La côte Morgan se transforme en parc à neige

Le parc, ouvert tous les jours jusqu’au mois de mars, permet aux adeptes de planche à neige de pratiquer gratuitement leur sport.
Joseph Roby Le parc, ouvert tous les jours jusqu’au mois de mars, permet aux adeptes de planche à neige de pratiquer gratuitement leur sport.

Plus besoin d’aller jusqu’en montagne pour pratiquer des sports de glisse ! Samedi marquait l’ouverture du Parc de rails Ojo, qui prend d’assaut la côte Morgan, à proximité du Stade olympique, pour une deuxième année consécutive.

Le parc, ouvert tous les jours jusqu’au mois de mars, permet aux adeptes de planche à neige de pratiquer gratuitement leur sport. « On veut proposer des activités gratuites aux Montréalais et aux habitants de Mercier-Hochelaga, dans le plus pur esprit d’un parc urbain et récréatif », explique en entrevue le responsable des communications du Parc olympique, Cédric Essiminy.

Il rappelle que dans les années 1920, la côte Morgan accueillait les citoyens désireux de pratiquer des sports de glisse, et se réjouit d’en quelque sorte redonner au secteur son rôle d’autrefois. « Il y a une dénivellation naturelle entre Sherbrooke et Pierre-de-Coubertin, donc les gens se donnaient rendez-vous là-bas », explique-t-il.

Photo: Joseph Roby L’heure était aux festivités à l’occasion de l’ouverture du parc, samedi.

L’heure était aux festivités à l’occasion de l’ouverture du parc, samedi, mais sa création découle d’un évènement tragique : la mort du jeune planchiste Dillon Ojo, survenue accidentellement en 2018 alors qu’il était âgé de seulement 22 ans. L’entreprise Vans, qui commanditait l’athlète, s’est alliée au parc olympique à la Fondation Dillon Ojo Ligne de vie, un organisme à but non lucratif fondé par les parents du jeune homme, afin de créer le parc, en 2022.

Jointe au téléphone en fin d’après-midi, la mère de Dillon, Elaine Charles, s’est réjouie de cette première journée d’ouverture. « C’est exactement une journée comme il aurait aimé, évoque-t-elle. Des gens qui mangent et qui ont du plaisir ensemble. » Elle souligne également l’accessibilité des installations. « Je me souviens de quand Dillon était jeune, ça coûtait toujours de l’argent pour qu’il puisse pratiquer son sport : du gaz pour l’auto, le billet pour la montagne, le lunch… »

Elle croit que la localisation au coeur de la ville et la gratuité de l’accès aux installations peuvent permettre la pratique du sport pour le plus de gens possible. « Il y a des jeunes qui m’écrivent qu’après avoir fini l’école, ils vont au parc de rails », se réjouit-elle.

Le directeur marketing de Vans Canada, Alex Auchu, partage ces priorités. « L’idée, c’est d’honorer le legs de Dillon en permettant au plus grand nombre de pratiquer la planche à neige », explique-t-il. Il souligne que les modules sont également accessibles pour les débutants.

Quand à l’avenir du projet ? « Ce serait magnifique si ça pouvait continuer chaque année », s’enthousiasme Elaine Charles.

Le parc se situe sur le sentier Morgan, accessible à partir du métro Viau, et est ouvert tous les jours de 9 h à 17 h. Le port du casque y est obligatoire.

À voir en vidéo