Gymnastique artistique - Les Américaines recroquent l’or

La gymnaste Alexandra Raisman
Photo: Agence France-Presse (photo) Emmanuel Dunand La gymnaste Alexandra Raisman

Les Américaines ont écrasé hier le concours par équipes en gymnastique artistique aux Jeux de Londres, ramenant aux États-Unis le titre suprême seize ans après leur dernier sacre aux JO d’Atlanta.

Les États-Unis ont pris l’habitude de se présenter en championnes du monde en titre devant les juges olympiques. Si par deux fois elles avaient perdu en grade l’année suivante aux Jeux d’Athènes en 2004 et de Pékin en 2008 pour prendre l’argent, elles ont cette fois tenu leur rang.


Les quatre filles en or des Mondiaux de Tokyo, Jordyn Wieber, Alexandra Raisman, McKyla Maroney et Gabrielle Douglas, auxquelles s’est rajoutée la jeune Kyla Ross, ont terminé avec plus de cinq points d’avance sur leurs grandes rivales russes, en argent, et sept points sur les Roumaines, en bronze.


« J’espère que nous inspirerons des jeunes gymnastes comme nous avons nous-mêmes admiré d’autres gymnastes auparavant, que nous ferons rêver d’autres petites filles », a souligné Alexandra Raisman, qui a clos magistralement le bal américain, au sol.


De Ross, 15 ans et demi, la plus jeune, à Raisman, la plus âgée avec ses 18 ans fêtés au printemps, les cinq adolescentes ont fait preuve d’une impressionnante solidité.


D’entrée, les Américaines ont pris l’ascendant psychologique sur les Russes, avec une démonstration de force au saut de cheval de Wieber, Douglas et surtout Maroney, qui ont toutes réalisé des « Amanar » - une rondade sur le tremplin suivie d’une double vrille et demie -, le saut féminin le plus côté. Comme aux Mondiaux l’an dernier, le trou était fait et les Russes se voyaient ainsi forcées de courir après le score. Avec les barres asymétriques, leurs grandes forces, Victoria Komova, Alyia Mustafina et consoeurs ont bien répliqué. Mais les Russes ont commencé à faillir à la poutre, avant de craquer au sol à l’image de la championne du monde de cet agrès, Kseniia Afasaneva.


Douglas et Raisman reviendront en chasse du titre du concours général demain, tout comme Komova et Mustafina. « Ce que je tire de cette journée est que nous devons nous battre jusqu’au dernier moment », a souligné Komova, la petite reine des premiers Jeux olympiques de la jeunesse, visiblement écoeurée.