Des randonnées en raquettes pour jeter un autre regard sur le mont Royal

Peu importe le chemin emprunté, quelques arrêts mêlant anecdotes historiques et renseignements inusités sur la faune et la flore de la montagne ponctuent la randonnée.
Photo: Alexandre CV Peu importe le chemin emprunté, quelques arrêts mêlant anecdotes historiques et renseignements inusités sur la faune et la flore de la montagne ponctuent la randonnée.

La patinoire du lac aux Castors a beau être fermée cet hiver, le mont Royal regorge d’autres activités permettant de profiter des joies de la saison froide sans sortir de la ville. Parmi elles, des randonnées guidées en raquettes à la tombée de la nuit. Le Devoir a tenté l’expérience.

«La raquette révèle le mont Royal dans tout ce qu’il a de merveilleux et d’unique », soutient le chef de la programmation grand public des Amis de la montagne, Jean-Michel Villanove. C’est pourquoi, chaque vendredi et samedi soir, l’organisme propose au public de porter un nouveau regard sur le poumon de la ville en participant à une randonnée en raquettes.

Aucune expérience n’est requise pour profiter de l’activité. Les Amis de la montagne fournissent des raquettes à tous les participants et leurs guides prodiguent toutes les explications nécessaires au bon déroulement de la randonnée.

Dans les pas de Charlotte

Nous avons rendez-vous à 18 h au pavillon du lac aux Castors. Pour les 90 prochaines minutes, notre groupe formé d’une vingtaine de personnes suivra les pas de Charlotte, une guide énergique et souriante.

On reconnaît les guides par leur « uniforme » constitué d’une tuque bleue, d’une ceinture fléchée et d’une lanterne. Mais nul besoin d’éclairage artificiel pour se promener de nuit entre les branches du parc du mont Royal : le reflet des lumières de la ville sur la neige blanche assure une parfaite visibilité, en plus de conférer à l’expérience une aura de mystère.

La raquette nous révèle le mont Royal dans tout ce qu’il a de merveilleux et d’unique

Deux parcours

Deux parcours sont offerts aux randonneurs. « Ce sont deux regards, deux approches différentes du mont Royal », explique M. Villanove. Lors de notre passage sur la montagne, nous avons fait celui du sommet, qui passe notamment par la maison Smith et la croix du mont Royal.

L’autre trajet est « un peu plus physique, mais reste ouvert à tous ». Il comporte davantage de montées et de descentes, offrant par le fait même une variété de panoramas sur le centre-ville.

Photo: Alexandre CV La marche en raquettes sur les sentiers du parc du Mont-Royal permet de vivre une expérience de plein air au cœur de Montréal. 

Peu importe le chemin emprunté, quelques arrêts mêlant anecdotes historiques et renseignements inusités sur la faune et la flore de la montagne ponctuent la randonnée.

Le Devoir a notamment pu y découvrir l’utilité des chicots et apprendre l’histoire du « mont Chauve », le surnom dont a hérité la montagne après qu’on eut ordonné, dans les années 1950, la coupe de tous les arbres d’un secteur réputé pour ses activités immorales (lire : prostitution et consommation de substances illicites). Ces petits arrêts éducatifs répondent à la « mission de mise en valeur » du mont Royal des Amis de la montagne. « En quelques arrêts, on a un nouveau regard », ajoute Jean-Michel Villanove.

Vers la fin du parcours, un chocolat chaud est offert aux participants, question de les récompenser pour leurs efforts. Lors de la fin de semaine de la Saint-Valentin, cette boisson sera remplacée par un vin chaud agrémenté d’une truffe au chocolat.

Par la même l’occasion, Les Amis de la montagne proposent aux amoureux un combo souper-randonnée permettant de partager une fondue après s’être creusé l’appétit en marchant.

Ces randonnées, qui existent depuis une quinzaine d’années, gagnent sans cesse en popularité. Les places s’envolent rapidement, mais il en reste pour février, nous a assuré M. Villanove.

Pour répondre à la demande, l’organisme pourrait ouvrir davantage de plages horaires à l’avenir, avance-t-il. Bon à savoir : l’organisme peut également organiser des randonnées privées pour des groupes.

Après avoir vécu l’expérience, on comprend l’engouement : la marche en raquettes sur les sentiers du parc du mont Royal permet de vivre une expérience de plein air au coeur de Montréal.

« L’ancrage de la ville est très fort, on l’a en toile de fond avec son paysage époustouflant, et en même temps, on ressent vraiment cette bulle de nature, affirme M. Villanove. Ça magnifie ce que le mont Royal peut nous offrir. »

Randonnées en raquettes sur le mont Royal

Tous les vendredis et samedis soir jusqu’au 2 mars, 22 $ par adulte