Une belle balade hivernale

Tout au long de la saison, touristes et résidants pourront choisir entre les courtes balades initiatiques et d’autres, plus longues, d’une trentaine de minutes.
Photo: Michel Julien Tout au long de la saison, touristes et résidants pourront choisir entre les courtes balades initiatiques et d’autres, plus longues, d’une trentaine de minutes.

Qui a dit qu’il fallait parcourir de nombreux kilomètres pour faire du traîneau à chiens ? Écorécréo propose aux Montréalais d’essayer cette activité typiquement hivernale, à deux pas du centre-ville.

 

C’est au coeur de l’île Sainte-Hélène, à une trentaine de mètres à peine du métro Jean-Drapeau, qu’une cinquantaine de chiens de traîneau ont élu domicile pour l’hiver. Fraîchement débarquée de Rawdon, la meute permettra dès samedi aux citadins de s’initier à cette activité longtemps considérée comme l’apanage des propriétaires de voiture, en raison de l’éloignement des sites traditionnels.

 

« C’est notre principal attrait, avance la coordonnatrice aux opérations et au développement des affaires de l’entreprise, Florence Barbeau. Nous proposons une activité nordique que les gens doivent normalement aller faire en dehors de la ville. »

 

Offerte pour une première fois l’an dernier par Écorécréo — une entreprise spécialisée en loisirs et fondée il y a une quinzaine d’années par Marc Cudia —, l’activité se tiendra pour une deuxième année durant toutes les fins de semaine de la Fête des neiges de Montréal, soit du 18 janvier au 9 février.

 

Tout au long de la saison, touristes et résidants pourront choisir entre les courtes balades initiatiques et d’autres, plus longues, d’une trentaine de minutes. Seules à être accessibles sans réservation, les premières durent environ cinq minutes et auront lieu juste en arrière du centre d’information et de location d’Écorécréo. « Cet emplacement permettra aux gens qui attendent de voir comment ça se passe », note la jeune coordonnatrice.

 

Un guide sera également sur place pour expliquer le déroulement de la course et leur faire part des consignes de sécurité. « Les gens peuvent alors choisir s’ils préfèrent être assis dans le traîneau ou accompagner le conducteur sur les skis. »

 

Pour les plus aventureux — et les portefeuilles mieux garnis —, l’entreprise offrira également la possibilité de faire une promenade d’une trentaine de minutes au crépuscule, sur le mont Boulé, à l’île Sainte-Hélène.

 

« La longue balade est très populaire auprès des touristes qui souhaitent vivre une expérience hivernale sans sortir de la ville et auprès des couples qui veulent partager un moment particulier », ajoute Florence Barbeau. Il faut dire que la vue sur la ville illuminée confère à l’excursion un charme particulier, quelque part entre nature et urbanité.

 

Si, l’an dernier, l’équipe a accueilli près de 3250 personnes, elle compte bien doubler ce nombre si les conditions météorologiques le permettent. « Nous avons fait quelques modifications qui devraient plaire, précise Florence Barbeau. Nous avons changé de fournisseur et il partage la même passion que nous. » L’entreprise urbaine s’est tournée vers Kinadapt, un centre de formation et d’entraînement spécialisé en kinésiologie adaptée, qui utilise le plein air. « Ce sont eux qui fournissent les chiens et l’ensemble de l’équipement nécessaire aux balades, explique-t-elle. Après tout, ce sont eux les professionnels ! » Concrètement, ces ajustements donneront aux utilisateurs qui le souhaitent un accès privilégié aux huskys.

 

Car, en plus des balades d’initiation et de plus longue durée, Écorécréo propose cette année une nouvelle option pour les amoureux des animaux qui désirent en apprendre plus sur l’univers des chiens de traîneau.

 

Plus complet que les deux autres, ce forfait se tiendra en soirée et permettra au public d’accompagner les guides dans le quotidien canin. « Ils ont une routine, vous savez, lance Florence Barbeau, que ce soit pour leurs heures de sommeil ou pour celles des repas. » Ainsi, les visiteurs seront invités à partager l’environnement des bêtes.

 

Réservée aux plus de 12 ans, l’activité donnera un accès privilégié à la meute pour une période d’une heure. « Les gens n’ont pas accès au chenil dans le cadre des balades standards », précise-t-elle, pour une question de sécurité.

 

Si la neige est de la partie, l’entreprise compte bien étirer la saison 2014 jusqu’au début du mois de mars. « C’est certain qu’on dépend beaucoup de la météo et un peu de la programmation de la Fête des neiges, qui attire les gens sur l’île, explique Florence Barbeau. Mais on espère que ça fera boule de neige ! »

À voir en vidéo