Nage synchronisée - Huit athlètes annoncent leur retraite

Élise Marcotte et Marie-Pier Boudreau-Gagnon lors des Jeux olympiques de Londres au mois d’août dernier. Elles font partie d’un groupe de huit athlètes qui abandonnent la nage synchronisée.
Photo: La Presse canadienne (photo) Ryan Remiorz Élise Marcotte et Marie-Pier Boudreau-Gagnon lors des Jeux olympiques de Londres au mois d’août dernier. Elles font partie d’un groupe de huit athlètes qui abandonnent la nage synchronisée.

Ottawa – Les olympiennes Marie-Pier Boudreau-Gagnon et Élise Marcotte, qui ont pris part aux JO de 2008 et de 2012, font partie d’un groupe de huit athlètes qui abandonnent la nage synchronisée.


Boudreau-Gagnon, de Rivière-du-Loup, et Marcotte, de L’Ancienne-Lorette, ont terminé quatrièmes des épreuves en duo et en équipe des derniers Jeux olympiques de Londres.


Boudreau-Gagnon a aussi participé aux Jeux d’Athènes en 2004, à titre de substitut.


Tracy Little, de Pointe-Claire, qui a également pris part aux JO de Pékin avant ceux de Londres, se retire de la compétition.


Les autres olympiennes de Londres qui partent à la retraite sont Stéphanie Durocher, de Repentigny, Jo-Annie Fortin, de Montréal, et Valérie Welsh, de Saint-Nicolas.


Boudreau-Gagnon faisait partie de l’équipe canadienne senior depuis 2002, ayant à son palmarès trois médailles de bronze acquises aux Mondiaux, dont une en solo en 2009.


Le doublé réalisé en solo et en combo aux Mondiaux de Rome en 2009 restera à jamais gravé dans sa mémoire.


«Marie-Pier a tellement donné à son sport pour le pays, a commenté l’entraîneure de l’équipe canadienne, Julie Sauvé. Elle était la meilleure au Canada sur les plans technique et artistique. C’était une athlète passionnée. À l’entraînement, elle ne regardait jamais l’heure. Elle avait d’excellentes habitudes de travail et, en plus, c’était un clown extraordinaire pour ses coéquipières.»


L’athlète âgée de 29 ans entreprend un doctorat en pharmacie à l’Université Laval de Québec.


«La nage synchronisée, c’est ce qui m’a permis d’être qui je suis maintenant, de me surpasser et de créer des liens avec des filles que j’apprécie beaucoup», a-t-elle commenté.


Marcotte, 23 ans, a fait ses débuts au sein de l’équipe nationale en 2006, et elle a été l’équipière de Boudreau-Gagnon en duo au cours des deux dernières olympiades.


Elle a remporté des médailles de bronze en duo en 2009 et en combo en 2011 - ce dernier podium représentant le plus beau souvenir de sa carrière.


«Élise était une des trois capitaines de l’équipe. C’était une bonne meneuse qui montrait la voie aux autres, a affirmé Sauvé. Elle donnait toujours l’effort maximum, était toujours à la recherche de solutions.»


Élise Marcotte poursuit des études universitaires en administration à l’Université du Québec à Montréal.


«Elle était un modèle parce qu’elle a pu conjuguer sa vie d’athlète et son cheminement scolaire», a souligné Sauvé.


Little portait les couleurs du Canada depuis 2004, ayant glané des médailles de bronze dans l’épreuve en combo aux Mondiaux de 2009 et de 2011.


La jeune femme âgée de 26 ans veut faire carrière dans les communications.


«Mon plus beau souvenir est les Jeux olympiques en 2008, mes premiers, quand nous avons gravi deux positions du classement mondial en terminant quatrièmes.»


Marie Rondeau, de Québec, et Rachel Kowalski, de Kitchener en Ontario, membres de l’équipe canadienne B, ont aussi annoncé leur retraite.