Rouler au clair de lune

Un cycliste «illuminé» à Vélo sous zéro
Photo: Vélo Québec Un cycliste «illuminé» à Vélo sous zéro

Année après année, de plus en plus de Québécois étirent la saison cyclable bien au-delà de la première bordée de neige, faisant fi du froid et des intempéries. Pour célébrer ces cyclistes hivernaux et souligner, par la même occasion, le 375e anniversaire de Montréal, Vélo Québec invite les adeptes de la pratique à prendre part à Lune d’hiver, une édition toute particulière de son maintenant bien connu Vélo sous zéro.

C’est une fois le soleil couché, quand les rues seront baignées par les lumières de la ville, que sera donné cette année le départ de cette expérience hivernale. « Pour les 375 ans de Montréal, nous voulions proposer quelque chose de différent, souligne Joëlle Sévigny, directrice générale de Vélo Québec, événements et voyages. Nous avons donc opté pour une version nocturne, festive, qui permet de nous inscrire dans la programmation plus vaste des Hivernales montréalaises. »

L’organisme invite ainsi les cyclistes de tout acabit à décorer leur deux-roues — pour être beau, mais surtout pour être vu — et à participer, samedi soir, à cette balade unique qui s’étirera d’abord sur près de quatre kilomètres. Convié à la place des Festivals, le cortège lumineux devrait prendre la route aux alentours de 19 h et sillonnera les rues du coeur de la métropole jusque dans le Vieux-Port, à un point de rencontre.

« Le parcours a été conçu pour que les participants croisent sur leur route les nombreuses projections lumineuses qu’on retrouve un peu partout sur les bâtiments du centre-ville, précise Mme Sévigny. Ça risque d’être une très belle balade. »

40%
C’est le pourcentage d’augmentation des cyclistes d’hiver, selon Vélo Québec, ce qui se répercute sur les événements de l’organisme.

Lancée par Vélo Québec en 2014 pour souligner les 30 ans du bien connu Tour de l’île, Vélo sous zéro est maintenant attendu par la communauté de cyclistes hivernaux, qui y voient une occasion de se rassembler.

Certains étaient d’ailleurs bien déçus en apprenant que la balade n’aurait pas lieu sous sa forme habituelle. « Qu’ils soient rassurés, la version nocturne sera unique, assure Joëlle Sévigny. Nous reviendrons très certainement l’an prochain avec une nouvelle édition de Vélo sous zéro. »

Depuis les débuts, l’activité hivernale ne cesse de prendre de l’ampleur. Ainsi, s’ils étaient environ 500 irréductibles à enfourcher leur monture métallique en 2014, et ce, malgré le mercure qui frôlait les –15 °C, ce ne sont pas moins de 1000 cyclistes qui ont pris part à l’édition 2015. Et c’est le même nombre que s’attend à accueillir Vélo Québec cette année.« Le nombre de cyclistes d’hiver a explosé au cours des dernières années, note la chargée de projets en transport actif, Magali Bebronne. On parle d’une augmentation de près de 40 %, c’est certain que ça se répercute sur nos événements. »

À qui la rue ?

Et ce ne sont plus quelques « kamikazes » et autres « hurluberlus » urbains qui sont attendus au détour. Déjà, depuis l’an dernier, Vélo Québec constate que sa féria hivernale ùattire des adeptes en tout genre. « Il serait faux de croire que le vélo d’hiver ne concerne qu’un certain type d’individus, lance Joëlle Sévigny. Parmi nos participants de l’an passé, nous avions par exemple plusieurs familles et des gens pour qui il s’agissait d’une première expérience. »

Selon Magali Bebronne, le parcours hivernal organisé par Vélo Québec est une bonne occasion pour les amateurs de vélo plus frileux de s’initier à la pratique dans la neige en contexte sécuritaire.

De fait, en plus d’être encadré, l’événement est une chance pour les curieux de se familiariser avec la pratique et d’en apprendre davantage sur le sujet.

Les plus tenaces qui souhaiteront poursuivre l’expérience pourront ensuite prendre part à une seconde promenade, cette fois d’une quinzaine de kilomètres, qui les conduira jusqu’au pied du Stade olympique, dans Hochelaga-Maisonneuve. Au cours de ce second parcours, les participants seront invités à circuler en bordure des rues, le long des trottoirs, et à respecter les règles standards de sécurité.

À noter cependant que, contrairement aux moutures précédentes, les premiers kilomètres de cette édition nocturne se feront sous escorte policière ; les cyclistes pourront donc occuper toute la voie et, pour une fois, faire fi du Code de la sécurité routière.

« Le but est toujours de se faire voir, soutient la directrice générale. Mais cette année, c’est directement sur la route que nous pourrons nous faire entendre. »

Un demi-siècle pour Vélo Québec

La Ville de Montréal n’est pas la seule qu’il faut célébrer cette année, Vélo Québec venant lui aussi de passer un cap important de son histoire. Fondé en 1967, l’organisme, à qui l’on doit de nombreuses luttes au nom des cyclistes québécois, soufflera cette année ses 50 bougies. Pour l’occasion, toute une série d’événements spéciaux sera organisée au cours des prochains mois. Des rendez-vous à surveiller !

Lune d’hiver

Le 11 février 2017, accueil à partir de 18 h 30, départ à 19 h de la place des Festivals à Montréal, à l’angle des rues Jeanne-Mance et Sainte-Catherine. Gratuit.