se fait peut-être encore timide, mais le temps des sucres, lui, est bel et bien à nos portes. Et loin d’être confinés aux rangs de campagne, les plaisirs acéricoles sont maintenant chose courante en ville, de Québec à Montréal, où le concept ne cesse de faire des petits.

Le sirop d’érable coulera à flots jusqu’aux limites d’avril dans les parcs et espaces publics montréalais, les cabanes à sucre urbaines s’y étant multipliées au cours des dernières années. De la promenade Wellington, dans Verdun, au pied du Stade olympique, en passant par les quais du Vieux-Port, les Montréalais en manque de sucre pourront ainsi combler leur appétit (et leur soif) toutes les fins de semaine du printemps si le coeur leur en dit.

Et le bal débute dès ce vendredi, alors que la « Well » verdunoise prendra des airs de fête. De loin l’un des plus imposants festivals de l’érable au Québec, Cabane Panache et Bois rond célèbre cette année son huitième printemps. Pour l’occasion, les organisateurs ont fait éclater leur programmation culturelle (du doux folk au rap, en passant par la chanson québécoise assumée), espérant ainsi attirer des gens de toute l’île et des environs. En tout, près de 80 000 personnes sont attendues tout au long du week-end.

Photo: Complètement sucres

Fortement inspiré de la cabane traditionnelle, l’événement sera aussi l’occasion pour les visiteurs de s’imprégner de l’ambiance villageoise du quartier. « Dans Verdun, on se plaît à dire qu’on est un peu comme un petit village dans une grande ville, lance avec un sourire dans la voix Billy Walsh, directeur général de la Société de développement commercial (SDC) Wellington, qui se cache derrière l’organisation des festivités. Et en fin de semaine, ce sera pleinement assumé ! On apporte un morceau de campagne en ville, tout en mettant notre localité — nos commerçants, entre autres — à l’honneur. »

Cuisine à l’honneur

Bon an, mal an, redoux ou non, le temps des sucres est surtout une excellente occasion de se remplir la panse. Et qu’à cela ne tienne, les amoureux de bonne bouffe seront servis tout au long du mois d’avril puisque les « cabanes gastronomiques » n’ont sans doute jamais été aussi nombreuses.

Premier arrêt : le parc Morgan, dans l’est de Montréal, où Complètement sucres posera ses pénates pour une cinquième année, le temps d’un après-midi, le 7 avril prochain. Présenté comme un concours culinaire, l’événement mettra en vedette les nombreux chefs du quartier Hochelaga-Maisonneuve. Invités à réinventer les classiques de la cabane à sucre, ces derniers offriront toute une sélection de bouchées à saveur d’érable, de quoi mettre l’eau à la bouche des visiteurs. Le public aura ensuite la lourde tâche de sacrer championne la meilleure déclinaison.

Photo: Complètement sucres L’événement Complètement sucres permet des dégustations pour tous les âges.

« C’est l’occasion de mettre à l’honneur les talents culinaires du quartier, souligne le directeur général de la SDC du quartier, Jimmy Vigneux. Et ils sont nombreux ! »

Les plus gourmands pourront poursuivre leur périple gustatif dès la semaine suivante. Toujours dans Hochelaga-Maisonneuve, cette fois à l’ombre du Stade, quatre grands chefs proposeront un « parcours gastronomique » dans le cadre de la première édition de l’événement Temps des sucres.

« Chaque chef proposera son interprétation de l’érable sous forme de bouchées, explique Charles Ouellet, qui organise l’événement avec son associé Jean-Pierre Marcotte. Les visiteurs pourront donc avoir un repas complet — de l’entrée au dessert — tout en goûtant au style culinaire de quatre chefs de renom. » Des accords mets-vins et mets-bières seront disponibles pour ceux qui souhaiteront élever l’expérience d’un cran.

Pour l’occasion, l’esplanade olympique prendra des allures de village éphémère où il sera possible de déambuler, tout en profitant d’une programmation éclectique.

Conçue tant pour les familles du quartier que pour les foodies des secteurs avoisinants, cette dernière devrait allier tant les heures du conte que les DJ sets endiablés.

Cabane Panache et Bois rond. Du 22 au 25 mars sur la promenade Wellington, à Verdun.

Complètement sucres. Le 7 avril de midi à 16 h au parc Morgan, dans Hochelaga-Maisonneuve à Montréal.

Le Temps des sucres. Du 12 au 22 avril à l’esplanade financière Sun Life, 4141, avenue Pierre-De-Coubertin à Montréal. De 33 $ à 65 $ par personne.

D'autres idées sucrées

Érable en fête dans les marchés publics montréalais les 24 et 25 mars. Activités familiales et dégustation de tire d’érable.

Un chef à l’érable, dans le Vieux-Port de Montréal. Du vendredi au dimanche jusqu’au 15 avril, au Scena du quai Jacques-Cartier. Repas gastronomique décliné en quatre services signé Hakim Chajar, chef propriétaire du restaurant Miel.

Gueule d’érable dans le Vieux-Port de Montréal. Le dimanche 29 avril de 11 h 30 à 18 h 30, au quai Jacques-Cartier. Cuisine de rue et ambiance festive.

Au coeur de la capitale

Rendre au temps des sucres ses lettres de noblesse, c’est le défi que se sont lancé il y a trois ans les organisateurs de la Cabane urbaine, à Québec. Pour y arriver, l’équipe oscille entre la tradition et la modernité, en proposant un menu où se côtoient de grands classiques de la cabane à sucre d’antan et des plats réinventés, dans un décor urbain bien de son temps.
La Cabane urbaine. Les samedis et dimanches jusqu’au 8 avril à Expocité — Centre des foires (entrée A).