Rumeurs de transaction - Brodeur rit sous son masque

Martin Brodeur
Photo: Martin Brodeur

East Rutherford — Martin Brodeur a trouvé amusantes les rumeurs de transaction qui ont circulé à son endroit dernièrement. Le vétéran gardien n'envisage aucunement de renoncer à la clause de non échange qu'il a négociée avec les Devils, et il se voit encore passer toute sa carrière au New Jersey.

«C'était drôle à entendre, a dit Brodeur, hier matin. C'était la première fois que mon nom se retrouvait dans des rumeurs. Colorado, Detroit et même Vancouver voulaient m'avoir. Si les gens avaient su, les Devils ne peuvent pas m'échanger sans mon consentement et je n'ai absolument pas l'intention de quitter.

«Je me vois finir ma carrière ici, c'est sûr», a-t-il ajouté.

À la conclusion de la saison, les Devils pourront se prévaloir de l'option de retenir ou non les services de Brodeur en vue de 2006-07, ce qui serait sans doute une formalité.

Les deux parties pourraient, de toute façon, conclure une nouvelle entente avant d'en arriver là. Peu importe, Brodeur — qui touche un salaire de 5,237 millions $US cette saison — prévoit rester, à moins que l'organisation adopte un changement draconien de philosophie, ce qu'il ne croit pas qui va se produire. «Le nouveau propriétaire de l'équipe veut poursuivre la tradition de succès de l'organisation et Lou Lamoriello a toujours voulu bâtir des équipes championnes, a dit Brodeur. L'équipe va aussi aménager dans un amphithéâtre neuf dans deux ans.»

La libération du vétéran Alexander Mogilny ne marque pas le début d'une vente de feu, selon lui.

«Je connais Lou, il ne va pas démanteler l'équipe parce qu'elle a connu une première moitié de saison difficile pour la première fois en 13 saisons depuis que je suis ici», a-t-il opiné. «On est dans la lutte pour l'obtention d'une place en séries éliminatoires. Et on a notre sort entre les mains.»

Mauvaises décisions

Lamoriello, qui en est à sa 19e saison comme président et directeur général des Devils, a pris quelques mauvaises décisions au terme du lock-out, en accordant de lucratifs contrats aux défenseurs Vladimir Malakhov (7,2 millions $, deux ans) et Dan McGillis (4,4 millions $, deux ans) ainsi qu'à Mogilny (sept millions $, deux ans). Malakhov a quitté après 29 matchs; McGillis est dans les rangs mineurs; et Mogilny ne figure plus dans les plans d'avenir. La perte de Scott Niedermeyer, qui est allé rejoindre son frère Rob chez les Mighty Ducks de Anaheim, a aussi fait mal.

«La stabilité a toujours été la marque de commerce des Devils, a souligné Brodeur. C'est inhabituel de voir une situation toute croche comme celle-là, mais on doit donner le mérite à Lou qui ne craint pas de prendre des décisions.

«Il a retranché un montant de 11 millions $ à la masse salariale depuis le début de la saison et on est à 4,5 millions $ sous le plafond de 39 millions $.»

Lamoriello a aussi décidé de prendre le taureau par les cornes en occupant la place de Larry Robinson derrière le banc sur une base intérimaire.

«Ce n'est pas n'importe quel directeur général qui aurait fait ça, a résumé Brodeur. Il n'avait pas de plan B à la suite du départ de Larry et il a décidé de s'acquitter de la tâche pour constater de lui-même ce qui ne va pas.»