Un village en prêt-à-camper à Sutton

Déjà toute montée avec armature de poutres reposant sur une plateforme de bois, la Canadienne forme en fait deux tentes en une.
Photo: Gary Lawrence Déjà toute montée avec armature de poutres reposant sur une plateforme de bois, la Canadienne forme en fait deux tentes en une.

Montréal, samedi, 11 h 13. « Mais pourquoi il faut aller faire du campiiiiiinnnnng ? ! » s’insurge fillette, sept ans, totalement indignée.

D’abord, ce n’est pas tout à fait du camping : on va dormir dans une jolie petite maison en toile ; ensuite, il y aura plein d’activités, une piscine et même de la pizza, répond le paternel avec un calme olympien, créant chez elle un froncement de sourcils empreint de scepticisme.

Sutton, samedi 15 h 48. « Ouaaaaaaaaaaiiiiiis ! Trop cool, je veux passer au moins quatre mois ici ! », exulte fillette en prenant possession de sa tente Huttopia. Euh, j’pense pas, non, de conclure le paternel, qui n’en demandait pas tant.

C’est fou ce que la vue d’une tente bien fichue peut créer comme comportement imprévu chez une jeune citadine qui adore les hôtels, mais qui ne compte aucun gène de coureur des bois dans son ADN. Il faut dire que la tente en question est située sur un site fichtrement bien aménagé : l’espace de villégiature Huttopia de Sutton, dans les Cantons-de-l’Est.

Inauguré en juillet et le premier du genre en Amérique, celui-ci se déploie dans une ravissante forêt dominée par les hautes montagnes du Vermont.

Il est composé de 10 tentes Bonaventure (de grandes tentes pour couples équipées et sur plateforme), de 20 chalets tout confort avec cuisinette, douche et toilette, de 30 emplacements de camping traditionnel (style « Apportez votre tente »), et surtout de 40 Canadiennes, ces tentes classiques de prêt-à-camper du groupe français Huttopia, très populaires dans les parcs nationaux québécois.

Déjà toute montée avec armature de poutres reposant sur une plateforme de bois, la Canadienne forme en fait deux tentes en une. Éclairée à l’électricité, elle comprend une aire commune dotée d’un frigo, de vaisselle, d’une table et de chaises, mais aussi d’une sorte de double tente interne, assez opaque pour couper la lumière de l’aube et où cinq campeurs (idéalement deux adultes et trois enfants) peuvent dormir avec un certain degré de confort grâce à une bonne literie.

Dehors, un puits à feu (alias le foyer à guimauves) et un poêle au gaz permettent de popoter, mais il est tout aussi possible de casser la croûte au bar-resto du Centre de vie, le coeur du complexe. On y sert croissants, crêpes, galettes de sarrasin fourrées, salades, grillades et de sapides pizzas au feu de bois, entre autres bons mets. Le Centre abrite aussi une grande salle ponctuée de hautes tables ainsi qu’un mini-salon-bibli avec télé, le tout entouré d’une vaste terrasse extérieure semi-circulaire.

Les parents y sirotent un p’tit rosé ou une rafraîchissante pale ale de Dunham, affalés dans une chaise Adirondack, en gardant un oeil sur leurs gamins qui s’épivardent dans l’aire de jeux, voisine de la piscine chauffée et de sa pataugeoire (fermées en semaine depuis le 24 août). Un baby-foot, une table de ping-pong, un terrain de volley-ball et un dédié à la pétanque complètent le tout.

L’espace de villégiature Huttopia vise surtout les familles et de nombreuses activités gratuites les ciblent d’ailleurs (chasse au trésor, spectacle de magie, etc.). Mais d’autres s’adressent aux plus vieux (construction d’un tipi), aux adultes (atelier de dégustation de vin) ou à toute la famille (comme les soirées avec chansonnier près du feu de camp).

« On vise un peu plus jeune dans la mise en marché, à cause des installations, mais avec toutes les options d’hébergement et l’offre en activités dans les alentours, tout est possible », explique Caroline Cossette, attachée de presse d’Huttopia au Québec. Outre les splendides randonnées à faire dans les environs — notamment les sentiers de la coop Plein Air Sutton voisine et ceux des Montagnes vertes —, on peut aussi louer des vélos sur place ou essayer le très chouette vélo volant du Diable Vert, à Glen Sutton.

Si tout se déroule comme prévu, l’espace de villégiature Huttopia de Sutton ne restera pas longtemps seul : on lorgne du côté des Laurentides et de la région de Québec pour implanter d’autres semblables complexes, avant de faire de même dans le ROC et aux États-Unis. Le concept cartonne en France, d’où il provient, avec huit sites aménagés.