Toxiques, les conseils santé?

Jacynthe René parle de son style de vie en symbiose avec la nature dans ses livres, ses magazines et ses émissions sur Maison Jacynthe.
Photo: Maude Chauvin pour Maison Jacynthe Jacynthe René parle de son style de vie en symbiose avec la nature dans ses livres, ses magazines et ses émissions sur Maison Jacynthe.

Les cadeaux de Noël de fiston ne sont pas encore achetés qu’on se demande déjà comment on va se remettre des excès des fêtes de fin d’année à venir. Grâce aux stars du mieux-être et de la santé, les conseils pour remettre son foie et son estomac sur pied abondent sur le Web. Mais dans ce Far West de propositions se glissent des informations contradictoires, parfois farfelues, à tel point qu’on en vient à ne plus trop savoir ce qui serait bon pour nous. La santé serait-elle devenue trop compliquée, docteur ?

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .

6 commentaires
  • Benoit Fournier - Inscrit 18 novembre 2017 02 h 18

    Le Dr Juneau et le lait

    Olivier Bernard nous dit que c'est louche de couper tous les produits laitiers. Ce serait intéressant d'avoir le point de vue du Dr Juneau, qui souligne dans certaines publications les bienfaits du végétalisme.

    Assurément, certaines personnes consomment des produits laitiers et sont en excellente santé. Par contre, est-ce un choix douteux de couper complètement les produits laitiers?

    • Maryse Veilleux - Abonnée 19 novembre 2017 22 h 31

      Ce ne sont pas les produits laitiers le problème, mais la réaction de notre système s'il développe une intolérance. Le végétalisme n'est pas bon pour tout le monde non plus. Il faut seulement être attentif à nos réactions biologique et organique.

  • Anne-Marie Isabel - Inscrite 18 novembre 2017 10 h 34

    Et si on pouvait se passer de leurs conseils?

    C’est à se demander comment nos ancêtres ont pu vivre si vieux sans tous ces bons conseils qu’ils n’ont pas reçus. Dans ma famille, mes grands-parents, oncles, tantes sont presque tous et toutes décédés après 80 et 90 ans avec toute leur tête intacte sauf en cas de maladie subite ou d’accident. Et que dire du nombre de centenaires qui ne cesse d’augmenter selon les derniers recensements et cela partout dans le monde qui n’avaient pas de temps à perdre à lire des tas d’articles sur l’alimentation saine?
    Serait-ce tout simplement parce que chacun et chacune de nous sait déjà instinctivement ce qui est bon à manger pour être en bonne santé?

    • Irène Doiron Et M. Pierre Leyraud - Abonnée 20 novembre 2017 02 h 17

      Dans l'ancien temps, comme vous dites, il n'y avait pas autant de pesticides et d'insecticides dans les aliments. Et il n'y avait pas la pollution automobile et autres que nous connaissons. Les femmes, en général, ne fumaient pas et buvaient rarement de l'alcool, ça aide déjà à rester en santé! Et elles allaitaient, ce qui les protégeaient du cancer du sein pour certaines. Si dans votre famille, comme dans la mienne, bien des gens sont morts vieux, globalement, la longévitié moyenne était bien moindre toutefois et la mortalité infantile bien plus importante. On nous prédit aujourd'hui que nos enfants vont mourir plus jeunes que leurs parents en raison de notre mode de vie, de l'alimentation industrielle, du stress, de la sédendarité, etc. Les enfants québécois ont tous des pesticides dans leur urine. Quelles en seront les conséquences à long terme? Il y avait du bon dans "l'ancien temps" c'est sûr, mais il y avait aussi des problèmes de santé, il ne faut pas idéaliser ce bon vieux temps non plus. Aujourd'hui, nous devons nous renseigner car l'alimentation a beaucoup changé depuis celle de nos ancêtres.
      Cela dit, le pharmachien devrait mieux se renseigner sur le gluten; le blé, aujourd'hui, en contient 80 fois plus qu'avant. Cela crée des intolérances. Je buvais du lait cru de notre vache quand j'étais gamine, la vache se nourrissait dehors, où il n'y avait pas de pesticides, ma mère faisait son beurre, etc. Nous faisions notre compost spontanémenet, toutes choses qui ont disparu et qui reviennent en raison des maux qui nous affectent. Nous avons raison de nous renseigner car certains producteurs de produits alimentaires cherchent d'abord leurs profits avant notre santé!

    • Mathieu Bouchard - Inscrit 20 novembre 2017 11 h 42

      Mme Doiron, le gluten est le plus gros de la différence entre la farine de blé et l'amidon de blé. Il ne peut pas y avoir eu une multiplication par 80 de la quantité de protéines de blé, sinon plusieurs recettes traditionnelles à base de blé n'auraient jamais existé ou auraient dû être réécrites depuis et ce serait alors un fait super connu et évident pour tous, mais ce n'est pas le cas. Donc il n'y a pas eu de multiplication par 80, peut-être même pas par 2. Qui est-ce qui devrait mieux se renseigner sur le gluten ? Où avez-vous pris une telle idée ??

  • Maryse Veilleux - Abonnée 19 novembre 2017 22 h 33

    Médusée!...

    Je suis totalement médusée par la crédulité des gens... et de leur manque d'esprit critique.