Un été skate à «Peace Park»

Pour lancer officiellement la saison, lors de la Journée internationale du Skateboard, le 21 juin dernier, la place de la Paix a accueilli les adeptes de planche à roulettes de tous âges.
Photo: Sebastien Roy Pour lancer officiellement la saison, lors de la Journée internationale du Skateboard, le 21 juin dernier, la place de la Paix a accueilli les adeptes de planche à roulettes de tous âges.

La Société des arts technologiques, voisine de la place de la Paix, ce carré bétonné donnant sur le boulevard Saint-Laurent, propose aux planchistes et aux curieux de venir y passer leurs mardis soirs, dans une ambiance festive et ludique.

Toutes les semaines jusqu’au 1er septembre, cette institution culturelle du Quartier des spectacles célèbre le monde du skateboard avec barbecue, DJ invités, compétitions amicales. Deux fois dans l’été, des prix en argent seront distribués pour encourager les meilleurs planchistes. Ces sessions hebdomadaires pour toute la famille se tiendront entre 18 et 21 h, juste avant les projections qu’organisait déjà chaque semaine la SAT à la place de la Paix.

 

Légalisation

À Montréal, les skateurs font encore l’objet d’une certaine méfiance, voire d’une mauvaise réputation. La loi est d’ailleurs floue concernant la pratique de ce sport. Interdite sur la chaussée, elle est permise sur le trottoir, à condition de ne pas nuire à la circulation des piétons. Une rumeur voulant que les planches puissent rouler sur les pistes cyclables s’est même mise à circuler récemment. Même si le maire Coderre est pour une telle permission, il est de la responsabilité de chaque arrondissement de légaliser la pratique sur les pistes cyclables. Bref, les adeptes de la planche à roulettes doivent souvent pratiquer dans l’illégalité.

Une communauté

Depuis cette année, et grâce aux efforts conjoints de la SAT et du pro David « Boots » Bouthillier, le rouli-roulant est tout à fait légal et encouragé, entre 10 h et 22 h, toute l’année, dans l’enceinte de la place de la Paix. Selon les meneurs du projet, cette légalisation contribue à changer du tout au tout l’ambiance du parc. « De voir les gens de cette communauté qui se rassemblent là, qui pratiquent ensemble et s’amusent, ça met vraiment de l’animation dans l’endroit. Les pipes à crack disparaissent… C’est devenu un endroit sécuritaire », affirme M. Bouthillier, qui connaît bien la faune du parc pour l’avoir filmée pour le tournage de son documentaire Peace Park, qui expose les liens serrés entre cette petite place et le skateboard à Montréal.

Jolyanne Mathieu, chargée de projets à la programmation de la place de la Paix à la SAT, est du même avis que M. Bouthillier. « On voit vraiment la différence, explique-t-elle. Les gens s’arrêtent, s’assoient dans le parc, regardent les planchistes essayer leurs trucs. Au début de la saison, un soir vers 19 h, j’ai vu une famille, avec deux enfants, y jouer au ballon. Personne n’avait jamais vu d’enfants à Peace Park avant. »

Car il était difficile d’attirer les foules dans ce parc à mauvaise réputation. « Les projections sont populaires, mais on voulait que les gens arrivent un peu plus tôt et profitent de l’endroit plus longtemps. Les événements liés au skate sont vraiment ceux qui ont le mieux marché », confie Mme Mathieu. Peut-être à cause de l’attachement de la communauté skate montréalaise au parc, croit-elle.

 

« La programmation de skateboard que propose la SAT est l’occasion pour les planchistes, jeunes et vieux, et les curieux, de se rassembler, d’avoir du plaisir ensemble, dit David « Boots ». C’est une culture inclusive, une culture spéciale. C’est un sport, mais c’est surtout une communauté. »

Tous ensemble

Depuis ce printemps, les planchistes ont leur association enregistrée. L’association de skateboard de Montréal (ASM) rassemble différents lieux, boutiques et personnes, dans le but d’encourager la pratique du skateboard comme moyen de transport alternatif, de favoriser la mise en place d’espaces dédiés au rouli-roulant, de faire la promotion de cette culture, de son volet artistique, et d’ainsi briser les préjugés l’entourant. On peut annoncer officiellement la mort de l’image du jeune planchiste voyou…

Les sessions skateboard

Les mardis, entre 18 h et 21 h, place de la Paix