Soccer - L'Impact et les Sounders de Seattle, deux équipes qui se ressemblent

Seattle — L'Impact et les Sounders s'affronteront en séries éliminatoires pour la deuxième année d'affilée au cours d'une série de deux matchs au total des buts qui s'amorcera aujourd'hui à Seattle et se terminera dimanche après-midi au Complexe sportif Claude-Robillard.

L'an dernier en finale de championnat, les joueurs montréalais avaient profité du fait que les Sounders ne s'étaient pas frottés à eux depuis le 12 août 2001 — l'Impact était en route vers une saison perdante cette année-là — pour les surprendre avec une victoire sans appel de 2-0 à Montréal.

Mais cette année, l'Impact et les Sounders se sont affrontés deux fois en saison régulière. Les deux entraîneurs ont eu l'occasion de bien évaluer le système de l'adversaire, en chair et en os, pas seulement sur vidéo. Ils savent donc exactement à quoi s'attendre.

«Les deux équipes ont des styles similaires, a indiqué l'entraîneur de l'Impact Nick DeSantis. Ils ont un très bon système défensif, un bon gardien [Preston Burpo], et ils ont Roger Lévesque qui est en grande forme [trois buts au premier tour des séries]. Ils ont aussi Leighton O'Brien au milieu du terrain, qui contrôle le tempo et qui a une bonne vision du jeu, alors il va falloir congestionner le milieu du terrain.»

La donne a également changé cette année parce qu'au lieu d'un match unique à Montréal, on aura droit à une série aller-retour.

«C'est complètement différent, a souligné DeSantis. Surtout à cause du fait que nous devons jouer à Seattle cette fois.»

«C'est au total des buts, ce qui veut dire qu'il ne faut rien donner, même en fin de partie si tu as une avance de plus d'un but, a noté le défenseur Nevio Pizzolitto, qui compte 20 matchs d'expérience en séries. Et ça veut dire qu'il faut continuer de jouer serré même si les choses commencent à mal tourner. C'est une série qui, peu importe ce qui arrive, ne sera pas terminée avant 18h, dimanche.»

Il reste tout de même quelques éléments de mystère entre les deux équipes. L'Impact n'a jamais vraiment présenté son équipe «A» aux Sounders cette année, les ayant affrontés à Montréal en l'absence de cinq joueurs réguliers rappelés par l'équipe canadienne en vue de la Gold Cup, puis à Seattle alors que le championnat de la saison régulière était déjà en poche.

«Nous avions bien fait à la maison mais à Seattle, notre motivation n'était pas à son sommet, a noté DeSantis. Nous devions jouer deux matchs en trois jours, alors il a fallu faire une rotation des joueurs au sein du onze partant. Ils verront une équipe bien différente cette fois-ci.»

Les Sounders ont leur propre carte cachée en l'attaquant cubain Maykel Galindo, qui ne s'est joint à eux que le 9 septembre mais qui démontre un potentiel certain, selon DeSantis.

«Il est rapide et il est dangereux», affirme l'entraîneur montréalais au sujet de celui qui a profité de la présence de l'équipe nationale cubaine à Seattle lors du tournoi de la Gold Cup pour demander l'asile.

Le vainqueur de la série affrontera ensuite le gagnant de la demi-finale disputée entre les Rhinos de Rochester et les Kickers de Richmond.