Hockey - Les nombreuses pénalités gâchent encore le spectacle

Les arbitres Dave Jackson et Chris Rooney ont imposé 22 pénalités lors du match de samedi. Douze aux Maple Leafs, 10 au Canadien. Le spectacle en a terriblement souffert. Malgré tout, l'entraîneur Claude Julien est convaincu que la ligue va dans la bonne direction.

«Les joueurs, les entraîneurs et les arbitres travaillent tous dans la même direction. Durant le match, les arbitres viennent nous voir pour nous expliquer leur décision. Ils font la même chose avec les joueurs. Tout le monde cherche à coopérer.»

Selon Julien, les pénalités seront moins nombreuses lorsque les équipes auront réduit leur personnel. Mais en attendant, les entraîneurs sont contraints d'employer les mêmes joueurs plus souvent qu'ils ne le souhaitent. «Il y a encore trop de punitions, reconnaît-il. Ce soir [samedi], on a perdu notre momentum à cause des pénalités et on a eu beaucoup de difficultés à le retrouver. On va devoir diminuer le nombre de punitions. Ça va nous permettre d'utiliser tout notre monde.»

Plekanec impressionne

Tomas Plekanec ne cesse d'impressionner. Samedi soir, il a offert une autre solide performance au centre de Chris Higgins et d'Alexander Perezhogin. Face aux Leafs, il a été l'attaquant le plus employé (20:46). «J'ai beaucoup joué, c'est vrai. Je suis surpris car Saku [Koivu] était de la formation. Je suppose que les entraîneurs veulent voir ce que je peux apporter à l'équipe.»

Plekanec entreprend sa quatrième saison chez les professionnels. Ses récentes performances confirment qu'il est prêt à faire le saut à la Ligue nationale.

«J'ai plus d'expérience après trois saisons dans la Ligue américaine. Il y a des postes disponibles à Montréal et c'est à moi de saisir l'occasion», dit Plekanec, un Tchèque de 22 ans qui excelle en supériorité numérique comme en désavantage numérique.