Dopage - Six athlètes autrichiens aux Jeux de Turin sont suspendus à vie

Pékin — Le Comité olympique autrichien a annoncé que six athlètes autrichiens avaient été suspendus à vie de Jeux olympiques à la suite d'un scandale de dopage survenu pendant les Jeux de Turin en 2006.

Cette décision a été annoncée par la commission exécutive du Comité international olympique (CIO) au terme d'une enquête sur une affaire présumée de dopage sanguin ayant impliqué les équipes autrichiennes de ski de fond et de biathlon.

Les résultats obtenus aux JO par les Autrichiens ont été annulés. Aucun d'entre eux n'avait obtenu de médaille.

C'est la première fois que le CIO sanctionne des athlètes sans test positif ou sans une absence lors d'un contrôle.

Sur la base du matériel saisi par la police italienne lors d'une perquisition dans les résidences des athlètes, les Autrichiens ont été reconnus coupables d'avoir eu en leur possession des produits dopants et d'avoir pris part à un complot.

«Ça démontre la claire détermination du CIO à lutter contre le dopage avec une tolérance zéro», a déclaré le vice-président du CIO Thomas Bach, l'avocat allemand qui a mené l'enquête.

Le CIO a annoncé qu'il s'agissait des biathlètes Wolfgang Perner et Wolfgang Rottmann et des fondeurs Martin Tauber, Juergen Pinter, Johannes Eder et Roland Diethart.

Le dossier d'un autre athlète, le fondeur Christian Hoffmann, a été transmis à la Fédération internationale de ski pour un examen approfondi, a déclaré Jungwirth.

Bach a ajouté que l'enquête du CIO continuerait avec de nouvelles auditions le mois prochain.

Les athlètes risquent aussi d'être sanctionnés par la Fédération internationale de ski. La sanction du CIO ne concerne que les compétitions olympiques.

L'année dernière, la police italienne, à la recherche de matériel de dopage et de produits interdits, avait perquisitionné dans les quartiers de l'équipe autrichienne de biathlon et de ski de fond, tandis que des contrôleurs antidopage avaient effectué des prélèvements sur dix athlètes. Les contrôles étaient revenus négatifs mais le CIO avait déclaré qu'il continuerait son enquête sur la base des conclusions de la police.

Les perquisitions avaient été déclenchées par la présence en Italie de l'entraîneur Walter Mayer, qui avait été suspendu de JO à la suite d'une affaire de dopage sanguin aux Jeux de Salt Lake City en 2002.

Mayer avait ensuite été arrêté par la police après avoir tenté de forcer un barrage routier et avait été interné dans un hôpital psychiatrique.