Carabins: Danny Maciocia s’attend à une autre guerre de tranchées

L’entraîneur-chef des Carabins de l’Université de Montréal, Danny Maciocia
Photo: Dave Chidley La Presse canadienne L’entraîneur-chef des Carabins de l’Université de Montréal, Danny Maciocia

L’entraîneur-chef des Carabins de l’Université de Montréal, Danny Maciocia, ne veut pas laisser un seul détail lui échapper dans sa préparation pour la finale de la Coupe Dunsmore face au Rouge et Or de l’Université Laval, samedi au stade Telus. Pour cette raison, Maciocia a décidé de fouiller dans les archives vidéo et de remonter jusqu’à la finale de 2013 pour peaufiner la préparation de son équipe.

« Je regardais comment [le Rouge et Or] s’alignait contre certaines formations, certains concepts à l’attaque, a raconté Maciocia jeudi lors d’une conférence de presse. En attaque, je suis allé de 2013 jusqu’aux deux derniers matchs cette saison. En défensive, j’ai regardé les deux dernières années — ce qu’ils font à l’attaque.

« On parle beaucoup des situations qui peuvent arriver, à l’attaque, en défensive et sur les unités spéciales. On parle des tendances, même si des choses imprévues peuvent arriver. C’est impossible de tout couvrir en une semaine. »

Les Carabins et le Rouge et Or croiseront le fer en finale de la Coupe Dunsmore pour une cinquième année de suite, et une neuvième fois depuis 2004. Le Rouge et Or a eu le dessus six fois, notamment en 2013 et en 2016. Les seuls succès des Carabins ont été obtenus en 2014 et en 2015.

Cette saison, les Carabins (7-1) ont gagné le premier duel entre les deux équipes 21-16, en septembre, à Montréal. Le Rouge et Or (8-1) a eu sa revanche en l’emportant 22-0 en octobre, à Québec.

C’est un match avec un plus grand enjeu, avec une coupe en jeu

 

Maciocia a cependant rapidement voulu relativiser la défaite. « On a eu six interceptions dans ce match-là et deux fois, ils ont ramené le ballon à la ligne de 13 et de 6. Et on a perdu seulement 22-0, a-t-il rappelé. Je ne pense pas qu’on va lancer six interceptions samedi. »

Maciocia ne s’attend pas non plus à voir son équipe concéder 213 verges en punition à son rival, comme ce fut le cas dans une victoire de 42-20 en demi-finale face aux Stingers de l’Université Concordia, samedi dernier.

« Ce sera un match émotif, mais on n’est pas fou, a souligné le joueur de ligne offensive Gustave Sylvestre. C’est un match avec un plus grand enjeu, avec une coupe en jeu. Personne ne veut être le gars qui se fait prendre pour une pénalité qui te coûte le match. »

Lors des quatre dernières finales que les deux équipes se sont partagées, le Rouge et Or a inscrit 59 points, contre 58 du côté des Carabins. Encore une fois, Maciocia s’attend à un autre match serré, ce qui signifie que la guerre de tranchées entre les lignes offensives et défensives sera la clé lors de la rencontre.

« Je sais que le monde est peut-être écoeuré de m’entendre dire que c’est toujours la bataille de la ligne de mêlée et s’imagine que je n’ai rien d’autre à dire. Honnêtement, regardez le match et on se reparlera à 17 h 15 ou 17 h 30 samedi, et dites-moi si on a gagné ou non la bataille de la ligne de mêlée », a-t-il rétorqué.

Le gagnant de la Coupe Dunsmore aura la mission de poursuivre l’hégémonie du Québec au niveau du football universitaire canadien.