Grand prix du Canada - La «plus belle victoire» de Button dans une course folle

Jenson Button<br />
Photo: Agence Reuters Chris Wattie Jenson Button

Le Britannique Jenson Button a remporté le Grand Prix du Canada hier au terme d'une course folle marquée par de nombreux dépassements et maintes fois interrompue par des accrochages et de fortes averses de pluie.

Le pilote de l'écurie McLaren n'est passé en tête qu'au tout dernier tour de la course après avoir poussé à la faute celui qui menait l'épreuve depuis le départ, Sebastian Vettel. La troisième place sur les podiums est allée au coéquipier du pilote allemand chez Red Bull, Mark Webber. Ils ont été suivis par Michael Schumacher (Mercedes), Vitaly Petrov (Lotus Renault) et Felipe Massa (Ferrari).

«C'est ma plus belle victoire, je suis très ému», a dit l'ancien champion du monde qui en compte maintenant dix. «Cette course a eu ses hauts et ses bas, mais l'on dit que l'important est d'être en tête au dernier tour. Je l'étais dans la dernière moitié du dernier tour.»

Parti du septième rang sur la grille de départ, Jenson Button, a passé une bonne partie de l'épreuve en milieu de peloton, et s'est même retrouvé, à un moment donné, à la dernière place au fil des interruptions de course, des changements de pneus, d'une pénalité pour vitesse excessive derrière la voiture de sécurité et de quelques accrochages, dont un avec son propre coéquipier, Lewis Hamilton, et un autre avec le pilote-vedette de Ferrari, Fernado Alonso, tous deux forcés ensuite d'abandonner. «C'est des choses qui arrivent en course, s'est-il défendu. Je n'ai pas le sentiment d'avoir fait quoi que ce soit de mal.»

Il n'a pas été le seul à connaître une journée mouvementée durant cette course où la voiture de sécurité a dû se présenter en piste une bonne demi-douzaine de fois (elle y est restée pendant plus du tiers des 70 tours.) Justement lancée derrière la voiture de sécurité à cause d'une chaussée rendue trop glissante par la pluie, l'épreuve avait à peine eu le temps de prendre son véritable envol qu'elle a dû être complètement arrêtée pendant plus de deux heures à cause des averses trop fortes.

La piste étroite et trempée a donné lieu à de nombreux accrochages et sorties de piste. Elle a aussi été le théâtre de magnifiques passes d'armes. Outre la remontée de Jenson Button, on y a vu, par exemple, un Michael Schumacher, plutôt effacé depuis son retour à la compétition l'an dernier, passer deux adversaires d'un seul coup ou se livrer à une bataille épique avec Jenson Button et Mark Webber pour la même place. On y a vu aussi Kamui Kobayashi, de l'écurie Sauber, se maintenir longtemps à une improbable deuxième place et le Brésilien Felipe Massa se lancer dans un ultime sprint et finalement voler au Japonais le sixième rang en le précédant à la ligne d'arrivée d'un orteil.

Vettel déçu

En tête de la course presque jusqu'à la fin, Sebastian Vettel n'a pas caché sa déception. «Ç'a été une longue course», a soupiré le jeune champion du monde en titre. «L'une des plus difficiles que nous ayons eues cette saison. Au bout du compte, je devrais être satisfait, mais tout de suite, là, je ne peux pas m'empêcher d'être déçu.»

L'Allemand a observé qu'il s'était visiblement montré trop prudent après la dernière relance de la course. S'il avait su se donner un coussin de quelques secondes de plus, Jenson Button n'aurait probablement pas eu le temps de le rattraper avant la ligne d'arrivée. Le Britannique a expliqué de son côté que la dernière étape de cette remontée n'aurait pas été possible s'il n'avait pas eu ce nouvel aileron arrière mobile qui permet, cette année, aux pilotes de réduire la traînée aérodynamique de leurs bolides à certains endroits de la piste à condition qu'ils soient à moins d'une seconde de l'adversaire qu'ils poursuivent.

Sebastian Vettel pourra se consoler en se disant qu'il a encore accru son avance considérable dans le championnat des pilotes sur ses principaux poursuivants. Auteur de cinq victoires et de deux deuxièmes places en sept courses, l'Allemand totalise désormais 161 points, contre 101 pour Jenson Button, qui est passé de la 4e à la 2e place hier, 94 pour Mark Webber, et 85 pour Lewis Hamilton, qui occupait jusque-là le deuxième rang, mais qui a été blanchi hier.

