Dans quelle station se lâcher à la relâche?

Photo: Gary Lawrence
Dans une semaine, les stations de ski du Québec battront au rythme de la relâche et pour l’occasion, bon nombre d’entre elles prévoient une sarabande d’activités, de promotions et d’animations. Morceaux choisis, d’est en ouest et du nord au sud de la Belle Province blanche.


Après un temps des Fêtes glauque aux pentes de ski blafardes et tavelées de vert, la semaine de relâche s’annonce comme le rendez-vous de la dernière chance dans une majorité de stations du Québec.

Dernière chance de voir défiler des contingents de skieurs et de planchistes, maintenant que le tapis blanc a atteint un minimum acceptable d’épaisseur ; dernière chance de renflouer des coffres dégarnis par un hiver honni par bien des adeptes de la glisse, sauf ceux qui vivent au Saguenay–Lac-Saint-Jean (près du Valinouët et du mont Édouard), au Bas-Saint-Laurent (non loin du parc du Mont-Comi), dans certains secteurs de la Gaspésie (Val d’Irène) ou dans Charlevoix (dans un proche rayon du Massif ou de Grand-Fonds), là où les précipitations ont été tantôt honnêtes, tantôt généreuses, et surtout la plupart du temps neigeuses.

La guigne ne s’est pas trop abattue non plus sur des microstations comme Vallée Bleue (Laurentides) et Ski Montcalm (Lanaudière) : en raison de la petitesse de ces montagnes, de microclimats ou de systèmes d’enneigement efficaces, une majorité de pistes et de remontées ont pu y être rapidement exploitées en début de saison. Et tandis que des skieurs furax s’agglutinaient au pied de certains centres à moitié ouverts, des clients relaxes dévalaient lentement mais sûrement les pentes douces de ces stations de plus faible envergure.

Même si le fiel du ciel s’est encore déversé sur le sud du Québec skiable, en milieu de semaine, bien des centres de ski fourbissent déjà leurs armes de distraction massive à l’approche du long congé de mi-saison. C’est particulièrement le cas dans les Laurentides, où une ribambelle d’activités sont prévues dans les stations du groupe Mont-Saint-Sauveur international (MSSI).

Dès ce week-end, la station phare du groupe et ses centres de ski affiliés (comme le mont Gabriel, dans les Laurentides, ou Edelweiss, en Outaouais) proposent une carte d’abonnement printanière à petit prix, avec accès illimité jusqu’à la fin de la saison de ski.

Camps de jour, parcs

 

À compter de la fin de semaine prochaine, on organise aussi à Saint-Sauveur un camp de jour pour les 3 à 5 ans (avec quatre demi-journées de glisse), de même qu’un camp de précompétition pour les 6 à 17 ans, sur des pentes-écoles reconfigurées. Le tout à deux pas du Viking (des montagnes russes alpines sur rails, longues de 1,5 km) et du Dragon (une tyrolienne double), excellents compléments ludiques à une journée de glisse.

Dans la station soeur d’Avila, le camp Rockstar MSS Snoprk permet pour sa part de bénéficier d’un accès privé à l’un des plus trépidants parcs à neige du Québec, avec cours de ski et de planche à neige freestyle, sessions vidéo et trucs de pros pour gérer ses cabrioles sur les modules. En cas de panne de désir skiable ou par temps exécrable, la station dispose également de 19 pistes de glissade sur tube — une fois glacées, c’est encore mieux.

Non loin de là, à Morin-Heights, la zone junior du parcours d’hébertisme aérien attenant, Acro-Nature Junior, ouvre exceptionnellement son domaine (réservation obligatoire, 20 places par jour), alors que de l’autre côté de l’autoroute 15, le mont Olympia organise des compétitions amicales sur un parcours en duel (lundi, mercredi et vendredi) ; les deux autres jours, la montagne servira de cadre à une vaste chasse au trésor. Enfin, le vendredi 4 mars, la station présente du cinéma en plein air — si la météo collabore, il va sans dire.

