Masters Series de Monte Carlo - Federer tombe contre le 101e au monde

Hier, la terre battue de Monte Carlo a une nouvelle fois réussi à Richard Gasquet, où il s’était révélé en 2002.
Photo: Agence Reuters Hier, la terre battue de Monte Carlo a une nouvelle fois réussi à Richard Gasquet, où il s’était révélé en 2002.

Monaco — Richard Gasquet a fait tomber hier le numéro un mondial Roger Federer pour s'offrir une place en demi-finale du Masters Series de Monte Carlo. Un exploit du jeune Français, qui a sauvé trois balles de match lors du bris d'égalité au troisième set pour s'imposer sur le score de 6-7 (1), 6-2, 7-6 (8).

Hier, la terre battue de Monte Carlo, où il s'était révélé en 2002, a réussi une nouvelle fois à Gasquet. Du haut de ses 18 ans, le Français, 101e au classement ATP, a mis un terme à une série de 25 victoires consécutives de Federer en deux heures et 20 minutes.

En demi-finale, Gasquet rencontrera l'Espagnol Rafael Nadal, tête de série numéro 11, qui a défait le vainqueur de Roland Garros, l'Argentin Gaston Gaudio, (no 4), en deux sets 6-3, 6-0.

Richard Gasquet et Rafael Nadal, tous les deux âgés de 18 ans, se sont déjà rencontrés deux fois, chacun gagnant un match. «Il est largement favori», a estimé Gasquet, qui venait pourtant d'éliminer le numéro un mondial.

Tête de série numéro un du tournoi, Federer n'avait jusqu'ici essuyé cette saison qu'une seule défaite en 36 matches. Seul le Russe Marat Safin avait pu s'imposer face au Suisse en demi-finale de l'Open d'Australie.

Après laissé au Suisse le premier set, disputé au bris d'égalité, Gasquet a remporté le deuxième, avant d'obtenir trois balles de match dans le troisième, toutes repoussées par Roger Federer. Dans le deuxième jeu décisif du match, Gasquet a dû faire preuve de sang froid pour sauver à son tour trois balles de match, avant de remporter la rencontre sur un passing-shot.

«J'ai super bien joué», s'extasiait le Français, qui reconnaissait ne pas réussir de tels coups à l'entraînement. «Je pouvais pas rêver mieux. Je n'arrive pas à trouver les mots pour définir ma joie aujourd'hui».

«Bien sûr c'est frustrant», reconnaissait Roger Federer. «Il m'a laissé une chance de revenir dans le match, que j'aurais dû prendre. Mais il méritait de gagner. Il frappait tout le temps des coups gagnants. Il n'y a pas tant de joueurs comme ça».

Ce quart de finale s'est déroulé peu après les obsèques du prince Rainier III de Monaco mort la semaine dernière. Les drapeaux étaient en berne et le début du match avait été repoussé de quelques heures. Une minute de silence a été observée avant le début des rencontres.

Dans les autres quarts, l'Espagnol Juan Carlos Ferrero a rapidement battu l'Italien Filippo Volandri, en deux sets 6-2, 6-3, tandis que l'Argentin Guillermo Coria, tête de série numéro six, a battu l'Espagnol David Ferrer 3-6, 6-4, 6-3, pour atteindre sa première demi-finale de l'année.

Ferrero et Coria se retrouveront en demi-finale pour une répétition de l'affiche de la finale du tournoi en 2003, remportée par l'Espagnol.