La LNH et les joueurs discutent mais demeurent loin d'une entente

Le directeur général du Canadien de Montréal, Bob Gainey.
Photo: Agence Reuters Le directeur général du Canadien de Montréal, Bob Gainey.

Romulus, Michigan — Les dirigeants de la LNH et les joueurs ont mangé ensemble et discuté pendant deux journées, mais ils sont toujours loin d'une entente qui permettrait de mettre fin au lock-out.

Bill Daly, le négociateur en chef de la ligue, a mis les directeurs généraux au courant des derniers développements syndicaux, hier, à l'occasion d'une réunion de six heures tenue dans un hôtel près de Detroit.

Mais ce qui s'était passé la veille était beaucoup plus intéressant.

Le commissaire Gary Bettman et les directeurs généraux sont allés souper avec le directeur exécutif de l'Association des joueurs, Bob Goodenow, et sept joueurs, tous des vétérans. Plus tard, Goodenow et Bettman ont pris un verre ensemble au bar de l'hôtel.

Daly a déclaré qu'on espérait qu'une autre séance de négociations puisse avoir lieu bientôt, à la suite d'une réunion prometteuse tenue lundi à Toronto.

«Nous continuerons d'y travailler, a déclaré Daly. Je pense que c'est important de continuer de se rencontrer à un rythme relativement rapide. Je pense que la conversation entre Gary et Bob [jeudi soir] indique que nous tenterons de nous réunir bientôt.»

Il a ajouté que les deux hommes devraient s'entendre sur la date et l'endroit de la prochaine réunion au cours de la fin de semaine.

On n'en est toutefois pas venu à une entente au sujet du repêchage des joueurs amateurs de 2005.

Et même si on n'a pas discuté en détail de la possibilité d'utiliser des joueurs de remplacement, certains directeurs généraux en ont parlé ouvertement.

Le d.g. des Maple Leafs de Toronto, John Ferguson, a reconnu que son équipe se préparait à cette éventualité. «Oui, nous faisons nos devoirs à ce niveau, a-t-il dit. Il faudra attendre encore un peu et voir si les priorités changeront au cours des prochains mois, mais nous sommes en voie de structurer, de faire des recherches — pour toute l'entreprise, pas seulement pour les opérations hockey.»

Seuls les dirigeants d'équipe ont assisté à la réunion d'hier. On a alors examiné les répercussions d'une nouvelle convention collective sur le repêchage et le statut des joueurs dont le contrat pourrait se terminer au cours du lock-out.

Il semble qu'on adoptera un système de loterie pour déterminer l'ordre de sélection en vue du prochain repêchage.

«Il est important que la ligue choisisse le moyen le plus juste pour attribuer les choix au repêchage, a déclaré Daly. Aimeront-ils tous la solution choisie? Non, mais au bout du compte, j'espère que tout le monde reconnaîtra que c'est juste.

«Ce pourrait être un dossier épineux. Nos clubs ont des intérêts divergents, mais pour la plupart, ils ont bien réagi en gardant l'oeil sur le dossier le plus important, c'est-à-dire la négociation d'une nouvelle entente.»

Les discussions ayant trait au repêchage pourraient se poursuivre lors d'une réunion du comité exécutif de la ligue, la semaine prochaine, et d'une assemblée du bureau des gouverneurs, le 20 avril.

On a toutefois abordé le sujet des joueurs repêchés en 2003 qui n'ont pas encore conclu une entente avec leur équipe. Normalement, ceux qui n'auront pas signé de contrat d'ici le mois de juin auraient été en droit de devenir joueurs autonomes ou d'être réinscrits au repêchage.

Cette question sera toutefois abordée dans la nouvelle convention collective, a indiqué Daly. Selon lui, le mois de juin est une date de tombée «artificielle en ce sens qu'elle fait partie de l'ancienne convention collective».

«Nous n'avons pas eu de réponses concrètes et nous n'en attendions pas, a affirmé à ce sujet le directeur général du Canadien de Montréal, Bob Gainey. Ce sont des joueurs repêchés qui se retrouvent dans le vide, entre l'ancien système et un nouveau système éventuel.»