La quotidienne électorale: à bord des caravanes (2/2)

Deuxième bilan de mi-campagne avec nos journalistes qui ont suivi les chefs sur le terrain. Aujourd’hui, Karl Rettino-Parazelli s’entretient avec Marie-Michèle Sioui (qui couvre le Parti québécois) et Guillaume Bourgault-Côté (qui s'occupe de la Coalition avenir Québec).

Voici un extrait des échanges en trois questions :

Qu’est-ce qu’on doit retenir des principaux engagements du Parti québécois jusqu’à maintenant ?

M.-M.S. Avec le Parti québécois, je dirais qu’on a affaire à une campagne en crescendo. On a commencé avec de petites annonces, dont celle sur les lunchs, qui je crois a retenu l’attention. […] On sent depuis le début de la semaine que le PQ ouvre la machine, si vous me permettez l’expression. Les annonces ont un peu plus de contenu, sont un peu plus importantes. Je pense notamment à l’annonce en environnement […] où on a proposé une loi anti-déficit climatique et une loi pour affirmer l’indépendance environnementale du Québec. […] J’ai l’impression qu’on va assister à des annonces de plus en plus costaudes du côté du Parti québécois dans la deuxième moitié de la campagne.

Et du côté de la Coalition avenir Québec ?

G.-B.C. C’est intéressant parce qu’il y a eu de très grosses annonces, qui sont assez coûteuses, mais qui étaient aussi largement connues. La CAQ a vraiment profité de la pré-campagne électorale et même des deux dernières années pour mettre en avant une série de mesures qui ont été réitérées en début de campagne. […] Quand on parle des gros morceaux, il y a la prématernelle 4 ans, qui est en droite ligne avec la priorité de François Legault concernant l’éducation. […] Par rapport aux aînés, il y a aussi eu ce projet de « maisons des aînés », qui sont d’une certaine façon des CHSLD nouveau genre. […]

Que doit-on attendre des chefs de la CAQ et du PQ pour le débat des chefs de demain ?
G.-B.C. M. Legault en parle depuis déjà quelques jours. Il a même reconnu hier qu’il ressentait un certain stress. […] Il sait qu’il va être en grande partie la cible des attaques de ses adversaires. […] Le défi pour lui, c’est de ne pas casser le mouvement qui semble le porter pour le moment.

M.-M.S. Jean-François Lisée doit convaincre les indécis qui ont envie de changement, mais qui, pour l’instant, préfèrent la CAQ au PQ. […] Pour ce qui est du ton, M. Lisée a dit hier que son objectif est de faire en sorte que les Québécois aient envie de prendre une bière avec lui.