Ski et raquette à la Grande Traversée

La traversée se posera durant quatre jours dans le Parc national de la Gaspésie et au gîte du Mont-Albert. Un parcours sera aussi offert à Sainte-Anne-des-Monts, en Haute-Gaspésie.
Photo: ricochetdesign.qc.ca La traversée se posera durant quatre jours dans le Parc national de la Gaspésie et au gîte du Mont-Albert. Un parcours sera aussi offert à Sainte-Anne-des-Monts, en Haute-Gaspésie.

Ski ou raquette, il n’est désormais plus nécessaire de choisir pour faire la Traversée de la Gaspésie (TDLG), qui prépare déjà sa 14e édition, du 20 au 27 février prochain. Depuis deux ans, on offre aux participants d’alterner entre ski et raquette tout au long de la semaine, au gré de l’inspiration. Ceux qui choisissent la raquette seront invités à parcourir de 10 à 15 kilomètres par jour, accompagnés d’une équipe de sécurité. Les sentiers des skieurs compteront entre 20 et 40 kilomètres par jour et seront patrouillés par des motoneigistes.

La traversée se posera durant quatre jours dans le Parc national de la Gaspésie et au gîte du Mont-Albert, au coeur des Chic-Chocs, et un parcours sera aussi offert à Sainte-Anne-des-Monts, en Haute-Gaspésie, près de la mer. Les randonneurs iront ensuite vers Gaspé, où ils sillonneront le parc Forillon et le mont Pudding Stone.

Un nouveau conférencier, Sébastien Lapierre, se joint à l’équipe et fera également office de guide, la dernière journée, sur les glaces du Saint-Laurent. Celui qui a déjà fait la traversée du passage du Nord-Ouest en kayak s’envolera ensuite pour l’Antarctique, où il prévoit skier en solitaire et en autonomie jusqu’au pôle Sud.

« La traversée me permettra de tester mon équipement », disait-il cette semaine au lancement de l’événement. Elle lui permettra aussi de faire le plein de douceurs et de saveurs puisque la traversée compte un important volet gastronomique avec des produits locaux.

On y retrouvera la porte-parole Isabel Richer, ainsi que Pascale Bussières, Sophie Faucher et le bédéiste Michel Rabagliati, auteur de la série des Paul. Quelque 250 personnes sont attendues et une cinquantaine de places restent disponibles.