Montréal 42, Winnipeg 23 - Les Alouettes sortent de la grisaille

Capables du pire et du meilleur cette saison, les Alouettes ont été fidèles à eux-mêmes hier. Moches au cours de la première partie du match, ils ont secoué leur torpeur dans la seconde pour vaincre les Blue Bombers de Winnipeg 42-23, devant 20 202 spectateurs qui ont bravé la grisaille au stade Percival-Molson.

Accusant un retard de 17-14 à la demie, les «Moineaux» ont pris l'initiative pour de bon au troisième quart grâce aux touchés de Robert Edwards — course d'une verge — et de Kerry Watkins — passe de 27 verges.

Anthony Calvillo a ensuite lancé une passe de touché, sa deuxième de la rencontre, à Ben Cahoon au début du quatrième quart.

Les infortunés Blue Bombers (4-10) ont rétréci l'écart à l'aide du placement de 27 verges de Troy Westwood, mais Edwards est venu fermer les livres à 1 min 35 s de la fin avec une course de 15 verges. C'était son cinquième majeur de la campagne.

En l'emportant, les Alouettes (6-6) ont ramené leur fiche à ,500. L'équipe montréalaise n'accuse plus qu'un retard de deux points aux dépens des Argonauts de Toronto (7-4). Les meneurs de la section Est ont toutefois disputé un match de moins.

Mauvais départ

Les Alouettes ont connu un premier quart exécrable, commettant leurs trois seuls revirements de l'après-midi. Calvillo a été victime de deux interceptions et Edwards a échappé le ballon profondément dans le territoire des siens.

Les Blue Bombers ont ainsi pu se forger une avance de 14-3. Le talentueux Milt Stegall a commencé le bal en signant un touché de 32 verges, peu de temps après l'interception de Shawn Gallant, avant que le demi de coin Omar Evans ne retourne dans la zone des buts la passe que Calvillo avait envoyée vers Sylvain Girard.

Calvillo a lui-même sonné le réveil au deuxième quart, marquant sur une course de deux verges dès le jeu initial. Les Alouettes ont créé l'égalité 14-14, en l'espace de quelques minutes, à l'aide d'un simple de 70 verges et d'un placement de 40 verges de Damon Duval.

Le maraudeur Richard Karikari a par la suite annulé une poussée menaçante des Bombers, interceptant la longue passe du quart-arrière Kevin Glenn sur la ligne des buts.

«Nous avons connu une première moitié de match très frustrante, a avoué Matthews. On a été notre pire ennemi, en plus de multiplier les erreurs de couvertures sur les unités spéciales. On a amassé beaucoup de verges à l'attaque, mais on n'a réussi que 14 points. C'est inacceptable.»

Matthews a assuré que l'intensité n'a pas fait défaut, au contraire. «Les gens qui avancent que les joueurs n'étaient pas prêts ne savent pas de quoi ils parlent. Il arrive parfois qu'on commette des revirements parce qu'on déploie beaucoup d'ardeur à la tâche», a-t-il résumé.