Noël panaché au Jardin botanique

Les visiteurs de Noël s’expose avec panache, au Jardin botanique de Montréal, pourront déambuler dans une végétation luxuriante où les poinsettias côtoient les conifères.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Les visiteurs de Noël s’expose avec panache, au Jardin botanique de Montréal, pourront déambuler dans une végétation luxuriante où les poinsettias côtoient les conifères.

La magie de Noël opère une fois de plus au Jardin botanique. Pour une 57e année, la grande serre prend des allures de fête et offre aux familles son traditionnel rendez-vous hivernal jusqu’au 5 janvier. Au menu : poinsettias majestueux, conifères rocambolesques et surprenante envolée de rennes.
 

 

La musique est douce à l’oreille lorsqu’on traverse les salles menant à la grande serre du Jardin botanique de Montréal, un peu comme une invitation. Ici et là, les guirlandes végétales et les couronnes fleuries plongent tranquillement les visiteurs dans l’ambiance. Au milieu des plantes luxuriantes, on oublie vite le frimas de décembre.

 

La neige n’est pas au rendez-vous dans les serres, mais de nombreux éléments décoratifs rappellent le Grand Nord québécois et mettent en avant le thème choisi cette année par l’équipe créatrice. Pour le temps des Fêtes 2013, «Noël s’expose avec panache » et tout est là pour le souligner — de la structure surdimensionnée placée à l’entrée du jardin d’hiver aux fougères bois-de-cerf qui ornent le tableau végétal qu’on retrouve sur la mezzanine. Pas la peine, cependant, de chercher le bois animal puisque même les traditionnelles parures qui surplombent les foyers sont tirées du règne végétal.

 

Les multiples détails attirent le regard, mais le clou du parcours reste, sans aucun doute, la superbe envolée de rennes qui occupe tout l’espace aérien de la serre. Conçue par l’artiste et enseignante Pierrette Lambert en collaboration avec les élèves d’écoles primaires et secondaires de Montréal et Val-d’Or, l’oeuvre est composée de six cervidés grandeur nature qui semblent tout droit sortis de la toundra québécoise. Les habitués du Jardin se souviendront des cerfs d’écorces, de lichens et de mousses qu’on a pu voir aux Mosaïcultures internationales cet été. « Il n’est pas rare que l’on utilise des éléments des expositions antérieures,explique la conceptrice artistique de l’événement, Sylvie Godin, en soulignant qu’il s’agit là d’une des valeurs du Jardin. Ici, on a non seulement récupéré l’idée, mais les sculptures ont été réalisées à partir de matériaux recyclés. »

 

Autre élément tiré des Noëls passés : les interludes musicaux que cinq ensembles vocaux — les Chanteurs du Conservatoire de McGill, l’ensemble vocal Universalis, le Choeur enchanté, le groupe vocal Décibel et le groupe vocal Gens du pays — offriront aux visiteurs tous les après-midi des fins de semaine de décembre.


L’envers du décor

 

On s’en doute à peine lorsqu’on met les pieds dans la grande serre, mais c’est le travail acharné de plus d’une vingtaine de personnes qui a permis la mise en forme du décor féerique. Une semaine plus tôt, l’équipe s’affairait encore aux ultimes préparatifs, le bruit des scies enterrait les chants festifs et on peinait à déambuler au milieu des installations horticoles.

 

Pour les créateurs hivernaux du Jardin, Noël n’arrête jamais. Les dernières guirlandes tout juste retirées, déjà les troupes s’activeront pour le Noël suivant. « Dès le mois de janvier, la thématique est choisie et nous commençons la sélection des plantes », explique la conceptrice artistique, Sylvie Godin.

 

C’est elle, la magicienne. De concert avec la contremaîtresse aux collections vivantes des serres du Jardin botanique, Lise Lacouture, elle s’affaire sans relâche pendant 11 mois à l’élaboration du projet. « Vous devriez la voir agencer les couleurs et les textures,confie l’horticultrice de formation avec un sourire. Jusqu’aux derniers instants, elle fait des bouquets et s’assure que chacune des plantes est à sa place. » C’est grâce à ce travail méticuleux, ajouté aux bons soins de l’équipe jardinière, que les visiteurs voient éclore chaque année un univers différent.

 

Et pour ceux en quête de cadeaux originaux, le Jardin récidive pour une troisième année consécutive avec son marché de Noël écoresponsable. Durant six jours, les visiteurs pourront venir à la rencontre d’une vingtaine d’artisans qui présenteront leurs créations gourmandes et artistiques. « Notre espace est restreint, précise Daniel Forest, l’un des maîtres d’oeuvre de l’événement. Les dernières années, il nous arrivait de devoir dire non à certains exposants. » Pour pallier cette contrainte spatiale, dorénavant le Jardin double son nombre de plages horaires. Avis aux intéressés, la foire hivernale se tient cette année du 6 au 8 décembre et du 13 au 15 décembre.