Championnat de la PGA - La pluie gâche tout

Springfield, N.J.— Phil Mickelson a atteint les sommets, puis les profondeurs, avant de trouver le moyen de se hisser devant tous ses rivaux au Championnat de la PGA, hier. Mais en raison d'une bande orageuse qui a survolé le parcours de Baltusrol, il a encore du travail à faire.

Lors d'une spectaculaire ronde finale qui a tout produit, sauf un vainqueur, Mickelson est passé d'une avance de trois coups à un recul de deux coups, derrière Steve Elkington, en l'espace de sept trous.

Mais il s'est ressaisi lorsque d'autres golfeurs ont été dévorés par l'herbe haute et la pression de gagner le dernier des quatre tournois du grand chelem de 2005.

Mickelson présentait un dossier de quatre sous la normale et était confronté à un roulé de trois pieds pour la normale au 14e trou lorsque le tournoi a été arrêté.

Douze joueurs seront de retour sur le terrain à compter de 10 h, aujourd'hui. Ce sera la première fois que le Championnat de la PGA nécessite cinq jours de compétition depuis le triomphe de Bob Tway, à Inverness, en 1986.

Personne n'aurait pu imaginer que Mickelson connaîtrait tant d'ennuis, après le début de ronde qu'il a connu. Et, malgré un délai de 39 minutes, tout juste avant que les meneurs ne prennent le départ, personne n'aurait cru que Tiger Woods présenterait le meilleur score, après 72 trous, à l'issue de la journée de dimanche.

Woods a terminé son parcours avec des birdies sur les deux derniers trous, pour un score de 68, deux coups sous la normale. Sa fiche cumulative de 278, deux coups sous le par, le laisse à deux coups du sommet. Mais comme les deux derniers trous sont des normales 5, il est peu probable que Mickelson, Elkington et Thomas Bjorn, tous deux à moins 3, ou encore Vijay Singh et Davis Love III, avec des scores de moins 2, perdent des coups dans le dernier droit.