Alex Harvey signe une victoire historique

Harvey a habilement négocié la course, en se retrouvant dans le trio de tête avant le dernier virage.
Photo: Jonathan Nackstrand Agence France-Presse Harvey a habilement négocié la course, en se retrouvant dans le trio de tête avant le dernier virage.

Alex Harvey a écrit l’histoire du ski de fond dimanche lors des Championnats du monde de Lahti, en Finlande, en devenant le premier Nord-Américain à remporter l’épreuve reine des Mondiaux, le 50 kilomètres style libre. Il a du même coup signé la plus importante victoire de sa carrière.

« C’est la meilleure course de ma vie», a déclaré l’athlète de 28 ans, originaire de Saint-Ferréol-les-Neiges, quelques minutes après son couronnement.

Harvey a habilement négocié la course, parvenant à se retrouver dans le trio de tête avant le dernier virage. Il a dépassé ses adversaires par l’intérieur pour prendre les devants au moment d’entamer la dernière ligne droite et il n’a jamais regardé derrière lui par la suite, franchissant la ligne d’arrivée en 1 h 46 min 28,9 s. Il a devancé le Russe Sergey Ustiugov par un peu plus d’une demi-seconde et le Finlandais Matti Heikkinen par une seconde et demie, deux athlètes qui sont respectivement deuxième et troisième au classement de la Coupe du monde, tout juste devant Harvey.

« Journée parfaite »

« C’était une journée parfaite pour moi. Les conditions étaient vraiment rapides et je savais que cela jouerait en ma faveur. Je me battais pour rester à l’avant et m’éviter des ennuis durant la course », a-t-il souligné.

Le fondeur québécois, auteur de deux premières places en 2017 sur le circuit de la Coupe du monde, a levé le poing au moment de sceller sa victoire, avant de se jeter dans les bras de ses entraîneurs, qui l’attendaient en bordure de piste.

« C’est incroyable, il a vraiment travaillé fort », s’est exclamé en entrevue son père, Pierre Harvey, lui-même un ancien fondeur, qui n’a pas raté une seconde de la course, même à des milliers de kilomètres de la Finlande.

« La dernière minute de la course est impressionnante, mais sur 50 km, il faut être à son affaire pendant près de deux heures. Tous les ingrédients étaient réunis, et Alex a fait une course parfaite. Je pense que c’était la meilleure de sa carrière. »

Épreuve reine

Il s’agit d’une victoire d’une grande importance pour Harvey, puisque le 50 km style libre constitue l’épreuve reine des Championnats du monde, cette compétition phare du monde du ski de fond qui a lieu tous les deux ans. Avant lui, jamais un Nord-Américain n’avait remporté les grands honneurs de cette course depuis sa première présentation en 1925. Lors des derniers Championnats du monde disputés en 2015 à Falun, en Suède, l’athlète avait pris le 5e rang.

« Le 50 km, c’est la reine du ski de fond, l’épreuve suprême, a confirmé Pierre Harvey. C’est comme la Coupe Stanley du hockey, c’est le top ! »

La seule autre victoire de Harvey en Championnats du monde est survenue à Oslo, en 2011, lorsque son coéquipier Devon Kershaw et lui ont remporté le sprint par équipe. Au cours de sa carrière, le Québécois a par ailleurs décroché deux médailles de bronze et une médaille d’argent lors des Mondiaux.

Ce triomphe en conclusion des Championnats de Lahti met un baume sur une semaine en dents de scie pour Harvey. L’équipe canadienne a été exclue du top 10 lors du relais 4X10 km et le Québécois n’a pu faire mieux qu’une douzième place lors du sprint style libre. Il a raté le podium de peu lors du sprint par équipe (6e) et du skiathlon (5e).

Finales à la maison

Alex Harvey pouvait difficilement choisir un meilleur moment pour s’illustrer sur la scène internationale, puisque les finales de la Coupe du monde de ski de fond auront lieu à Québec du 17 au 19 mars prochains. « On dirait que c’est organisé. On a une recette parfaite pour le succès de Québec, a lancé le président de Gestev, Patrice Drouin, qui est chargé de l’organisation de l’événement. On n’aurait pas pu demander mieux que ça. »

Québec en sera à sa troisième présentation d’une étape de la Coupe du monde de ski de fond, après avoir accueilli les meilleurs fondeurs de la planète en décembre 2012 et en mars 2016. L’an dernier, la Vieille Capitale avait attiré près de 50 000 spectateurs pendant les deux jours de compétition, et les organisateurs espèrent en faire venir encore davantage cette année pendant les trois journées d’action sur les plaines d’Abraham. « C’est certain que le public va vouloir venir encourager Alex », estime M. Drouin.

Source d’inspiration

Harvey n’en est pas à ses premiers coups d’éclat, lui qui compte 21 médailles en Coupe du monde, mais une victoire comme celle de dimanche ne peut qu’accroître encore davantage l’intérêt pour le ski de fond au Québec et au Canada. « C’est génial pour le sport, a souligné Pierre Harvey. Plus on en parle, plus ça motive les jeunes à en faire, et plus ça encourage les gouvernements à investir pour soutenir le sport et ses athlètes. »

M. Drouin, de Gestev, connaît bien la famille Harvey, lui qui habite également Saint-Ferréol-les-Neiges. Il a repris goût au ski de fond en voyant les exploits du héros local, et il n’est pas le seul.

« On voit beaucoup de petits Alex Harvey sur les pistes, raconte-t-il. C’est un bel exemple pour les jeunes. Quand il s’entraîne pendant l’été, je le vois passer devant chez moi en skis à roulettes. Il s’arrête pour parler avec les gens. C’est un chic type. »

Son fils de quatre ans fait d’ailleurs partie des nombreux jeunes qui gonflent chaque année les rangs du club de ski de fond du Mont-Saint-Anne, pour glisser à l’endroit même où les Harvey ont laissé leurs premières traces.

À voir en vidéo