Sorties week-end

Dynastie femmes


En ce week-end suivant la Journée internationale des femmes, pourquoi ne pas en profiter pour encourager l’un des lieux de diffusion phares pour les artistes femmes et l’art féministe dans la métropole, la Centrale Galerie Powerhouse, lors de sa collecte de fonds annuelle ? La soirée de vendredi promet une ambiance très festive avec karaoké, cocktails, tournoi de bras de fer et concours de « lip-sync ». Parce que les espaces par et pour les femmes sont importants.

Feminasty, vendredi, dès 18 h, à la galerie. Entrée entre 5 $ et 20 $, à votre discrétion. 

 

Sur deux roues


En attendant d’enfourcher nos valeureuses bécanes sur les routes (chapeau à celles et ceux qui roulent été comme hiver), on se console en allant faire un tour au tout premier festival de cyclisme intérieur de Montréal. Prestations sportives, performances musicales et bar seront de circonstance.

Motion Fest, samedi, à partir de 19 h, au 5196-B, rue de la Savane, 5 $.

 

Bonjour les artistes


Art Matters, le festival des étudiants au baccalauréat de la Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia, revient ce week-end et se poursuivra jusqu’au 27 du mois. Avec des expositions et des événements explorant différentes notions telles que la tendresse, l’équilibre ou encore la narration au sein de la communauté artistique étudiante, le festival est un important relais dans le calendrier des arts visuels émergents

Festival Art Matters, jusqu’au 27 mars. 

 

Bloc à bloc


Le Festival de Casteliers bat son plein cette fin de semaine et la performance du Néerlandais Nick Steur pique la curiosité. Dans ce spectacle prévu pour les 8 ans et plus, le sculpteur construit une oeuvre unique avec des cailloux, une nouvelle pour chaque représentation du spectacle, aidé seulement du pouvoir de l’équilibre et de sa concentration.

Freeze !, performance de Nick Steur, vendredi à 16 h et samedi à 11 h et à 13 h 30, à Oboro.

 

Un thé pour la Terre


En 2017, l’artiste de Québec Éveline Boulva a réalisé une résidence de recherche et de documentation au Bélize, où elle a pu observer les effets des changements climatiques dans ce petit pays d’Amérique latine. Son expo d’estampes et de dessins Terre tourmente, actuellement en cours chez Engramme, revient sur les conclusions menées lors de ce séjour. L’artiste passe la journée de samedi à la galerie et reçoit les visiteurs autour d’un thé pour discuter des thèmes abordés dans son travail.

Un thé avec Eveline Boulva, samedi de midi à 17 h, chez Engramme, gratuit.