Les Américains affichent les couleurs LGBTQ+ à la Coupe du monde

Plusieurs nations qualifiées pour la Coupe du monde au Qatar se positionnent sur la question des droits de la personne.
Agence France-Presse Plusieurs nations qualifiées pour la Coupe du monde au Qatar se positionnent sur la question des droits de la personne.

En pleine préparation pour le Mondial 2022, l’équipe masculine des États-Unis a trouvé une manière originale d’afficher son soutien à la communauté LGBTQ+. Un logo aux couleurs de l’arc-en-ciel orne désormais son centre d’entraînement au Qatar.

Les relations entre personnes de même sexe sont illégales au Qatar et sont même théoriquement passibles de la peine de mort. Le pays hôte fait régulièrement l’objet de critiques en lien avec les droits de la personne à l’approche de la Coupe du monde de soccer, qui se déroule pour une première fois dans un pays du Moyen-Orient.

L’équipe américaine a décidé d’afficher dans son centre d’entraînement un nouveau logo comptant sept bandes verticales aux couleurs de l’arc-en-ciel, sous des lettres « USA » bleu foncé.

Le commentateur sportif et auteur d’ouvrages sur l’homosexualité dans le sport Cyd Zeigler a relayé le logo en question sur Twitter en se réjouissant de l’annonce.

Le logo aux couleurs de l’arc-en-ciel fait partie de l’initiative Be the Change, que l’équipe américaine a adoptée en 2020 dans le but d’inspirer des actions sur les questions de justice sociale, rapporte Reuters.

« Lorsque nous sommes sur la scène mondiale et dans un lieu comme le Qatar, il est important de sensibiliser les gens à ces questions, et c’est le but de Be the Change », a déclaré Gregg Berhalter, l’entraîneur de l’équipe, lors d’une conférence de presse lundi.

« Ce n’est pas seulement aux États-Unis que nous voulons attirer l’attention sur les questions sociales, c’est aussi à l’étranger. Nous reconnaissons que le Qatar a fait des progrès et qu’il y a eu une tonne de progrès, mais il y a encore du travail à faire. »

Le badge aux couleurs de l’arc-en-ciel ne sera toutefois pas porté par les joueurs lors de la compétition. Mais les lieux gérés par les États-Unis, tels que l’hôtel de l’équipe, les espaces médias et les fêtes, arboreront la marque arc-en-ciel de U.S. Soccer.

Les Français prennent aussi position

 

Les champions du monde de 2018 étaient pour leur part restés plutôt discrets sur le sujet jusqu’ici, suscitant les critiques de nombreuses ONG, rapporte Le Monde.

En conférence de presse lundi, le capitaine de l’équipe Hugo Lloris avait assuré que les Français ne resteraient pas indifférents à la question des droits de la personne. « Ce sont des sujets sur lesquels on ne peut pas rester insensibles », a déclaré le gardien de but.

Mais le capitaine ne portera finalement pas de brassard aux couleurs de l’arc-en-ciel, comme il avait été initialement envisagé. « Je peux être d’accord ou pas d’accord avec leurs idées, mais je dois montrer du respect par rapport à cela », a précisé le principal intéressé.

Les joueurs ont finalement annoncé aujourd’hui qu’ils allaient soutenir financièrement les ONG oeuvrant pour la protection des droits de la personne, grâce à un fonds de dotation Génération 2018.

Dans une lettre collective publiée sur Instagram, les Bleus ont déclaré leur « attachement au respect des droits humains » et leur « refus de toute forme de discrimination ».

La question des droits de la personne, que ce soit ceux des travailleurs, des membres de la communauté LGBTQ+ ou encore des femmes, fait régulièrement les manchettes depuis que l’émirat conservateur a été désigné pour accueillir la compétition mondiale de soccer. Plusieurs pays qualifiés, comme l’Australie et le Danemark, se sont positionnés dernièrement pour encourager l’inclusion des personnes LGBTQ+.

Il y a deux semaines, l’Association canadienne de soccer s’est jointe à une campagne prônant davantage de droits pour les travailleurs et la communauté LGBTQ+.

« Nous croyons qu’un des héritages de ce tournoi devrait être d’inspirer et d’encourager d’autres améliorations dans ce domaine, non seulement au Qatar, mais à travers toute la région », avait déclaré la fédération canadienne dans un communiqué.

Inquiétudes sur la sécurité

 

Plusieurs inquiétudes demeurent quant à la sécurité des visiteurs qui se rendront à l’événement sportif cette année, notamment les membres de la communauté LGBTQ+ et les femmes. Un million et demi d’adeptes de soccer du monde entier sont attendus à la compétition, qui se tiendra du 20 novembre au 18 décembre.

La semaine dernière, un ancien joueur qatari et « ambassadeur » de la Coupe du monde 2022 a qualifié l’homosexualité de « dommage mental », en entrevue sur une chaîne publique allemande.

Les organisateurs du Mondial ont répété que tout le monde, quelles que soient son orientation sexuelle ou son origine, était bienvenu à assister à l’événement.

Dans une entrevue diffusée sur Twitter, le directeur général de Qatar 2022, Nasser Al-Khater, a même affirmé que deux personnes du même sexe qui marcheraient ensemble main dans la main n’auraient rien à craindre. Il a toutefois demandé aux partisans de respecter la culture locale.

Par ailleurs, des internautes d’un peu partout sur la planète ont aussi exprimé leur malaise devant les positions pro-LGBTQ+ et croient que ces questions ne devraient pas concerner le sport.

À voir en vidéo