Lock-out - Aucun progrès... mais on promet de se reparler

New York — Aucun progrès n'a été enregistré hier à la reprise des pourparlers entre les propriétaires de la Ligue nationale et les représentants de l'AJLNH. Les deux parties ont cependant convenu de se rencontrer plus souvent dans l'espoir de mettre fin au conflit de travail qui paralyse les activités du circuit depuis maintenant sept mois. Les pourparlers reprendront la semaine prochaine.

Cette rencontre était la première depuis le 4 avril à Toronto. L'AJLNH avait alors proposé un concept que la ligue avait estimé intéressant.

«Nous avons continué les discussions à partir du concept proposé par les joueurs mais sans pour autant enregistrer des progrès substantiels, a déclaré le vice-président de la LNH, Bill Daly, par voie de communiqué. Les deux parties ont décidé d'élaborer un calendrier qui nous permettra de se rencontrer plus souvent au cours des prochaines semaines.»

hier, les pourparlers ont commencé à 11 heures et ont pris fin à 17h30. Cette rencontre a eu lieu la veille d'une réunion que les gouverneurs de la LNH doivent tenir, aujourd'hui, à New York. Les propriétaires doivent se rencontrer à 11 heures dans un hôtel de Manhattan.

L'utilisation de joueurs de remplacement sera à l'ordre du jour même si certains des 30 clubs n'y sont pas très favorables.

L'AJLNH a présenté un concept dans lequel on retrouve un plafond et un plancher liant les salaires aux revenus. En se basant sur les revenus de 2,1 milliards $US enregistrés la saison dernière, les joueurs ont proposé un plafond de 50 millions et un plancher de 30 millions.

Le plafond serait flottant en raison de la variation des revenus. À cause du lock-out, les revenus seront assurément moins élevés, ce qui entraînerait une baisse du plafond salarial. Par exemple, si les revenus sont de 1,5 milliard, le plafond passerait à 35 millions et le plancher à 15 millions. Dans le cas d'une hausse des revenus, le plafond et le plancher seraient majorés.

Il y a cependant un obstacle majeur à ce concept: les deux parties doivent s'entendre sur ce qui constitue un revenu. Une taxe punitive serait également intégrée au concept afin de décourager certaines équipes à dépenser.

On croit que la ligue pourrait accepter ce concept si l'écart de 20 millions entre le plafond et le plancher était réduit de moitié.

Le directeur senior de l'AJLNH, Ted Saskin, avait dit souhaiter que les pourparlers porteraient sur ce concept, une façon de réduire l'écart qui sépare toujours les deux parties.

«Il importe aussi de savoir si la ligue entend mettre de l'avant un programme de partage des revenus, avait ajouté Saskin. Nous avons hâte d'entendre ce qu'ils ont à dire à ce sujet.»

Daly, le commissaire Gary Bettman et le conseiller extérieur Bob Batterman étaient à la table de négociations. Ils étaient accompagnés du président et directeur général des Devils du New Jersey, Lou Lamoriello, du président du conseil d'administration de la LNH, Harley Hotchkiss, du propriétaire des Bruins de Boston, Jeremy Jacobs, du propriétaire des Predators de Nashville, Craig Leipold, du directeur des opérations hockey Colin Campbell, et du conseiller général de la LNH, David Zimmerman.

L'AJLNH était représentée par son directeur administratif Bob Goodenow, le directeur senior Ted Saskin, le conseiller associé Ian Pulver, et le conseiller extérieur John McCambridge.