Toujours dans les Laurentides, le mont Blanc attire déjà son lot de familles à l’année, avec sa piscine et son parc d’attractions intérieurs, mais cette sympathique station limitrophe de Tremblant offre également plusieurs rabais, durant la relâche, qui permettent aux enfants de skier pour seulement 15 $ (à condition de se procurer les billets à l’avance), voire de skier gratuitement s’ils ont cinq ans ou moins, à l’achat d’un billet adulte.

Leçons, rabais

 

Outre les innombrables activités qu’on y organise à l’année, Tremblant propose quant à elle quatre jours de leçons de ski ou de planche à neige pour les 3 à 12 ans avec accès prioritaire aux remontées, heures de dîner supervisées, boîte repas santé et accès exclusif au parc Riglet (pour les 3 à 6 ans). Ajoutons à cela des séances de zumba, des olympiades ainsi que des prestations de DJ en plein air, sur la patinoire extérieure de la chapelle Saint-Bernard, pour les ados noceurs en devenir.

Dans Lanaudière, Val Saint-Côme offre des rabais sur les billets de ski pour les enfants et les étudiants, en plus d’aménager une aire de jeux gonflables et des glissades sur neige et sur glace et de proposer promenades en carriole, tours de poney et 50 % de rabais sur la location de raquettes en famille.

À Rawdon, Ski Montcalm organise pour sa part un camp de jour pour jeunes de 6 à 14 ans : le matin, ceux-ci ont droit à des leçons de ski et de planche à neige ; l’après-midi, ils dévalent les pentes avec des moniteurs avant de s’abandonner à des activités extérieures, de la raquette aux glissades sur tube.

Enfin, à La Réserve de Saint-Donat, tout adulte qui se procure un billet à prix régulier hérite d’un billet à l’oeil pour son rejeton de 12 ans ou moins. En outre, les deuxièmes enfants étudiants à temps plein de 25 ans ou moins se voient accorder 25 % de rabais s’ils sont accompagnés d’un parent — un bien maigre sacrifice pour eux, pour autant d’avantages.

Dans les Cantons-de-l’Est, Ski Orford prépare également sa propre chasse au trésor en montagne, mais aussi des ateliers de bricolage, des parcours à obstacles et des journées thématiques. À Bromont, les comédiens de la série Le chalet seront de passage le samedi 27 février en matinée, dans le cadre de la tournée VRAK, alors que le mont Sutton — qui vient d’être racheté par des investisseurs privés — organise notamment du volleyball sur neige et des séances de graffitis sur casque, en sus de ses traditionnels camps de ski.

BBQ, jeux, animation

 

De Ski Saint-Bruno (Montérégie) à Vallée du Parc (Mauricie), ces camps d’un à quatre jours sont d’ailleurs fort répandus dans bon nombre de stations. Mais à Gleason (Centre-du-Québec), on prévoit au surplus des BBQ printaniers, de la tire sur neige et surtout l’accès gratuit au domaine skiable et aux sentiers de raquette pour les résidants de la MRC d’Arthabaska, le 28 février.

Enfin, à Stoneham et au Mont-Sainte-Anne, on met en place une aire familiale avec jeux gonflables, animation et distribution de friandises, ainsi que des activités thématiques : chasse à la chaudière d’eau d’érable (Sainte-Anne), ateliers de bricolage intérieur (ne sait-on jamais, avec cet hiver semi-liquide) et ateliers de maquillage (Stoneham), entre autres choses.

Un peu de sculpture sur neige avec ça ? On s’en occupe au Petit Chamonix, en Gaspésie, le 28 février…

Pour plus de détails et d’autres idées, consultez la section « À ne pas manquer » du site maneige.com.

Premières descentes

Ce dimanche 21 février, des dizaines de stations du Québec organisent une journée d’initiation gratuite au ski ou à la planche à neige pour les cinq à huit ans. Celle-ci comprend tout l’équipement nécessaire (casque y compris), l’encadrement avec des animateurs ainsi que la participation au tirage d’un équipement de ski junior. Réservations obligatoires, places limitées.



À voir en vidéo