La quotidienne électorale: le sondage de tous les possibles

Le sondage Léger-Le Devoir-Montreal Gazette dévoilé mercredi place toujours la Coalition avenir Québec en tête dans les intentions de vote, mais il nous en apprend également beaucoup sur la dynamique de cette campagne électorale, où tout peut encore basculer. Pour comprendre les résultats et discuter de la valeur des sondages en campagne électorale, Karl Rettino-Parazelli reçoit Christian Bourque, vice-président de la firme Léger.

Voici un extrait des échanges en trois questions.

Qu’est-ce qui se dégage le plus des résultats du sondage Léger-Le Devoir-The Gazette?

L’avance de cinq points de la CAQ va peut-être donner une fausse impression d’une avance qui serait confortable. […] Il suffirait d’un ou de deux points de pourcentage dans un sens ou dans l’autre pour que les libéraux prennent le pouvoir minoritaire ou que les caquistes deviennent minoritaires. C’est donc une course qui est très serrée. […]

À quel point les sondages influencent-ils l’électorat ? Autrement dit, est-ce que les sondages influencent le vote, ou si ce sont vraiment les intentions de vote qui se reflètent dans les sondages?

C’est un peu les deux. On ne peut pas nier que les sondages, comme type d’information qui existe dans une campagne électorale, peuvent ou vont avoir un impact sur la décision que vont prendre les individus. […] Sauf que si vous regardez les 30 dernières années de littérature sur le sujet en science politique, il est très difficile de démontrer quel est le pourcentage [d’électeurs influencés par les sondages]. Est-ce que c’est 3, 5, 8, 12 % des électeurs qui vont voter parce que les sondages indiquent une tendance ou une autre ? Ça, c’est difficile à dire. Donc est-ce que notre impact est très limité ? Je pense qu’il est relativement limité, mais on ne peut pas dire qu’il est nul, surtout dans les élections où le vote stratégique est important. […]

Est-ce que les projections de sièges à partir de différents sondages sont généralement fiables?

Ça dépend. Aux élections américaines, ils se sont trompés dans certains États clés, ce qui a fait en sorte que le lendemain, on a dit que les sondages s’étaient trompés. En fait, ce ne sont pas nécessairement les sondages qui se sont trompés. […] Les sondages et les modèles de prédiction de sièges ont été parfaits dans 47 États sur 50, mais ce sont les trois autres États qui ont fait la différence. […] Lors de l’élection ontarienne d’il y a à peine quelques mois, même quand le NPD se rapprochait des conservateurs dans les intentions de vote, les modèles prédisaient toujours une majorité conservatrice, et en grande partie, ils ont eu raison.