Des nuits à coucher dehors

Une yourte à l’écogîte Le Lièvre au domaine Les Côteaux Missisquoi
Photo: Les Côteaux Missisquoi Une yourte à l’écogîte Le Lièvre au domaine Les Côteaux Missisquoi

La meilleure façon de vous rapprocher de l’hiver ? Passer la nuit dans un hébergement rustique qui vous connecte aux éléments extérieurs.

Depuis l’apparition massive de la formule du prêt-à-camper, de drôles de cabanes n’ont cessé de se propager dans toutes les régions du Québec. Certaines misent sur la proximité des éléments naturels — forêt, rivière, cime des arbres, ciel étoilé — pour faire vivre aux villégiateurs une expérience immersive inoubliable. Voici quelques suggestions d’hébergements « nature », plus proches du camping que du chalet, pour retomber amoureux de l’hiver.

Laurentides

« Quand les enfants débarquent de leur auto, cellulaire à la main, je n’y vais pas par quatre chemins, je leur dis : “Ici, les appareils électroniques sont interdits !” explique le coloré Keith Kübeck, fondateur de Chimo refuges, à Saint-Sauveur. Au début, ça les déstabilise, évidemment, mais dès qu’ils aperçoivent le parcours d’hébertisme, ils oublient le reste. »

Cette histoire de cabanes dans les arbres lui trotte dans la tête depuis 30 ans, bien avant que tout le monde se mette à en remplir les forêts du Québec ! Le petit gars du pays a exaucé son rêve : ouvrir grandes les portes de sa forêt intacte et amener les visiteurs à se reconnecter avec les bruits de la nature. Comme dans la cabane Stella, aux allures de « tente d’Indiens » construite sur pilotis autour d’un arbre mature qui le traverse de part en part.

Info Service de transport des bagages inclus. Capacité : 4 personnes. Tarif pour une nuit : 162 $, bois de chauffage et douches compris. chimorefuges.com

Cantons-de-l’Est

Photo: Les Côteaux Missisquoi Vue de l’écogîte La Mésange au domaine Les Côteaux Missisquoi

« Pour la construction du dernier écogîte, j’ai coupé seulement trois arbres sur mon terrain, explique Stephan Adam, propriétaire des Côteaux Missisquoi, à Saint-Étienne-de-Bolton. Ça faisait plus de vingt ans qu’on n’avait pas touché à ces 70 hectares de forêt. » Le point fort de ces hébergements forestiers ? Un contact intime avec les éléments, mais aussi un souci pointilleux d’intégration environnementale.

Comme pour La Mésange, un écogîte avec un large vitrage sur deux façades et un aménagement intérieur rudimentaire où rien ne manque : une chambre fermée, une mezzanine avec deux couchages, un divan-lit et une toilette extérieure à compost.

Le refuge a été construit avec des matériaux naturels prélevés sur place, pas de teinture ni de Gyproc, et une isolation à la laine de roche. Autour : vue sur le ruisseau, sur les pins centenaires et sur le coucher de soleil au-dessus de la montagne. Les Sentiers de l’Estrie sont à deux pas.

Info Accueil personnalisé. Capacité : 6 personnes. Tarif pour une nuit : 140 $, bois de chauffage et éclairage solaire compris. coteauxmissisquoi.com

Région de Québec

Les igloos de l’auberge du P’tit Bonheur sont plutôt des quinzies, des abris creusés dans la neige où l’on s’emmitoufle dans un sac de couchage -40 degrés, sur un matelas de sol de 2,5 pouces. « À l’intérieur, une température moyenne de -6 degrés, selon les conditions, soutient Antoine Simard, propriétaire de l’auberge située sur l’île d’Orléans. Et si le baromètre descend trop bas, une chambre chauffée est à disposition des visiteurs pour terminer la nuit ! » Mais, en général, avec un pyjama chaud et une bouteille de deux litres d’eau chaude en guise de bouillotte, la nuit est très confortable.

Selon le propriétaire, 95 % des clients sont d’origine étrangère, Européens pour la plupart. « On a tous creusé notre propre quinzie dans notre cour d’école, étant jeunes, explique Antoine Simard. Pour les Québécois, ce n’est pas très exotique, pourtant c’est une expérience grisante. » Autour, on peut partir en raquettes (40 km de sentiers) ou en traîneau à chiens ; l’auberge possède un chenil de 200 huskies.

Info Tout l’équipement est fourni(y compris le sac de couchage). Chambre chauffée avec douche disponible en tout temps. Tarif pour une nuit : 47 $. leptitbonheur.com

Mauricie

« Deux options pour camper dans le parc régional de la Rivière-Gentilly, explique Marc Joseph, son directeur : une section pour les véhicules de type Safaris Condo et une autre, sans services, pour les inconditionnels du camping d’hiver qui possèdent leur propre équipement. » Les sites sont éparpillés près de la rivière au creux d’une forêt de conifères.

Même si l’activité n’est offerte que durant les fins de semaine, il est peu probable d’être dérangé par la présence de voisins, que ce soit près, ou loin, des sanitaires.

Autour : 17 km de sentiers tapés pour le fatbike et un terrain fait pour le ski Hok (ou ski-raquette). « Notre préoccupation : donner à notre clientèle les meilleures conditions possible grâce aux nouvelles technologies de damage qui voient le jour », explique le passionné directeur du parc.

Info : Une dizaine d’emplacements sont accessibles durant la fin de semaine. Tarif pour une nuit : 43 $ (46 $ avec services). Une tarification forfaitaire incluant l’hébergement et la location d’équipement peut être offerte aux groupes. rivieregentilly.com

Lanaudière

Dormir dans une bulle de plastique végétal transparente et chauffée, sous le ciel étoilé, et connectée à une cabine comprenant une mini-cuisine et une salle de bain : c’est l’invitation que vous lancent Les Pieds sur terre, à Saint-Calixte. « Nous sommes installés dans une forêt mature, et tout est offert pour plaire autant aux adultes qu’aux enfants : ferme d’animaux et permaculture sur place », explique le fondateur de l’entreprise Stanislas Balzotti. Un succès foudroyant depuis sa création.

Info : Service de transport des bagages inclus. Capacité : deux adultes et deux enfants. Tarif pour une nuit : 160 $ pour deux personnes. hebergementlespiedssurterre.com

Saguenay–Lac-Saint-Jean

À Aventuraid-Parc Mahikan, à Girardville, on ne fait pas juste dormir en tente prospecteur, on vit une expérience immersive avec les loups en pleine forêt. « Nous avons une quarantaine de loups nés en captivité, explique le propriétaire de l’entreprise, Gilles Granal. Cette proximité nous permet de démystifier cet animal mythique auprès du public. » Des visites contact avec certains loups sont au programme, selon un protocole de sécurité très strict.

« Parfois, les loups peuvent être turbulents, se dresser les deux pattes avant sur un visiteur, ce qui peut être très intimidant. Une raison pour laquelle cette activité est réservée aux adultes », explique Gilles Granal. Vous endormir en pleine forêt dans le hurlement des loups, avouez que vous en rêviez !

Info : Des séjours de longue durée permettent de jumeler l’observation des loups au traîneau à chiens et à d’autres activités. Tarif pour une nuit : 95 $ pour deux personnes. Visite contact en enclos : 65 $ par personne. aventuraid.qc.ca