L’âge d’or de la couleur locale

Au Souk@sat, on tombe sur des perles de déco, de bijoux, sur de la musique et des livres, des accessoires, des œuvres d’impression…
Photo: Steve Montpetit Au Souk@sat, on tombe sur des perles de déco, de bijoux, sur de la musique et des livres, des accessoires, des œuvres d’impression…

Il est désormais coutume pour les Montréalais de célébrer les créateurs locaux, à l’approche du temps des Fêtes, par la visite d’un salon ou d’une foire. Mais, avant la multiplication de ces événements branchés, il y a eu le Souk@sat. Le marché d’objets tiendra salon pour la 13e fois du 30 novembre au 2 décembre. 

Lorsqu’on fait remarquer à Azamit, fondatrice du Souk et dénicheuse incontestée de talents, que son projet né il y a 14 ans (mais il s’agit bien du 13e Souk) a créé un précédent, ouvrant la brèche pour plein d’autres salons d’exposants locaux axés sur le design, elle reste modeste.

« Avant, je crois que les gens voyaient les artisans et les designers locaux comme un peu…. quétaines ? hésite-t-elle. Ou bien il y avait un volet plus moderne, mais il y manquait la technique. Je pense qu’on sent que ç’a changé beaucoup depuis les cinq ou sept dernières années », clame-t-elle de sa voix souriante.

Il est vrai que le marché local est plus que jamais célébré chez les jeunes adeptes de design et de mode. Certains vendeurs passés par l’événement au cours des années ont aujourd’hui une clientèle fidèle, une aura de vedette locale.

Au Souk, on tombe sur des perles de déco, de bijoux, sur de la musique et des livres, des accessoires, des oeuvres d’impression… La sélection est rude, l’organisation ne recrutant que ce qui allie qualité technique et design d’avant-garde.

Azamit se rappelle : au début, la vente était visitée presque exclusivement par les amis et la famille. Ç’a bien changé depuis, l’événement étant devenu hypercouru — l’an passé, le Souk a attiré 17 000 visiteurs.

On veut que les gens puissent avoir une bonne idée de ce dont les créations pourront avoir l’air chez eux, dans la maison

C’est qu’Azamit et son équipe prennent soin de créer un décor, une ambiance, qui mettent les vendeurs sur un pied d’égalité, affirme-t-elle. « Personne n’arrive devant une triste table blanche. On présente tout le monde pareil. On veut que les gens puissent avoir une bonne idée de ce dont les créations pourront avoir l’air chez eux, dans leur maison ; on a l’impression de se promener d’une pièce à l’autre. »

Le lieu aide à mener cette vision à terme. Tenu chaque année à la Société des arts technologiques, le Souk@sat se déroule dans un contexte qui favorise la rencontre. « On vient prendre un verre au bar de la SAT, on mange une bouchée… », ajoute Azamit.

À ce propos, l’événement est réservé aux adultes. Le permis de bar détenu par la salle oblige les organisateurs à interdire l’entrée aux jeunes, ce qui provoque parfois des déceptions de parents accompagnés par leur marmaille.

Rigoureuse sélection

Une autre distinction du Souk par rapport à ses semblables : les exposants sont sélectionnés avec soin par un jury. Ils sont cinq à se rassembler pour débattre des élus qui garniront les étalages. Cette année, environ une centaine de créateurs ont passé le test rigoureux. « Le jury sélectionne pour créer un équilibre. On veut balancer en fonction des goûts, des âges », commente la fondatrice.

Après tant d’années, comment garder sa fraîcheur, son authenticité ? « On essaie de résister au courant, confie Azamit. On veut rester un tremplin pour les créateurs et être à l’écoute de ce que recherche la clientèle. »

La chaleureuse organisatrice observe un plus large contexte : « Ma fierté est de voir que nous avons contribué à faire évoluer une mentalité qui persistait auparavant. Les gens faisaient preuve de snobisme envers tout ce qui est local, on ne voulait que ce qui venait de l’international. Mais c’est quelque chose qui est célébré aujourd’hui. »

Souk@sat. Du 30 novembre au 2 décembre, de 12 h à 21 h. Samedi et dimanche 3 et 4 décembre, de 12 h à 19 h, à la SAT, 1201, boulevard Saint-Laurent à Montréal. Gratuit. 18 ans et plus. souk.sat.qc.ca/edition/ 2016-2.