Villeneuve limité à un rôle de figurant

São Paolo — Même s'il disposait d'une voiture rapide et fiable, Jacques Villeneuve savait avant même le départ du Grand Prix du Brésil hier qu'il avait peu de chance de terminer dans les points.

Villeneuve a dû s'élancer depuis les stands après que son équipe eut changé une pièce de la suspension arrière de sa Sauber alors qu'elle était en parc fermé.

«C'est dommage, a-t-il expliqué après avoir complété l'épreuve en 12e position. La voiture était rapide, compétitive et je pouvais attaquer. Mais j'ai tout perdu en étant contraint de m'élancer des stands. De plus, je manquais terriblement de vitesse de pointe en ligne droite et j'ai perdu beaucoup de temps derrière le Minardi de Doornbos en début de course. Je ne pouvais même pas prendre son aspiration.»

Il ne pouvait que regretter la petite erreur qui l'avait conduit à partir de la ligne des stands. «Il y a des processus qu'il faut suivre. Il y avait un petit problème avec une barre antiroulis, mais il aurait fallu demander aux commissaires le droit d'intervenir sur la voiture. Il aurait fallu demander mais, voilà, il fallait faire vite.»

Avant de quitter le circuit d'Interlagos, Villeneuve a tenu à féliciter le nouveau champion du monde, Fernando Alonso. «C'est un sacre mérité. Fernando a fait une très grande saison, gagnant les courses qu'il pouvait gagner, réussissant à marquer de gros points dans les courses qu'il ne pouvait pas gagner. C'est ce qui a payé!»

Quant au championnat des constructeurs qui n'est toujours pas réglé, Villeneuve en a minimisé l'importance. «Le championnat des constructeurs, c'est le championnat des perdants!»