Foreurs et Huskies, prêts pour la bataille de la 117

Deux équipes au sommet, deux séquences de victoires, mais une seule région : les Huskies de Rouyn-Noranda et les Foreurs de Val-d’Or s’apprêtent à se livrer une véritable guerre à l’aube du congé des Fêtes.

Les deux formations abitibiennes écriront une autre page de la bataille de la 117 alors qu’elles croiseront le fer lors d’une série aller-retour jeudi et vendredi.

Et même si l’histoire entre les deux équipes est déjà bien riche, ces deux duels revêtent une importance particulière et suscitent un grand engouement dans les deux villes. Pour une première fois dans l’histoire récente, les Huskies et les Foreurs trônent au sommet du classement général de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Les Huskies (26-3-4), avec une récolte de 56 points en 33 matchs, sont au 1er rang tandis que les Foreurs (24-7-3) affichent le 2e plus haut total de points avec 51. Ces derniers se retrouvent cependant au 4e échelon étant donné l’avantage accordé aux meneurs des deux autres sections.

« Même si j’avais le pire club de la ligue et que les Huskies étaient 1ers, il y aurait quand même une guerre, a lancé l’entraîneur des Foreurs, Mario Durocher, en entrevue avec La Presse canadienne. Ça met du piquant. Les gars savent que ce sont des matchs importants, qu’ils sont différents des autres. Ça va être un moyen de se séparer au classement, même si on est encore tôt dans la saison. »

Les deux équipes auront en effet six autres rendez-vous après ceux de la fin de semaine. Mais peut-être n’auront-elles pas l’occasion de s’affronter au sommet de leur art autant que présentement.

« C’est un beau défi pour eux parce qu’on est en 1re place, a observé l’entraîneur des Huskies, Gilles Bouchard. C’est certain qu’ils vont avoir le couteau entre les dents. Ce sera la même affaire pour nous parce que ça fait 14 matchs qu’ils n’ont pas perdu. »

Garder le cap

Malgré un scénario qui semble idéal pour faire mousser la rivalité et l’ambiance de séries éliminatoires qui risque fort bien de s’inviter dans les deux amphithéâtres, les pilotes rivaux ont bien l’intention d’éviter que leurs protégés se laissent emporter par les nombreux facteurs extérieurs.

« Oui, c’est la rivalité et on n’accepte pas de perdre contre Val-d’Or, mais il reste que c’est un match de hockey et qu’il faut se concentrer sur les bonnes choses, a fait valoir Bouchard. Il ne faut pas tout changer parce que c’est Val-d’Or, il faut rester calme dans tout ça. »

De son côté, Durocher voudra que sa troupe respecte la philosophie et le plan de match qui lui ont permis d’établir un record d’équipe au chapitre des victoires consécutives.

« On aborde les matchs période par période, a-t-il expliqué. On ne met pas l’accent sur le record. En fin de semaine, c’est une bonne occasion de dire aux gars que les deux points sont la priorité. On se fout un peu du record, on n’en parle pas vraiment entre nous. »