La bataille du pinceau

La beauté de la chose pour un spectateur d’Art Battle, outre le divertissement de la course contre la montre, c’est d’avoir un accès complet au processus créatif, d’habitude si reclus dans les ateliers.
Photo: Facebook La beauté de la chose pour un spectateur d’Art Battle, outre le divertissement de la course contre la montre, c’est d’avoir un accès complet au processus créatif, d’habitude si reclus dans les ateliers.

C’est à la fois une fête célébrant les artistes, un concours, une course contre la montre et une ode à la beauté. Vendredi soir, Art Battle s’arrête à Montréal pour trouver l’artiste qui peut créer une oeuvre époustouflante en quelques minutes. Et pour faire plaisir aux collectionneurs et amateurs d’art.

Alors, comment ça marche, cette compétition de peinture en direct ? « Ce sont des rounds de 20 minutes, explique l’organisatrice du volet montréalais d’Art Battle, Nadine Samuel, elle-même artiste peintre. Dans la soirée, six peintres vont s’affronter lors de trois différents rounds. Le gagnant ou la gagnante affrontera les gagnants des autres provinces dans la finale, à la fin de la saison, à Toronto. C’est le public qui choisit les vainqueurs. »

On y va pour le spectacle des pinceaux qui s’agitent, des idées qui naissent sur la toile et la frénésie du chronomètre. « Ce sont surtout des professionnels qui participent, quoique nous ayons vu quelques amateurs. Certains en vivent, d’autres non, commente Mme Samuel. Il faut être expérimenté pour atteindre un résultat qui fonctionne en 20 minutes ou moins. Les pros s’entraînent en atelier en prévision des matchs. »

Gratin des arts

Si le concept, populaire un peu partout dans le monde, existe au Canada depuis sept ans, Montréal héberge l’événement depuis trois ans. Et petit à petit, l’idée du concours amical opposant les peintres a pris de l’expansion et s’est multipliée.

Photo: Nadine Samuel L’œuvre de Mathieu Robert à la finale de l’an dernier

« Il existe maintenant des Art Battles entre villes, explique l’artiste organisatrice. C’est plus collectif. L’été dernier s’est tenu un match Toronto-Peterborough-Mississauga-Montréal. »

Ce qui est intéressant, selon Nadine Samuel, qui a longtemps oeuvré à la ligue d’improvisation picturale de Montréal, le VIP, c’est que c’est le public qui choisit les gagnants. « Le public est composé de collectionneurs, de personnes qui connaissent bien le milieu de l’art, mais aussi de curieux, des gens qui viennent pour découvrir. »

Car la bataille, c’est bien, mais il y a aussi la vente dans tout ça ! « C’est un encan silencieux et les spectateurs peuvent miser pendant la joute, poursuit-elle. C’est l’occasion de venir voir comment les artistes travaillent, de les rencontrer, de faire des acquisitions. Beaucoup de gens qui connaissent le milieu viennent y assister. » Tout au long de l’événement, on peut placer sa mise.

L’ambiance, assure Nadine, est bouillonnante, électrisante. Malgré la compétition, l’esprit de communauté règne. Sans compter qu’un DJ est aux platines pour rythmer la soirée, ajoutant à l’aspect festif.

« On refait l’événement au Matahari Loft, qui est un centre important de la vie culturelle montréalaise, dit-elle. C’est un lieu très inspirant. » Le grand espace ouvert de l’avenue du Mont-Royal vient d’ailleurs d’obtenir une nomination au Gala alternatif de la musique indépendante du Québec (GAMIQ) dans la catégorie « salle de spectacle de l’année ».

Processus à nu

La beauté de la chose pour un spectateur d’Art Battle, outre le divertissement de la course contre la montre, c’est d’avoir un accès complet au processus créatif, d’habitude si reclus dans les ateliers.

« C’est une chose à laquelle peu de gens ont accès, poursuit Nadine Samuel. Pour les gens qui aiment l’art, c’est cool de voir la création sortir de l’atelier et les artistes en plein travail. On a beaucoup de plaisir. »

Le match de vendredi démarre la saison canadienne. Après, Victoria aura le sien, puis Prince-George, Vancouver et d’autres.

Art Battle Montréal

Vendredi, 19 h 30, au Matahari Loft de Montréal. 15 $

À voir en vidéo