Le CIO donne un léger avantage à Paris devant Londres

Des gendarmes montaient la garde dimanche lors de l’événement promotionnel durant lequel 700 000 personnes étaient présentes sur les Champs-Élysées pour appuyer la candidature de Paris pour l’organisation des JO 2012.
Photo: Agence Reuters Des gendarmes montaient la garde dimanche lors de l’événement promotionnel durant lequel 700 000 personnes étaient présentes sur les Champs-Élysées pour appuyer la candidature de Paris pour l’organisation des JO 2012.

Lausanne, Suisse — Les dossiers de Paris et Londres ont été jugés de «très grande qualité» par la Commission d'évaluation du Comité international olympique (CIO) qui a publié, hier à Lausanne, un rapport sur les cinq candidats à l'organisation des Jeux olympiques 2012 semblant donner un léger avantage à la capitale française.

Les candidatures de New York et Madrid sont qualifiées de «grande qualité» tandis que celle de Moscou est critiquée pour son manque de précision.

Le rapport évoque la «très grande qualité» du dossier parisien qui fait preuve d'une «intégration approfondie [...] de tous les facteurs entrant en ligne de compte dans la planification des Jeux.» Il note également que «les recommandations [...] ont été soigneusement prises en considération.»

Une légère nuance est introduite dans l'évaluation de Londres. Si le dossier est également jugé d'une «très grande qualité», il ne révèle lui qu'un «degré élevé de planification». Une manière, semble-t-il, de hiérarchiser les deux favoris.

D'autant plus que l'appréciation du dossier parisien ne comporte aucune fausse note à l'inverse de celle de Londres, suspendue à la réalisation de travaux dans le domaine des transports. «Pour autant que l'important programme d'amélioration des transports publics soit entièrement achevé avant 2012 [...] la Commission pense que les exigences en matière de transport seraient satisfaites.»

À l'inverse, la Commission juge que «Paris possède des systèmes de transport routier et ferroviaire de forte capacité et de grande qualité», et estime que les «exigences en matière de transport seraient pleinement satisfaites».

New York sans stade

Londres s'est dit «ravi» par la voix de Sebastian Coe, président du comité d'une candidature qu'il a jugée «en bonne forme» pour l'emporter dans un mois, tandis qu'à Paris, le ministre des Sports Jean-François Lamour a estimé que le rapport du CIO «donnait la pêche» au comité de candidature.

En ce qui concerne les dossiers qualifiés de «grande qualité», New York et Madrid, la Commission a souligné que la ville américaine se montrait toujours incapable d'apporter des garanties sur la localisation de son futur grand stade. Pour ne rien arranger, l'un des trois membres de la Commission chargée d'approuver la participation financière de l'État de New York pour la construction du stade, Sheldon Silver, a déclaré hier être opposé au projet, qu'il juge «au mieux prématuré». Une déclaration mettant ainsi en difficulté la candidature nex-yorkaise.

Dan Doctoroff, maire adjoint et fondateur du comité de candidature, a estimé que New York faisait «clairement partie» du groupe des favoris à condition que les incertitudes à propos du stade soient levées. «On ne peut pas avoir un point faible au niveau du site le plus important et espérer l'emporter», a jugé Doctoroff.

Si Madrid recueille un avis réservé en ce qui concerne le budget consacré à la technologie et aux transports, la capitale espagnole est louée, dans l'optique des Jeux paralympiques, pour le «rôle majeur» que le pays joue «en faveur du sport pour handicapés sur le plan international».

Le maire de Madrid Alberto Ruiz-Gallardon a réagi en estimant avoir le «meilleur projet». «Je le dis avec sincérité, humilité mais aussi ambition, nous avons plus de chances que jamais d'organiser les Jeux olympiques», a-t-il renchéri, se félicitant des deux aspects mis en valeur par le rapport: la sécurité et le logement.

Pour Moscou, en revanche, la Commission a mis en avant la «planification insuffisamment détaillée [...] et le manque d'informations de base [qui] ont rendu difficile l'évaluation du projet».

Une critique qui n'a pas empêché les responsables de se réjouir du rapport, estimant qu'il correspondait totalement à leurs attentes. «Ils avaient dit qu'il n'y avait pas d'outsiders et le rapport le prouve. Nous attendions une telle évaluation et nous sommes heureux de l'obtenir», a déclaré le chef de Moscou-2012 Valery Shantsev, adjoint au maire de la capitale.

Le CIO désignera la ville organisatrice des jeux d'été 2012 le 6 juillet prochain lors de son congrès à Singapour.