Asafa Powell, monsieur «moins de dix secondes», accroche ses souliers

Asafa Powell lors de sa victoire devant son compatriote Usain Bolt (à gauche) à l’épreuve du 100 mètres aux Mondiaux de 2009, à Berlin
Adrian Dennis Agence France-Presse Asafa Powell lors de sa victoire devant son compatriote Usain Bolt (à gauche) à l’épreuve du 100 mètres aux Mondiaux de 2009, à Berlin

Tout près d’avoir couru cent fois le 100 m en moins de dix secondes, l’ex-recordman du monde jamaïcain Asafa Powell a officialisé dimanche à 40 ans sa retraite, celle d’un sprinter au palmarès pas à la hauteur de ses chronos.

Powell, qui s’était éloigné du niveau international depuis plusieurs années, avait prolongé sa carrière à la recherche du 100, lui qui aura couru le nombre record de 97 cent mètres en moins de dix secondes, la marque des grands sprinters.

En mai 2021, « Afasta » avait encore couru la ligne droite en 10 sec. 07 à Clermont, en Floride, mais avec un vent trop favorable (+ 4,5 m/s). Sa dernière course officielle.

« J’ai débuté ma carrière en 2002, j’ai connu beaucoup de hauts et de bas mais je suis toujours resté fier de ce que j’ai accompli. J’ouvre une nouvelle page de ma vie », écrit le Jamaïcain sur ses réseaux sociaux, quatre jours après avoir fêté ses 40 ans.

« Je tourne une nouvelle page de ma vie, avec encore beaucoup de choses à venir. Je continuerai à inspirer les jeunes générations autant que possible. Tout le monde peut atteindre ses rêves. »

« Mon préféré », a salué en commentaire la quintuple championne olympique jamaïcaine Elaine Thompson-Herah.

Maudit en championnat

 

Sprinteur majeur de l’ère pré-Usain Bolt, Powell était devenu recordman du monde du 100 m en juin 2005 avec une course en 9 sec. 77 à Athènes. Il avait encore couru deux fois dans le même temps avant de réussir 9 sec. 74 en septembre 2007 à Rieti, en Italie.

Powell a ensuite été éclipsé par son compatriote Usain Bolt, qui a progressivement porté le record à 9 sec. 72, 9 sec. 69 puis 9 sec. 58 à Berlin en 2009.

À l’inverse du charismatique Bolt, le timide Powell n’a pas su se construire un palmarès à hauteur de son talent et s’est régulièrement écroulé au cours des grands championnats où il s’est longtemps présenté en favori.

Il avait par exemple été disqualifié en quarts de finale aux Mondiaux de 2003 pour faux départ dans la même course que John « I did not move » Drummond. En 2004, Powell avait terminé 5e d’une finale olympique dont il était le favori à Athènes, avant de prendre la même place en 2008 aux Jeux de Pékin puis de terminer dernier et blessé la finale de 2012 à Londres.

En individuel, le Jamaïcain a décroché deux médailles de bronze mondiales en plein air sur 100 m (2007 et 2009), mais aucune aux Jeux olympiques. Il a gagné l’or du relais 4x100 m en 2016 à Rio, lors de sa dernière apparition dans un grand championnat.

Petit dernier d’une fratrie de six, ce fils de pasteur venu du football a été forgé par le mythique coach jamaïcain Stephen Francis.

En 2014, il a été suspendu 18 mois pour dopage à l’oxilofrine, un stimulant. Et comme Bolt il a été privé de la médaille d’or olympique 2008 du relais 4x100 m à cause de la suspension pour dopage de leur coéquipier Nesta Carter.

À voir en vidéo