Critiques contre Hamilton

Vainqueur de la course l'an dernier, Hamilton a rapidement été forcé à l'abandon après s'être accroché avec son coéquipier, Jenson Button, lors d'une tentative de dépassement. Ce résultat est une déception pour le Britannique. Incapable de soutenir le rythme imposé par Sebastian Vettel et sa Red Bull depuis le début de la saison, il comptait profiter d'une piste censée favoriser sa McLaren pour rattraper au moins une partie de son retard.

Obligé de s'excuser publiquement pour avoir trop joué du coude en piste lors du dernier Grand Prix, à Monaco, Hamilton s'est plutôt attiré hier de nouvelles critiques pour avoir bousculé la Red Bull de l'Australien Mark Webber au départ de la course. «Il est complètement fou. S'il n'est pas sanctionné par les autorités de la F1, je n'y comprends plus rien, a déclaré l'ancien champion du monde Niki Lauda. On ne peut pas conduire comme ça. Quelqu'un va finir par se faire tuer.» Un autre ancien champion du monde, Emerson Fittipaldi, avait eu des commentaires semblables quelques minutes avant le début de la course. «Je pense que Lewis a un talent exceptionnel, mais il est parfois beaucoup trop agressif lorsqu'il essaie de faire un dépassement.»
5 commentaires
  • Yvon Bureau - Abonné 13 juin 2011 09 h 38

    Une défaite

    Chaque Grand Prix du Canada/Formule 1 est une grande défaite pour l'environnement, pour la raison, pour une meilleure planète pour nos enfants et petits-enfants.

    C'est une honte, ce GPC à Montréal.

    Il est tombé à l'eau pendant deux heures. Insuffisant. Nature, MERCI quand même !

    Merci aux Kadir, Mongeau... Que votre Organisme roule davantage et pour longtemps.

  • Wilbrod Eastman - Inscrit 13 juin 2011 11 h 25

    Un oubli ?


    Ces voitures de course ont permit d’avoir aujourd’hui plusieurs technologies, qui ont rendu plus agréable, performante, et économiques, la conduite des voitures de mon adolescence . Et bien moins couteuses. Mais ne suis jamais allé voir les courses automobiles.
    Pour les écolos. Si toutes les avancées modernes vous déplaisent. Pourquoi vivez vous en ville, allez donc vivre dans nos belles forets….. Vous dites? Je vous entend mal.
    Ps. Vous devriez savoir que les futures voitures seront électriques. Et vous vous plaindrez encore que le recyclage des batterie causeront de la pollution. Les patins a roulettes, vous en pensé quoi?

    J’oubliais, nous pourrions éviter de faire des enfants et petits enfants. Ca résoudrait vos problèmes.

  • François Dugal - Inscrit 13 juin 2011 12 h 22

    SC

    Le «Safety Car» (voiture de tête) est arrivé à quelle position?

  • Matemiste - Inscrit 14 juin 2011 10 h 45

    La sourde et perpétuelle absurdité des opinions antagonisantes?

    Bravo d'avoir ramenez cette grandiose activité patrimoniale, quel succès!! ...et merci aussi de la requestionner?

    Rien ne se perd rien ne se crée tout se transforme. On veut tous la même chose dans le fonds, mais on ne veut pas s'écouter avec assez de patience et de dépassement de soi pour surpasser les débats par de plus haute attentes consensuelles.

    Je ne voit pas pourquoi les "économistes" ou les "environnementalistes" auraient plus raison les uns que les autres, éventuellement... Comme dans TOUTES les guerres, il y a un troisième partie qui profite clairement de la discorde pendant que les dommages collatéraux s'additionnent partout.

    Pourquoi pas hausser la valeur de nos désirs pour travailler ensemble?

    S.C.

  • AMARRIGE - Inscrit 14 juin 2011 17 h 18

    redbull toujours ''on the track''

    belle surprise pour Mark Webber qui s'est finalement octroyé un podium dans une course plutôt difficile.
    un miracle ! bravo!