Tournoi de tennis de Monte-Carlo - Nadal seul sur terre

Rafael Nadal a remporté son troisième tournoi de l’année, hier, en battant l’Argentin Guillermo Coria 6-3, 6-1, 0-6, 7-5.
Photo: Agence Reuters Rafael Nadal a remporté son troisième tournoi de l’année, hier, en battant l’Argentin Guillermo Coria 6-3, 6-1, 0-6, 7-5.

Monaco — Rafael Nadal s'est affirmé hier comme le meilleur joueur de terre battue du moment, en battant l'Argentin Guillermo Coria 6-3, 6-1, 0-6, 7-5, en finale du Masters Series de tennis de Monte-Carlo.

En remportant son troisième tournoi de l'année, l'Espagnol se positionne d'ores et déjà comme le principal favori de Roland-Garros, à partir du 23 mai, alors qu'il n'aura que 19 ans le 3 juin prochain. «C'est encore trop loin. Je ne sais pas comment je serai dans un mois», a tempéré Nadal. En dépit de sa prudence légitime, la façon dont il a dominé en deux temps le tenant du titre à Monaco ne peut tromper personne.

Car, hormis une éclipse totale dans le troisième set, il a copieusement dominé un Coria nerveux, irrité et auteur d'un nombre inhabituel de fautes.

Il a surtout fait preuve d'une vaillance exceptionnelle dans la quatrième manche pour résister au retour de l'Argentin, complètement retrouvé et évoluant enfin à son meilleur niveau.

Mais l'Espagnol, regard perçant et muscles saillants, n'a pas craqué, malgré son marathon de la veille face au Français Richard Gasquet.

«Je commençais vraiment à fatiguer mais j'ai su rester concentré alors qu'il se mettait à ne rien raterx, a commenté le Majorquin.

Avant de démonter sa combativité et son courage, il avait d'abord surclassé Coria, avec sa formidable gifle en coup droit. Son lift très bondissant a beaucoup gêné le petit Argentin (1,75 m), mais celui-ci était surtout étrangement absent dans les deux premiers sets. «Je tentais de le faire bouger avec mes amorties, a expliqué Coria. Car, vu les conditions de jeu très lourdes, je ne sais pas comment j'aurais pu le déborder sinon, tellement il se déplace bien.»

Discussions

Le 9e joueur mondial n'a fait illusion que quelques minutes pour mener 3-1. Nadal remportait les sept jeux suivants pour se détacher irrémédiablement.

Pendant ce temps, Coria, cherchant l'interruption de la partie à cause d'une pluie légère, perdait sa concentration dans des discussions interminables avec l'arbitre, qui a même fait appel au superviseur pour réprimander l'Argentin.

Une fois calmé, Coria a complètement retrouvé son tennis, infligeant une belle roue de bicyclette à son adversaire au troisième set.

«J'ai laissé filer un peu, a reconnu Nadal. Eh, je ne peux pas me battre sur tous les sets !»

Retrouvant toute son énergie, il s'est détaché 4-1 dans la quatrième manche, en cavalant sur toutes les balles. Mais Coria, de plus en plus patron du court, revenait encore.

Dans une situation identique il y a deux semaines en finale de Key Biscayne, durant laquelle il avait mené 2 manches à 0 et 4-1 face au Suisse Roger Federer avant de sombrer, Nadal n'a pas cédé cette fois.

Menacé d'un cinquième set qui lui aurait sans doute été fatal, il s'est battu comme un chiffonnier pour garder le dessus.

Avec ce quatrième succès de sa carrière en tournoi, il devrait se retrouver dès lundi aux portes du Top 10 au classement ATP. «Je vais maintenant prendre le temps de savourer», a-t-il glissé, avant de s'envoler pour Barcelone où toute l'Espagne l'attend déjà.