Zack Kassian devra faire preuve de constance

Zack Kassian sait très bien que son manque de constance l’a probablement sorti de Vancouver, et le nouveau venu chez le Canadien de Montréal ne s’est pas défilé au moment d’échanger pour la première fois avec les médias montréalais au cours d’une téléconférence jeudi: il devra fournir le même effort pendant 82 matchs.

«C’est une ligue dure sur les jeunes joueurs. C’est la meilleure ligue au monde et vous devez vous présenter à tous les soirs, a dit Kassian depuis Muskoka, en Ontario. Quand vous vieillissez, vous gagnez en maturité. Je compte livrer de gros matchs cette saison.»

«Plus le temps passe, plus vous savez ce que vous devez faire à chaque jour pour afficher de la constance. J’ai appris beaucoup au cours de mes années passées à Vancouver et je suis très excité à l’idée de repartir à zéro avec le Canadien.»

Acquis mercredi par le CH en compagnie d’un choix de repêchage de 5e tour en 2016 en retour de l’attaquant Brandon Prust, le patineur de 24 ans n’a eu que de bons mots à propos de son passage à Vancouver, où il a connu sa meilleure saison en 2013-2014, récoltant 29 points, dont 14 buts, en 73 matchs. Mais alors que le Tricolore se cherche un attaquant capable de jouer sur un des deux premiers trios, le colosse de 6 pieds 3 pouces et 214 livres ne se voit pas nécessairement remplir ce rôle.

«Honnêtement, je ne regarde pas les choses de cette façon, a déclaré Kassian. Comme vous le savez, le Canadien forme une équipe talentueuse, avec de la profondeur. Peu importe où on voudra me faire jouer, si ça aide l’équipe à gagner, je serai heureux de le faire. Que ce soit parmi les six premiers ou les six derniers, ça m’importe peu. Si vous regardez les équipes qui connaissent du succès, elles ont quatre trios capables de jouer. Peu importe où l’entraîneur me demandera de jouer, je compte m’y épanouir et aider l’équipe à gagner.»

«Un bon mélange»

Ne craignant pas le jeu robuste — il a écopé de 124 et 81 minutes de punitions à ses deux dernières campagnes —, Kassian se décrit comme un joueur à la fois teigneux et talentueux. «Assurément un bon mélange des deux, a-t-il mentionné. Je ne crains pas de faire circuler la rondelle et de jouer de manière robuste, mais j’aime aussi fabriquer des jeux et marquer des buts. Quand je suis à mon mieux, je crois que je peux faire les deux.»

Même s’il se sentait peut-être moins désiré à Vancouver, il n’a pas demandé une transaction. «Pas du tout, a-t-il assuré. J’ai adoré Vancouver. La ville, ses gens, sont super. Par contre, j’étais ouvert si l’équipe voulait m’échanger. Je suis plus que satisfait de me retrouver en un endroit où je suis désiré. Je pense que ce sera parfait pour moi, Montréal.»

«Je suis très excité de me retrouver à Montréal. Le Canadien a toujours été l’équipe favorite de mon père.»

Kassian a raté près de la moitié de la saison 2014-2015 en raison d’une blessure au dos et d’une fracture à une main, mais il se dit maintenant en pleine forme. «Je suis en santé. Je me suis légèrement déplacé quelque chose dans le dos l’an dernier, mais tout est en ordre maintenant. Ce n’est que de la malchance.»